PLUS DE LECTURES N°52 DU 11 OCTOBRE 2004

Et encore des chroniques pour y voir un peu plus clair parmi la multitude des BD paraissant ce mois-ci ! Nous vous proposons une semaine plutôt musicale qui va s’attarder sur « Total Jazz : histoires musicales » par Blutch aux éditions du Seuil, « BD Blues : A Gospel Story » par Kkrist Mirror aux éditions Nocturne, « Blue » par Kiriko Nananan aux éditions Casterman, « La légende de Cowboy Wally » par Kyle Baker aux éditions Rackham et « Le cri du peuple T.4 : Le testament des ruines » par Jacques Tardi et Jean Vautrin aux éditions Casterman.

 


Cliquez sur l’apapreil photo pour découvrir les couvertures des albulms chroniqués


« Total Jazz : histoires musicales » par Blutch


Editions du Seuil (12 Euros)


Ce recueil de courtes histoires publiées dans le magazine Jazzman, depuis 2000, évoque, sans jamais les nommer directement, différents musiciens cultes de jazz : Miles Davis, Lee Morgan, Stan Getz, Chet Baker… Anecdotes de rencontres ou témoignages indirects, ces tranches de vies tentent, avec succès, de restituer le feeling et l’ambiance si particulière des concerts donnés dans ce genre musical enfumé. Le lecteur lambda sera surtout frappé par la maîtrise graphique de Blutch, l’un des pères de la nouvelle BD qui a drainé derrière lui nombre de Blain, Sfar et autres Larcenet. Son trait donne vie et mouvements à ses personnages et permet de nous faire ressentir ce que cette musique peut susciter comme impressions. Ce bel album est une pierre de plus ajouté à l’édifice qui commence à se créer avec les accointances entre BD et musique qui se font de plus en plus fréquentes comme le prouvent, par ailleurs,  les productions CD des éditions Nocturne, Naïve ou Ici D’ailleurs


 


« BD Blues : A Gospel Story » par Kkrist Mirror


Editions Nocturne (21 Euros)


En ayant pris pour point de départ, la superbe collection «BD Jazz» (laquelle propose deux CD et une BD réunis dans un agréable album au concept fort réussi), les éditions Nocturne poursuivent avec succès et avec un goût sûr ce qui pourrait devenir une encyclopédie de tous les musiciens contemporains, dans tous les genres musicaux . Ainsi, après le jazz et bientôt le rock, la world music, le funk, le reggae et la variété, voici «BD Blues» avec deux titres indispensables : «Charley Patton» qui contient une BD mémorable de Robert Crumb et l’anthologie «A Gospel Story» avec 22 pages d’une BD inédite et fort appropriée signée Kkrist Mirror. Ce dessinateur, emblématique de la grande époque de Métal Hurlant et Rock et Folk, se consacre depuis quelques années à la cause du peuple gitan en illustrant magistralement d’étonnants albums aux formats inhabituels : «Le Jollec, chronique du camp de tsiganes de Montreuil-Bellay» ou encore  «Le pèlerinage des Saintes-Maries-de-la-Mer». Sa générosité et la puissance de son trait transparaissent de façon évidente dans cette courte histoire qui lui permet d’évoquer cette musique religieuse qui fût si bien interprétée par Sister Rosetta Tharpe ou The Golden Gate Quartet : des artistes que l’on retrouve, bien sûr, dans les deux CD qui accompagnent le livret, au milieu de bien d’autres interprètes moins connus de ces chants sacrés qui se confondent avec l’histoire du peuple afro-américain.


