PLUS DE LECTURES N°43 DU 26 JUILLET 2004

Monster T.15 : La porte de la mémoire, Les formidables aventures de Lapinot T.8 : La vie comme elle vient, Le trésor de Cibola, Le camion des yeux T.1 : N’Gaoundéré, Isaac le pirate T.4 : La capitale

 


« Monster T.15 : La porte de la mémoire » par Naoki Urasawa


Editions Kana (5,75 Euros)


Ce qui est étonnant avec ce thriller fantastique, c’est qu’après quinze tomes de 200 pages chacun, le lecteur est encore tenu en haleine par les pérégrinations d’un homme rongé par la culpabilité, à la poursuite d’un tueur particulièrement monstrueux. Le rythme s’accélère à chaque épisode afin de faire monter la tension tout en distillant sporadiquement les révélations. Cette série riche et complexe utilise particulièrement bien les personnages secondaires qui finissent tous par devenir des entités importantes : un véritable petit chef-d’œuvre de réalisme, de suspense et d’angoisse !


 


« Les formidables aventures de Lapinot T.8 : La vie comme elle vient » par Lewis Trondheim


Editions Dargaud (9,45 Euros)


La collection «Poisson Pilote», créée par le regretté Guy Vidal,  a réussi, en seulement quatre ans, à abriter une formidable concentration de talents narratifs et graphiques s’apparentant tous à ce qu’il est convenu d’appeler désormais «la nouvelle BD». Ils sont tous là : de Joann Sfar et son «Chat du rabbin» à Christophe Blain et son «Isaac le pirate», en passant par David B., Guy Delisle, Manu Larcenet, Riad Satttouf ou, bien sûr, par Lewis Trondheim, qui fût le premier à rejoindre le giron des éditions Dargaud avec sa série «Lapinot». Le huitième tome («La vie comme elle vient») mais, en fait, onzième aventure du lapin et de sa joyeuse bande de copains, est toujours rempli de considérations aussi philosophiques qu’humoristiques. Toutefois, c’est le dernier épisode illustré par Trondheim car ce véritable aventurier du quotidien a décidé d’arrêter le dessin pour profiter de la vie. Raison de plus pour ne pas rater cette sorte de «Friends» caustique, cynique et ironique qui nous promène entre paranoïa et schizophrénie !


 


« Le trésor de Cibola » par Sergio Toppi


Editions Mosquito (12,50 Euros)


Auteur emblématique des éditions Mosquito, lesquelles font un travail remarquable pour la découverte (ou re-découverte) des grands auteurs de BD italiens, Sergio Toppi reste pourtant trop méconnu dans les territoires francophones. Il faut dire que si son graphisme est toujours étonnant, sa narration n’est pas très abordable et peut dérouter nombre de lecteurs. Cette histoire de chasse au trésor aux temps des conquistadors, où les héros vont d’espoirs en désillusions, ne fait pas exception à la règle ; mais la beauté des images, que ce maître des hachures et des arabesques nous propose, justifie à elle seul l’achat de cet album.


 


« Le camion des yeux T.1 : N’Gaoundéré » par Arnaud Floc’h et Jean-Louis Floch


Editions BFB ( ??Euros)


On le savait déjà, Frédéric Bosser, directeur de publication des DBD (Les Dossiers de la Bande Dessinée) et propriétaire de la galerie d’art de la rue Dante (à Paris), est un fondu de BD. Il expose souvent des auteurs qui sortent des sentiers battus, lesquels lui montrent souvent des projets inédits ou enfouis dans les tiroirs. C’est ainsi qu’il a eu un coup de cœur pour cette BD refusée par divers éditeurs et qu’il a décidé de publier via sa maison d?édition. C’est d’ailleurs la première vraie BD à faire partie du catalogue BFB et elle mérite qu’on s’y attarde. C’est l’histoire de deux personnes qui se sont connus sur les bancs de l’Université, dans les années 60, sans pouvoir s’avouer mutuellement leurs sentiments. L’une part en Afrique et l’autre décide de suivre celle qu’il aime dans de rocambolesques aventures où décolonisation et intérêts cupides ne font pas bon ménage. Après 20 ans d’absence, Jean-Louis Floch revient à la BD, quittant le style ligne claire qu’on lui connaissait (proche de celui de son frère Jean-Claude, l’illustrateur des séries «Albany» et «Blitz» scénarisées par François Rivière) pour un dessin plus charbonneux et plus «nouvelle BD». Il n’a aucun lien de parenté avec le scénariste (Arnaud Floc’h) qui a déjà commis, en tant qu’auteur complet, trois albums aux feues éditions Triskell.


 


« Isaac le pirate T.4 : La capitale » par Christophe Blain


Editions Dargaud (9,45 Euros)


Isaac, peintre déçu et marin pirate, est de retour à terre : dans son Paris natal où il est de nouveau confronté à la rigidité de son père. Avec Jacques, son compagnon de voyage et de mauvaise fortune qui nous apprend comment il est entré en piraterie, il essaie de retrouver sa fiancée délaissée et s’acoquine avec les brigands des bas-fonds : une nouvelle vie en marge des lois se profilerait-elle à l’horizon ? Le lecteur, lui, se laissera porter par la vague de ces péripéties obscures et subtiles, enluminées par un superbe dessin dénudé et quasi-expérimental.


 


 


Gilles RATIER


 

Galerie

Les commentaires sont fermés.