« Les Fantastic Four » (3ème partie)

Dès 1978, la télévision et le cinéma se rapprochèrent de Marvel, afin d’acheter des licences : Universal signait pour Captain America, Hulk et Spider-Man, tandis que le studio de dessins animés DePatie-Freling lançait la production d’une nouvelle série de dessins animés des Fantastic Four.


La deuxième série de dessins animés, avec Herbie le robot remplaçant la Torche…

En 1981, Stan partait pour la Californie, afin de développer ces projets audiovisuels, écrivant occasionnellement des scripts des FF pour les dates anniversaires du comics. Il collabora au numéro 236 (sur lequel nous reviendrons !), au # 296, pour le 25ème anniversaire, avec Barry Smith. Sa dernière contribution au quatuor remonte à octobre 2007, pour  » The Last Fantastic Four Story « , sur des dessins du talentueux John Romita Jr.

Lee est toujours très créatif malgré son âge (89 ans en 2011 !) et déborde d’activités (le dessin animé  » Stripperella « , le reality show  » Who Wants To Be a Super-Hero ? « …).

En tout cas, il n’a rien perdu de son sens des affaires, car il est aujourd’hui producteur-exécutif de tous les films Marvel, touchant 10% des bénéfices (et quand Marvel ne veut pas les lui payer, il n’hésite pas à attaquer la société en justice, comme ce fut le cas en 2002). Il fait des apparitions clins d’œil dans les films, cachetonnant également en tant qu’acteur… Depuis 2009, année durant laquelle Marvel a été rachetée par Disney pour la somme de 4 milliards de dollars, le rythme des productions s’est envolé, ainsi que les franchises des personnages Marvel vendues par l’Oncle Walt, sur lesquelles Stan a aussi un intéressement…

Stan Lee aujourd’hui…

Quant à Kirby, il travailla sans relâche pour DC à partir de 1970, réalisant les  » New Gods « ,  » Mister Miracle « ,  » Jimmy Olsen « ,  » Forever People « ,  » Kamandi « ,  » Demon « , «  Atlas « ,  » Justice Inc. « ,  » Sandman  » (avec Joe Simon),  » In the days of the Mob « ,  » Spirit World « ,  » Dingbats « …, œuvres oh combien (!) extraordinaires, mais ne rencontrant pas forcément le succès, d’abord sous son propre contrôle, ensuite sous la direction d’autres éditeurs quand les ventes baissèrent.


Le «  Fourth World  » de Kirby : une œuvre magnifique rassemblant 4 revues, qui ne trouvera malheureusement pas son public…


Les séries plus tardives, réalisées pour remplacer le «  Fourth World « …


Des « One-shots » formidables, mais qui ne déboucheront pas sur des séries…


Kirby réalisa également deux magazines noir et blanc pour DC…

Jack porta un premier coup d’estoc à Stan en le caricaturant cruellement, en compagnie de Roy Thomas, dans le numéro 6 de Mister Miracle (janvier 1972). Funky Flashman et House Roy ressemblaient à s’y méprendre aux deux scénaristes – éditeurs, avec égocentrisme et problèmes capillaires pour l’un et servilité obséquieuse pour l’autre… au risque de faire grincer des dents chez Marvel.

Stan Lee et Roy Thomas, caricaturés par Kirby dans Mister Miracle # 6.

En 1975, après la fin de son contrat – d’ailleurs non renouvelé – chez DC, Kirby revint chez Marvel… le profil bas. Il n’y fut pas accueilli en Roi, mais de façon suspicieuse par les jeunes directeurs de publications… Son nouveau contrat lui laissait une liberté éditoriale mal vue de ses collègues et l’obligeait à livrer 13 planches hebdomadaires. En dehors de sa reprise de  » Captain America « , Kirby délaissa ses glorieuses créations passées, voulant toujours innover et imaginant les  » Eternals « ,  » Black Panther « ,  » 2001 « ,  » Machine Man  » ou l’incroyable  » Devil Dinosaur « …

En 1976, la loi américaine sur les copyrights était modifiée : les auteurs ?freelance? pouvaient désormais demander rétroactivement des droits sur leurs œuvres passées et le retour complet de leurs droit après 27 ans, sauf s’ils avaient signé un contrat spécifiant qu’il travaillait ?à la page? (en ?work for hire?)… D’où la demande impérieuse de Shooter à ses directeurs de publications de forcer la main aux artistes pour garder les droits des personnages. Kirby, qui espérait toujours des intéressements sur ses créations et qui semble-t-il avait oublié l’avenant à son contrat de 1968, était donc très méfiant. Accepter les chèques équivalait peut-être à accepter cet accord ?

