PLUS DE LECTURES DU 11 AVRIL 2005

Et voici encore cinq BD qui nous ont procuré, cette semaine, un énorme plaisir de lecture : “ Nic Oumouk T.1 : Total souk pour Nic Oumouk ” par Manu Larcenet aux éditions Dargaud, “ Le vol du corbeau T.2 ” par Jean-Pierre Gibrat aux éditions Dupuis, “ Halloween blues T.3 : Souvenirs d’une autre ” par Kas et Mythic aux éditions Le Lombard “ Le triangle secret : I.N.R.I. T.2 : La liste rouge ” par Denis Falque, Pierre Wachs et Didier Convard aux éditions Glénat et “ Pacush Blues T.12 : Autopsie de mondes en déroute ” par Ptiluc aux éditions Vents d’Ouest.

 


Nic Oumouk T.1 : Total souk pour Nic Oumouk ” par Manu Larcenet


Editions Dargaud (9,80 Euros)


Le prolifique Manu Larcenet nous donne une vision burlesque des banlieues en nous proposant les mésaventures du petit Nic Oumouk, gosse d’origine marocaine vivant dans une cité pourrie et qui rêve de devenir le manager d’un copain rappeur. Quand il ne traîne pas avec son pote dans le quartier, ce môme désœuvré, «en situation familiale précaire», se fait régulièrement coincer par Edukator, un super-héros qui le puni pour toutes les fautes d’orthographe qu’il laisse dans ses tags ; ou alors, il se fait racketter par un plus grand que lui avant de se faire initier à la délinquance… Car, avant tout, cette victime de la société rêve de faire fortune et il va falloir que cela vienne vite ! C’est évidemment très caricatural et un brin cynique : on est donc plus près du Larcenet parodique («Bill Baroud») que du Larcenet intimiste («Le combat ordinaire»). Pourtant, utilisant quelquefois l’absurde et la poésie, l’auteur réussi toutefois à faire passer des émotions en brossant des portraits attachants et à nous faire rire en dynamitant, de façon jubilatoire, les clichés et poncifs de la vie dans les cités. Un album joyeux et grand public mais où la patte, d’un auteur sensible au graphisme original, est omniprésente.


 


Le vol du corbeau T.2 ” par Jean-Pierre Gibrat


Editions Dupuis (12,94 Euros)


Fort attendu, voici le deuxième et dernier volet de cette sensuelle histoire nostalgique, ancrée dans un Paris résistant à l’occupation allemande. Jean-Pierre Gibrat, comme dans son précédent diptyque («Le sursis», également publié dans la très intéressante collection «Aire libre» des éditions Dupuis), s’y impose une très grande exigence graphique et narrative : et cela paye ! Cette intrigue aux dialogues savoureux et rythmés (un peu comme du Audiard) ainsi que le dessin très esthétique et élégant (où les décors sont de plus en plus importants) laissent le lecteur ébahi, littéralement séduit par ce qu’il vient de lire. Nous sommes dans la capitale française, à la fin du mois de juin 1944, et Jeanne, la fille au béret rouge, s’est réfugiée sur la péniche d’un couple de mariniers hauts en couleurs. Hélas, ce moyen de transport original des bords de Seine est réquisitionné par les Allemands et nos amis doivent embarquer un mystérieux chargement, direction Montceau-les-mines. Cependant, l’amour va naître entre Jeanne et François, sympathique pilleur d’appartement qui partage le climat d’insécurité permanente qui entoure la jeune fille. Alors que cette dernière s’inquiète aussi pour sa sœur dont elle n’a plus de nouvelles, elle est sauvée in extremis des mains des miliciens par le soldat de la Wehrmacht qui surveille la péniche. Le rythme s’accélère alors et les évènements s’enchaînent jusqu’à un dénouement original et saisissant.