 


« Blue » par Kiriko Nananan


Editions Casterman (9,95 Euros)


Aujourd’hui, toutes les librairies ont des rayons mangas et tous les éditeurs de BD ont une collection spécialisée dans ce secteur lucratif. Après une première tentative pionnière en la matière, en 1995, les éditions Casterman lancent aujourd’hui un nouveau label, « Sakka« , qui met en valeur la manga d’auteur, sous l’œil bienveillant de deux spécialistes : Frédéric Boilet (auteur de BD vivant au Japon) et Benoît Peeters (critique et scénariste réputé). Grâce au succès mérité d’un Jirô Taniguchi, les lecteurs francophones ont commencé à s’ouvrir à ce vaste pan de la culture japonaise et, avec les 20 titres prévus chaque année dans ce nouveau catalogue, ils pourront découvrir des auteurs passionnants, qui sont souvent féminins, à l’instar de Kan Takahama (avec «Kinderbook»), Fumiko Takano («Le livre jaune») ou Kiriko Nananan, une des figures les plus originales de la nouvelle BD japonaise.  Dans «Blue» (qui se révèle le plus intéressant, pour le moment, des premiers titres proposés dans cette nouvelle collection), elle met en scène les tourments et amours de deux lycéennes sur 230 pages au graphisme épuré. Par petites touches, elle dresse le portrait émouvant et le spleen de toute une génération de jeunes filles japonaises. Notons enfin que les responsables de « Sakka« , collection destinée à un lectorat assez mûr, ont accordé un soin extrême au travail de traduction et à celui de la reproduction des planches originales : une démarche que l’on peut qualifier d’innovante en ce domaine !


 


« La légende de Cowboy Wally » par Kyle Baker


Editions Rackham (15 Euros)


Après «Pourquoi je déteste Saturne» paru chez Delcourt et quelques récits complets passés un peu inaperçus dans des revues comme Spécial USA, voici enfin une nouvelle œuvre de cet inclassable et protéiforme dessinateur américain proposée au public francophone. «Cowboy Wally» date de 1988 et est traité dans un style graphique très différent de celui pour lequel Baker a opté aujourd’hui. En effet, on lui doit récemment des versions iconoclastes de «Plastic Man», «The Truth» (le premier «Captain America» noir)… et une cartoonesque et excellente parodie des romans noirs («You are here», publié chez DC Comics), encore inédite en France. Kyle Baker a fait ses armes dans un grand studio d’animation, a écrit de nombreux épisodes de la série «Looney Tunes» et a participé au dessin animé «Shrek», d’où son style actuel fort influencé par ces diverses expériences graphiques. Mais revenons à «Cowboy Wally», une comédie satirique sous couvert de la biographie d’un acteur et producteur idiot, malhonnête et trop porté sur la boisson. Succession de courtes séquences présentant des extraits des différents shows TV auxquels notre «héros» a participé, l’album est un véritable feu d’artifice de scènes très courtes plus absurdes les unes que les autres suivi d’un chapitre sur le deuxième film réalisé par Cowboy Wally et par un remake de Hamlet, ou plus exactement son making-of, tourné en prison avec les moyens du bord. Vous l’avez compris, «La Légende de Cowboy Wally» est un véritable ovni dans la production BD. Seul regret, de trop nombreuses coquilles entachent malencontreusement la lecture de ce vaste délire jubilatoire, sobrement mis en image avec un efficace noir et blanc.


 


« Le cri du peuple T.4 : Le testament des ruines » par Jacques Tardi et Jean Vautrin


Editions Casterman (18,50 Euros)


Et c’est sur un air révolutionnaire, le poing levé, que ce termine cette magistrale adaptation du roman de Jean Vautrin sur la Commune. Avec son noir et blanc remarquablement maîtrisé, une documentation sans faille et en s’autorisant quelques libertés avec le texte d’origine, Jacques Tardi a su immortaliser cette épopée rouge sang, multipliant les plans panoramiques, les ruptures de rythmes et les personnages bien campés aux trognes inoubliables et au langage truculent. Dans cet ultime album au format à l’italienne, la Commune s’apprête à vivre ses derniers jours alors que la capitale s’enflamme et qu’une lutte sans merci se livre entre les insurgés et l’armée : une ambiance d’apocalypse qui vous prend aux tripes et une œuvre inoubliable qu’il faut lire et relire pour ne pas oublier que des hommes se sont battus pour faire vivre, l’espace d’une insurrection, un régime populaire mais utopique !


 


Gilles RATIER


 

Galerie

Les commentaires sont fermés.