En 1978, Marvel et Universal signèrent un projet cinéma de Silver Surfer. Lee fit appel à Kirby. Ce dernier accepta l’offre, car les dessins de production seraient décomptés de ses 13 planches hebdomadaires et il souhaitait se rapprocher de l’industrie cinématographique. Lorsque la pré-production s’arrêta brusquement, Lee et Kirby décidèrent de poursuivre le projet, bon an mal an. Car Kirby se braquait facilement, surtout quand il devait redessiner certaines pages pour respecter le script de Stan ! Une première !

Ils firent appel à Sinnott pour transformer leur travail en un graphic novel, finalement publié chez Simon & Shuster en 1978. Le Silver Surfer avait beau avoir vu le jour dans les pages des «  Fantastic Four « , le célèbre quatuor était pourtant absent de cet album.

Car Kirby était chatouilleux à l’égard des FF… C’est la raison pour laquelle, lorsque Roy Thomas l’approcha pour reprendre la série, Kirby lui imposa comme condition première d’en être seulement le dessinateur.

Il ne voulait rien créer de plus pour Marvel et demandait qu’on lui fournisse des scénarios ? full script ?, détaillés case par case. Bien sûr, Thomas refusa, mais ne s’avoua pas vaincu pour autant…

À l’occasion du numéro 11 de  » What If ?! « , série dans laquelle Marvel explorait les univers parallèles à sa continuité, Thomas imagina quelle aurait été la face du monde si les FF avaient en réalité été les membres du Bullpen : Stan Lee (pour Reed), Jack Kirby (pour la Chose), lui-même (en tant que Johnny) et Flo Steinberg, la secrétaire de Stan (en Sue). Si l’idée de départ était bien de Roy Thomas, ce fut finalement Jack qui écrivit l’histoire (dessinant au dernier moment la Torche sous les traits du production manager – et inventeur du logo Fantastic Four – Sol Brodsky)…

Et si… Stan, Jack, Sol Brodsky et Flo Steinberg étaient les Quatre Fantastiques ? !

L’histoire fut modérément appréciée à Marvel : Thomas était débouté de son bébé et Stan contrarié que Jack l’appelle sans arrêt ? Stanley ? (ce qui fut d’ailleurs corrigé au lettrage)… Quoi qu’il en soit, Kirby ne revint véritablement sur le comics des FF que pour une dizaine de couvertures, assez vite réalisées.


Couvertures de Fantastic Four réalisées par Kirby entre 1976 et 1978…

À la même époque, Kirby cherchait toujours à percer dans le secteur audiovisuel, basé comme lui sur la côte ouest. Grâce à Stan Lee, à partir de 1978-79, Jack réalisa donc une série de magnifiques story-boards pour la deuxième série animée des  » Fantastic Four  » (les 13 épisodes, chez DePatie-Freling Prod. / NBC), présentant Herbie le robot en lieu et place de la Torche Humaine (car les droits du personnage étaient alors détenus par Universal). Pour la petite histoire, Kirby découvrit avec stupeur une de ces histoires remontée en comics à l’occasion du n°236 de la série (pour le 20ème anniversaire, en novembre 1981), sans qu’on ne lui ait rien demandé, ni payé quoi que ce soit… Et scénarisée qui plus est par … Stan Lee !


le story-board du dessin animé «  Fantastic Four  » avec, en vis-à-vis, la version ?piratée? par Marvel dans FF # 236.

