EMMANUEL LEPAGE PRIME A BLOIS

Emmanuel LEPAGE primé aux « Rendez-vous de l’Histoire » de Blois pour son album « Muchacho » publié chez Dupuis


Remise du prix de la BD historique, samedi sous le chapiteau de la Halle aux grains devant un public particulièrement fourni. Marjane Satrapi, la Présidente du Salon du livre d’histoire, a félicité Emmanuel Lepage, récompensé pour le premier tome de sa nouvelle série Muchacho, sorti vainqueur d’une sélection particulièrement relevée ; la liste des nominés en fait foi, avec des auteurs aussi fameux que Ribera, Ferrandez, Tardi (et l’on ne peut tous les citer). Le lauréat qui se voit décerné un chèque de 3000 euros, l’a apparemment emporté après une lutte serrée avec les Carnets d’Orient  de Jacques Ferrandez.


.


            Visiblement heureux, E. Lepage exprimait cependant sa surprise pour ne pas avoir eu le sentiment de produire une BD historique. « J’ai voulu faire une oeuvre de mémoire sur un peuple en partie oublié » a-t-il confié. Mais justement, n’est-ce pas là retrouver l’une des fonctions majeures du genre historique et s’inscrire dans les tendances pédagogiques les plus récentes au moment où l’enseignement de la mémoire de la Seconde Guerre mondiale fait son entrée dans le nouveau programme de terminale? L’album, dont l’action de passe au Nicaragua dans les années 1970, présente une double qualité soulignée par Pascal Ory : receler une véritable dimension artistique et être essentiellement et avant tout une BD, non sans exprimer de solides qualités historiques en donnant à comprendre avec véracité et cohérence les tenants et les aboutissants de la révolution sandiniste de 1979. Une oeuvre forte, documentée et inspirée donc.


            La remise du prix a été précédée d’un très intéressant débat sur le mariage de la bande dessinée et de l’histoire, qui a permis de mesurer la maturité à laquelle est parvenu le genre et son extraordinaire puissance pédagogique et informative. La BD ne peut plus être considérée comme un support uniquement tourné vers le divertissement, et la BD historique, cet « improbable objet » évoqué par les intervenants, se trouve à présent reconnue, saluée et admise à titre tout à fait officiel et sérieux dans ce rendez-vous majeur des historiens français que sont devenus les « Rendez-vous de l’Histoire » de Blois.


            Au demeurant, ce nouveau statut d’une BD en passe de devenir un médium privilégié de l’enseignement et utilisée jusque dans les très prestigieux cours de Sciences-po Paris, se trouve illustré par la composition du jury. Les universitaires y côtoyaient les critiques et les auteurs en un subtil dosage. Mais en fait, en y regardant de plus près, on reste frappé par la présence de personnalités situées à l’intersection des catégories, à l’exemple du président Pascal Ory lui-même, professeur à la Sorbonne et membre de l’Association des critiques et journalistes de bande dessinée (ACBD). Un examen plus attentif prouve combien le monde de la BD transcende les frontières traditionnelles : Frank Giroud, auteur renommé, est aussi (d’abord?) chartiste et agrégé d’histoire, Gilles Ratier, l’hyperactif secrétaire de l’ACBD, est bibliothécaire, Laurent Wirth éminent Inspecteur Général de l’Education Nationale (groupe histoire-géographie) est un partisan affirmé de l’utilisation de la BD dans l’enseignement supérieur, François Righi se trouve être à la fois professeur d’histoire-géographie et spécialiste de la BD au CRDP de Poitiers. Et ainsi de suite.


            La création de ce prix illustre une synergie naturelle entre histoire et BD qui devait tout naturellement se concrétiser à Blois, ville organisatrice de deux manifestations renommées avec les « Rendez-vous de l’Histoire » et « Bdboom », le salon de la bd qui attire chaque année plus de 20 000 visiteurs. Et à travers le jeune Emmanuel Lepage, c’est une nouvelle génération, prête à assurer son devoir de mémoire avec une conscience citoyenne aiguë et globale, qui se trouve mise en valeur. Quant au Prix de la BD historique, il s’impose dès sa première version comme une initiative fertile, prometteuse et déjà consacrée.


Reportage de Joël Dubos


Clic sur l’appareil photo pour découvrir le reportage.


 

Galerie

Les commentaires sont fermés.