PLUS DE LECTURES N°38 DU 14 JUIN 2004

Andy & Gina T.3 : Mercredi Night Fever, Le génie des alpagesT.13 : Cheptel maudit, Lucy T.1 : Trafiquants d’espérance, Ki-Itchi !! T.4, James Healer T.3 : La montagne sacrée

 


« Andy & Gina T.3 : Mercredi Night Fever » par Relom


Editions Audie (9,95 Euros)


Le naïf Andy et la perverse Gina se sont installés en ville, en compagnie de leur alcoolique de père et de leur femme-tronc de mère qui n’en finit pas de subir toutes les amputations imaginables. Prêts à tout pour sortir un petit peu de leur désolant quotidien, les deux petits et cruels ex-campagnards découvrent la vie citadine, se préparent à leur vie d’adultes et rencontrent la Reine des pommes. Cette dernière se bourre la gueule au calva en rêvant de trucider Blanche Neige ! L’humour trash de Relom, «le punk», fait une nouvelle fois des étincelles dans ces histoires courtes et cyniques : il utilise un humour méchant avec des gags limite gore ! On rie, mais jaune, en serrant les dents ! Si on vous rajoute que le dessin est très lisible et efficace (tout en étant mis en couleurs pour la première fois), vous comprendrez vite qu’une nouvelle star de Fluide Glacial est en train de s’affirmer : alors, il ne faut pas la rater !


 


« Le génie des alpagesT.13 : Cheptel maudit» par F’Murrr


Editions Dargaud (9,45 Euros)


L’humour est un genre périlleux car chacun à un sens particulier de son usage et de son appréciation. Pourtant c’est le genre le plus utilisé en BD ! Le nouveau recueil du «Génie des alpages» de F’Murrr, par exemple, est un album fort drôle qui se base, la plupart du temps, sur des gags absurdes, mais à mourir de rire (du moins, en ce qui me concerne) ! La série a beau avoir 30 ans d’âge, elle n’a rien perdu de son inventivité, de son intelligence et de sa finesse. Il s’est passé six ans depuis le dernier opus mais on retrouve avec plaisir les loufoques tribulations poétiques du berger Athanase et de ses brebis, lesquels traumatisent régulièrement les touristes de passage. A lire et à relire pour essayer d’apprécier au mieux le langage inattendu sortant de la bouche des ovins, le graphisme élégant et les nombreux clins d’œil déroutants !


 


« Lucy T.1 : Trafiquants d’espérance » par Marc Malès et Philippe Thirault


Editions Dupuis (12,94 Euros)


La fièvre de l’or peut devenir un cauchemar pour ceux qui ont tenté leur chance au cœur de la Sierra Californienne, en ce milieu du XIXème siècle. Ils sont nombreux à mourir d’épuisement et de faim ou à se faire plumer au poker mais rares sont ceux qui trouvent une pépite géante. C’est ainsi que Clyde, lui aussi victime du mirage de la prospection, voit mourir son meilleur ami qui a tout quitté pour la rudesse du Far West américain. Après «Mille visages», le duo Malès-Thirault remettent le couvert pour un autre western, librement inspiré de l’ouvrage éponyme de ce scénariste (mais aussi romancier), paru aux éditions Le Serpent à plumes en 1997. Le filon est efficacement exploité et Malès transforme son dessin réaliste pour l’occasion, en le rendant plus caricatural : un récit démystifiant qui pourrait bien être également, avec le temps, flamboyant !


 


« Ki-Itchi !! T.4 » par Hideki Arai


Editions Delcourt (7,25 Euros)


Moche, bagarreur et taciturne, Ki-Itchi est un petit garçon qui a 3-4 ans. Il a assisté au meurtre de ses parents par un déséquilibré mental. Pris d’abord en charge par ses grands-parents, il s’enfuit et finit par être recueilli par des SDF. Dans cet épisode, il est contraint de vivre dans l’appartement d’une prostituée. Cette dernière va lui enseigner des valeurs qui ne vont pas tarder à devenir des évidences pour notre petit héros. Finalement, méprisé par la plupart des adultes, il n’a plus qu’un seul souhait : vivre seul ! Ce manga, pour le moins étrange, nous donne une vision assez critique de la société japonaise et nous fait poser des questions quant à l’éducation des enfants. Ki-Itchi est aussi une incarnation de l’incapacité du peuple japonais à accepter les injustices. Voilà encore un manga qui peut aider à faire le pont avec la BD franco-belge, comme la plupart des autres séries de la collection «Ginkgo» où il est publié : «Ayako», «Tajikarao», «Inugami», «Coq de combat», «Sing Yesterday for me» ou «Larme ultime».


 


« James Healer T.3 : La montagne sacrée » par Giulio De Vita et Yves Swolfs


Editions Le Lombard (9,45 Euros)


Elevé par une tribu d’indiens dans la tradition philosophique et ayant développé ses dons médiumniques, James Healer est fréquemment sollicité par la police pour résoudre des affaires insolubles. Cette fois ci, il part à la recherche de la fille d’un acteur qui aurait fugué et pour laquelle il a eu des visions assez morbides. C’est à la demande du père, d’origine indienne, qu’il la suit jusque dans les Montagnes Rocheuses. La jeune femme, complètement paumée, a décidé de rejoindre les bords du lac sacré de ses ancêtres, pour se ressourcer. Elle est, hélas pour elle, accompagnée par son petit copain, ado peu recommandable, qui, lui, veut aller à Las Vegas. Cette course poursuite captivante dans les grands espaces américains permet de superbes compositions au virtuose dessinateur italien Giulio De Vita. Cette quête identitaire, construite en cercles concentriques où le héros se rapproche peu à peu de ses racines, quoiqu’un peu trop manichéenne, est fort bien maîtrisée par Yves Swolfs, lequel se révèle être un scénariste efficace, dans la lignée d’un Van Hamme !


 


Gilles RATIER


 

Galerie

Les commentaires sont fermés.