Ceci contribua un peu plus au grief de l’artiste à l’encontre de Marvel et aux paroles acerbes de l’interview de 1989… Un peu comme la Chose, en conflit avec les autres Fantastic Four et subissant de douloureuses désillusions dans le génial épisode 51 de la série : ? This Man, This Monster ?…

Une couverture qui en dit long sur les rapports de la Chose (alias Jack) avec le reste de l’équipe Marvel…

À la suite de cette interview, Jack devait abandonner pour de bon l’univers des comics pour celui des dessins animés, réalisant de nombreux dessins préparatoires pour Ruby-Spears ( » Thundarr « ,  » Rambo « ,  » Centurions « …) ou Hanna-Barbera ( » Scooby and Scrappy Doo « …).


Le meilleur dessin animé pour Ruby-Spears : « Thundarr », alias « Arok le barbare » en France, avec la complicité du grand Alex Toth et du scénariste Steve Gerber.


Kirby réalisera d’innombrables concepts de personnages, de décors ou d’intrigues pour les différentes séries…

Il ne devait revenir qu’épisodiquement à la BD, chez Pacific Comics (dans Captain Victory et Silver Star), DC (Super-Powers, Hunger Dogs, la fin décevante des  » New Gods « …) ou Topps (créant un ? Kirbyverse ? sur plusieurs titres)…


Les premiers comic books grand public distribués en « Direct Sales », directement de l’éditeur aux libraires…


Kirby revint chez DC à la fin des années 80, mais la qualité de sa production avait baissé avec son cancer de la gorge…

Les derniers concepts du King chez Topps…

La querelle entre Kirby et Lee devait s’atténuer avec le temps… Kirby regretta ses paroles légères, volées par le Comics Journal. Pour assurer ses ventes, Groth ne lui avait en effet même pas donné la possibilité d’éditer son texte avant publication ! Stan avait encaissé le choc stoïquement et refusa d’attaquer en justice son vieux collaborateur pour propos diffamatoires. Une dernière rencontre entre les deux géants – aussi inattendue que brève – eut lieu en 1993 à la convention de San Diego, au cours de laquelle Jack tomba dans les bras de Stan. Toujours peu prolixe, ses paroles n’en étaient que plus intenses : « Tu n’as rien à te reprocher, Stan ». Un mouvement de foule devait séparer les deux hommes pour toujours… En février 1994, Lee obtint de Roz Kirby l’autorisation d’assister aux funérailles de Jack…

Conclusion…
Après 50 ans, les Fantastic Four jouissent aujourd’hui d’un statut d’icônes : de nombreux comics parallèles ont publié leurs aventures (Strange Tales, The Thing, Marvel Two-In-One, FF 2099, Ultimate FF…), la série a été traduite dans le monde entier, elle a donné lieu à des jouets, trois séries animées (la dernière en date dans notre beau pays chez Moonscoop(1)) et trois films ont été réalisés pour le cinéma(2), avec le succès que l’on sait, créditant enfin Stan et Jack (même si les héritiers Kirby n’ont jamais gagné un cent dessus !).


Le film « invisible » avec les quatre Fantastiques de 1993…


Des jouets, des dessins animés (dont la dernière série produite en France) et deux blockbusters…

Marvel a également publié en 2008 un inédit de Lee & Kirby intitulé  » Fantastic Four: The Lost Adventure « .

Tom Brevoort, l’éditeur du projet chez Marvel, a obtenu du Jack Kirby Estate et de John Morrow les crayonnés d’un épisode partiellement inédit, rejeté par Lee en 1970 et par la suite retravaillé par John Buscema. À l’origine conçu comme le # 102, cette histoire sortit finalement profondément remaniée dans le numéro 108. L’auteur de ces lignes est particulièrement fier d’avoir pu contribuer à l’aventure, en mettant en contact notre ami Frédéric Manzano de la librairie Déesse (ayant édité il y a quelques années les posters Marvelmania en sérigraphies) avec le staff américain, pour la conception de la couverture du projet. Une page a cependant été oubliée par Marvel et fut publiée en avant-première mondiale dans Strange n°6 (chez Organic Comix, en juin 2008).

La page oubliée par Marvel, retrouvée par votre serviteur et magnifiquement encrée et colorée par Reed Man…

En espérant que de telles sorties (cinéma et comics) sauront rendre justice au tandem Kirby et Lee, véritables génies du vingtième siècle, du même calibre que les Lennon – McCartney ou Richards – Jagger…

Jean DEPELLEY

Lien vers la première et la deuxième partie : http://bdzoom.com/spip.php ?article5279 et http://bdzoom.com/spip.php?article5290.

