Plus de lectures n°20 – 02 février 2004

Sur la neige par Aubin et Wazem, Le style Catherine T.1 par Bouüaert, Cuervos T.2 par Durand et Marazano,, Donjon Monsters T.8 par Nine, Sfar & Trondheim, Rien de neuf à Fort-Bongo par Loustal et Coatalem .

Clic sur l’appareil photo pour découvrir les couvertures des albums


« Sur la neige » par Aubin et Wazem


Editions Humanoïdes associés (11,25 Euros)


La collection «Tohu Bohu» continue son petit bonhomme de chemin, sans trop de publicité, proposant de plus en plus des œuvres de jeunes créateurs inconnus mais qui ont un univers propre à eux, et c’est déjà beaucoup. Pourtant ici, avec cet hommage aux grands romans de la littérature américaine (Jack London, B. Traven, William Faulkner…), le scénariste est connu : auteur «complet» de récits déjà remarqués dans cette collection, on le retrouve depuis quelques temps aux commandes de scénarios pour ses amis et compatriotes suisses Frank Peeters, Tom Tirabosco ou le jeune Aubin qui signe ici sa première BD de longue haleine. Dans une petite ville perdue dans les immenses plaines du nord des USA, un gentil shérif est sous la coupe du tyran local, directeur de la seule usine de la bourgade. Seulement, malgré sa complaisance et sa servitude, le brave représentant de la loi a quand même un seuil de tolérance et il ne fait pas bon en dépasser les limites !


 


 « Le style Catherine T.1 : Urgent besoin d’ailleurs » par Thierry Bouüaert


Editions Bamboo/Angle de vue (12,50 Euros)


Paraissant en même temps que le très beau «Montserrat» de Julio Ribéra, cet album inaugure aussi «Angle de vue», le nouveau département des éditions Bamboo axé sur des récits plus intimistes. L’auteur est un graphiste bruxellois inconnu du grand public mais qui a traîné ses bottes dans les milieux de la peinture, du design, de la publicité et même de la musique alternative. Son éclectisme lui permet de nous proposer de belles idées narratives, même si l’argument du récit n’est pas follement original, en partant du journal intime d’une jeune fille de 17 ans. Cette adolescente fragile, naïve, solitaire mais que la vie a rendu forte, va retrouver sa grande sœur et espère recommencer une nouvelle vie. L’admiration qu’elle porte à son aînée ne l’aide pas à voir tout de suite que cette dernière fréquente un monde terriblement dangereux et malsain. Comme le dessin de Thierry Bouüaert est très prometteur et agréable à l’œil, on ne peut que conseiller la lecture de ce premier album méritoire !


 


« Cuervos T.2 : Sicaires de la Sainte Coke » par Michel Durand et Richard Marazano


Editions Glénat (12 Euros)


Le premier tome de cette série remarquée par la critique nous plongeait dans un monde où la misère et la violence régnaient en maîtres et où toute forme d’amour était irrémédiablement absente. A Medellin, Joan était un gosse de la rue livré à lui-même qui se retrouvait embauché, par l’homme de main d’un seigneur de la drogue, pour tuer un homme qui avait pourtant pris l’enfant en affection. Dans ce deuxième ouvrage, Joan a grandi et il gravi les échelons au sein du cartel. Son tempérament de rebelle indomptable lui vaut le respect du «parrain» et il est désormais chargé de former une armée de tueurs à gages recrutés parmi les gosses des favelas de Colombie. Le dessin possède une grande énergie qui donne un souffle épique à l’originalité de ce scénario bien documenté, lequel nous parle surtout de trahison et de foi en l’autre.


 


« Donjon Monsters T.8 : Crève-cœur » par Carlos Nine, Joann Sfar et Lewis Trondheim


Editions Delcourt (9,45 Euros)


Cette série d’heroic-fantasy décalée, à forte fréquence de parution, s’enrichit d’un nouveau tome doté d’un scénario toujours aussi touffu et d’un dessin virtuose mais déroutant. L’héroïne principale en est une mystérieuse tueuse vue dans le cycle «Potron-Minet» et les connections avec les précédents opus sont multiples. C’est un délice pour les fans de la saga mais «Crève-cœur» nécessite une bonne connaissance des autres albums et il est déconseillé de commencer par lui pour entrer dans cet univers déjanté, souvent proche de celui de Lewis Carroll.


 


« Rien de neuf à Fort-Bongo » par Jacques de Loustal et Jean-Luc Coatalem


Editions Casterman (9,45 Euros)


L’élégant graphiste qu’est Loustal reconduit sa collaboration avec Jean-Luc Coatalem en adaptant une fois de plus des nouvelles du célèbre romancier et journaliste. Extraits du recueil «Affaires indigènes», ces deux histoires, qui n’en font ici qu’une seule, bénéficient du savoir-faire des auteurs. Ambiances torrides et profondeurs poétiques sont garanties par la qualité du dessin, des couleurs, du propos littéraire et surtout de la complémentarité des deux créateurs, beaucoup plus évidente que sur leur précédent album : «Jolie mer de Chine». Malgré une fin traitée peut-être un peu trop rapidement, cette belle histoire d’amour incompris qui s’appuie sur le récit d’un homme timide, débarqué au beau milieu de l’Afrique humide et fiévreuse, qui s’ennuie et qui a du mal à s’intégrer à la petite société coloniale, est vraiment dépaysant.


 


 


Gilles RATIER

Galerie

Les commentaires sont fermés.