 


Halloween blues T.3 : Souvenirs d’une autre ” par Kas et Mythic


Editions Le Lombard (13 Euros)


Certes, l’enquête est classique et un peu téléphonée mais l’ensemble fonctionne parfaitement et le dessin du polonais Kas est nettement au dessus de la moyenne des productions vues récemment dans le registre des BD réalistes. C’est pourquoi nous vous invitons à lire cet album délassant où nous retrouvons le policier Forester Hill, toujours hanté par le fantôme de sa femme dont l’assassin demeure à identifier. Notre héros est confronté ici à une nouvelle enquête à la limite du surnaturel : il s’agit d’une affaire de sosies où il se fait séduire par une jolie rousse qui se présente à son domicile afin qu’il élucide un mystère familial. Une fois de plus, rien de révolutionnaire dans le genre, mais c’est un travail honnête qui n’a pas d’autres prétentions que de nous faire passer un bon moment à ses lecteurs : et en cela, c’est réussi !


 


Le triangle secret : I.N.R.I. T.2 : La liste rouge ” par Denis Falque, Pierre Wachs et Didier Convard


Editions Glénat (12 Euros)


Ce récit, prévu en quatre volumes, nous plonge dans les origines du «Triangle secret». Après Jérusalem, où reposait le tombeau de Thomas (le frère jumeau de Jésus), c’est en Champagne, au 12ème siècle, que ce deuxième volet nous entraîne. Le «tueur à la hache», aux ordres du pape Pascal, continue de traquer Hugues de Payns (qui fondera plus tard l’ordre des Templiers) et ses quatre compagnons. Ils portent tous une bague identique : un anneau surmonté d’un rubis où est enchâssé un fragment du suaire de Thomas… Des reliques qui peuvent faire vaciller les lois de la nature… Les combats que se livrent l’église et les héritiers du Messie vont se poursuivrent à travers les siècles puisque, dans une époque qui nous est contemporaine, au fin fond d’un laboratoire secret du Vatican, la dépouille du Christ est prête à revenir à la vie… Le mystère et les liens complexes existant entre les Templiers, l’Eglise et la mort de Jésus nous plongent une fois de plus dans une double narration, entre les évènements actuels et les faits historiques. Ceux qui ont aimé «Le Triangle Secret» ne seront pas déçus ! Même ceux qui étaient plutôt frileux envers cet espèce de «Da Vinci code» de la BD risquent d’apprécier cette série car Didier Convard y est de plus en plus efficace (même s’il a encore tendance à remplir un peu trop les phylactères) et les dessinateurs Pierre Wachs et Denis Falque progressent à vue d’œil, le dernier se glissant dans le Moyen-Âge avec talent. Même si quelques explications historiques manquent aux non initiés, dans l’ensemble, les ambiances fonctionnent parfaitement, en adéquation avec la narration.


 


Pacush Blues T.12 : Autopsie de mondes en déroute ” par Ptiluc


Editions Vents d’Ouest (12 Euros)


Après s’être éloigné, pendant quatre ans, de cet univers, l’incisif Ptiluc nous replonge dans l’immense dépotoir d’ordure du Pacush, reflet à peine déguisé de notre société de consommation. Ici, un rat, cynique et particulièrement débrouillard, se réfugie dans un mutisme profond tout en participant activement aux travaux qui lui sont imposés, par la colonie, dans un souci de rentabilité immédiate. Il se réserve toutefois quelques zones d’intimités car il sent bien que cette organisation part en déliquescence… Perte de vision à long terme, consommation à outrance et abandon des individus pour changer tout ça : voici les principaux sujets de ce conte philosophique et humoristique, situé dans une communauté animalière que nous avons plaisir à retrouver depuis 1980. L’auteur, motard au grand cœur, est toujours aussi tendre, drôle mais aussi acerbe (un vrai humain, quoi !). En effet, sous un traitement graphique provocateur et des scénarios sans concessions se cache un homme lucide avec une sensibilité à fleur de peau !


 


Gilles RATIER


 


 

Galerie

Les commentaires sont fermés.