(1) Lire le dossier consacré à la série animée de Moonscoop dans Métaluna n°2.

(2) Avant les deux blockbusters de Tim Story pour la Fox en 2005 et 2007, un premier film  » Fantastic Four  » fut réalisé en 1993. Il s’agit d’une production New Horizon (la firme de Roger Corman), réalisée à la va-vite par Oley Sassone, car le studio ne bénéficiait des droits des personnages que pour une durée très limitée. Après l’origine des quatre héros, le scénario raconte leur affrontement avec Doctor Doom et le Mole Man. Le film est agréable et fidèle à l’ambiance du comic book, malgré un budget très limité (2 millions de dollars) et des effets spéciaux approximatifs. Il n’est finalement pas sorti en salle et est aujourd’hui malheureusement invisible pour des questions de droits…

mise en page : Gilles Ratier, aide technique : Gwenaël Jacquet

Galerie

4 réponses à « Les Fantastic Four » (3ème partie)

  1. Bardamu dit :

    Bonjour,

    juste une petite correction, c’est John Romita Jr avec Scott Hanna à l’encrage qui oeuvra sur the last fantastic story et non Alan Davis.

    Cdt

    • Bdzoom dit :

      Oups ! Zut ! Une erreur de ma part…

      Il ne faut pas se fier a ses souvenirs…

      Merci pour votre correction !

      C’est, en effet, bien John Romita Jr. qui a dessiné «  The Last Fantastic Four Adventure  » !

      Désolé !

      Jean Depelley

  2. Renaud SOYER dit :

    Merci pour ce super article, comme toujours oserais-je dire ! Je trouve qu’il y a peu de commentaires au vu du travail fourni, mais bon, c’est comme cela. Je tiens un petit site sur le Box Office et je constate que les lecteurs aiment bien lire mais peu encourager, alors je m’y attèle le plus régulièrement possible.
    Alors ça tombe bien, parce que j’ai vu cette fameuse version des FF estampillée CORMAN. L’esprit n’est pas si mal et évidemment le petit budget ne permet pas grand chose, mais la Chose est tout de même assez recherchée. Personnellement je retiens la dernière image du film qui me déclenche toujours une belle hilarité, non moqueuse : le bras de Mister Fantastique sortant de la voiture où se trouvent les jeunes mariés, qui semble être un ballon baudruche peint en bleu flottant au vent. irrésistible !!
    Beaux articles sur les FF de Jack KIRBY (et de Stan LEE), merci de toutes ces informations.
    Que puis je dire de plus ? Qu’il faut relire les aventures des FF par Kirby, car on redécouvre à chaque lecture des détails nouveaux dans la façon par le King de construire ces planches. Dessinateur définitif de la série ( qui peut dessiner mieux la Chose que son créateur ?) il reste à redécouvrir à l’infini. Un grand merçi à Joe SINOTT encreur incomparable des meilleurs épisodes des FF….
    Merci beaucoup

  3. Julien dit :

    « Who wants to be a Superhero ?  » diffusé sur SYFY n’a duré que 2 saisons … dommage. c’était une émisison de « real TV » très bien scénarisé, et bien animé par Stan Lee. Les deux gagnants ont eu droit à leurs personnages en « comic book », édité chez … Dark Horse et scénarisé par Stan Lee himself :. (le premier c’était FEEDBACK… le second, plus le nom en tête, c’était juste un flic, qui devenait un super flic … )
    Stan Lee continue plus que jamais via l’audiovisuel, avec le POW! Entertainement, et a créée le buzz avec GOVERNATOR … qui met en scène Schwarzy ! (aussi bien sur le personnage que le doublage de voix )

  4. On peut trouver le film produit par Corman en 1994, et même avec un sous titrage français.
    Peut on parler de pirate pour un film qui n’existe pas ;-) Mad Movies dans son n° actuel lui a consacré deux pages… le masque de Fatalis est très Kirbyien, surtout au niveau « bouche »… en totu cas un film plaisant et pas aussi nanar qu’on peut le présumer…