« Les Chevaliers d’Émeraude »T1

Décidément, la littérature pour la jeunesse inspire de plus en plus éditeurs, scénaristes et dessinateurs de bande dessinée, et nombreuses sont les adaptations d’œuvres phare dans ce domaine.

Nous vous parlions la semaine dernière de la sortie du premier album BD des « Colombes du Roi-Soleil », une série historique très appréciée de jeunes lectrices.
Cette semaine, c’est à une autre série culte de fantasy que nous nous intéressons : « Les Chevaliers d’Émeraude », née de l’imagination féconde de l’écrivaine Anne Robillard, surnommée parfois la « J.K. Rowling québécoise ».

Riche de 12 volumes et d’ouvrages satellites, cette série connaît, depuis sa sortie au Québec en 2002, et en France en 2008 chez Michel Lafon, un succès retentissant, porté par une auteure très présente et une communauté de lecteurs particulièrement active, si l’on en juge par les nombreux forums de discussions qui lui sont consacrés sur le Net.
L’action se déroule sur Enkidiev, un vaste continent où humains, elfes et fées vivent dans une paix relative depuis plusieurs siècles. Mais bientôt, cette paix est menacée par l’Empereur noir, Amecareth, qui veut envahir le continent avec ses armées multiformes.
Une poignée d’humains, les sept Chevaliers d’Émeraude, dotés d’importants pouvoirs magiques, a la capacité de lutter contre les forces du mal. Telle est leur mission mais ces six hommes et cette femme auront fort à faire …
Inscrite dans un univers médiéval, la saga utilise la trame classique de la lutte entre les forces du bien et celles du mal. Mais la richesse de l’univers développé au fil des ouvrages et le charisme des personnages en font toute la richesse et la puissance d’impact auprès des lecteurs qui en dévorent les livres, sans se lasser.

Aujourd’hui, le dessinateur Tiburce Oger entre en chevalerie à son tour et met en images l’univers d’Anne Robillard qui en assure le scénario. Une tâche délicate car il s’agit de ne pas décevoir les fans ! Mais le médiéval, il connaît :
« J’ai commencé en 1992 avec une série médiévale fantastique qui s’appelait « Gorn » (chez Vents d’ouest). C’est ce côté médiéval que j’ai aimé dans « Les Chevaliers d’Émeraude » : on est plus proche de l’esprit du « Chevalier à la Charrette » de Chrétien de Troyes et des légendes que ce que l’on appelle l’heroic fantasy à l’américaine … », explique Tiburce Oger.
Ce premier volume, « Les Enfants magiques » n’est pas l’adaptation du premier roman. Pour l’occasion, Anne Robillard a concocté une histoire inédite en racontant l’origine et l’enfance des sept chevaliers.
Tout commence lorsque le magicien de Cristal apprend les funestes projets de l’empereur Amecareth. Le roi Émeraude Ier et son magicien Élund décident alors de reformer l’ordre ancien des Chevaliers d’Émeraude et de faire rechercher, sur tout le continent, de jeunes enfants dotés de pouvoirs magiques.
C’est ainsi que Bergeau, Chloé, Dempsey, Falcon, Jasson, Santo et Wellan, âgés de 5 à 6 ans, arrivent à la cour et passent les épreuves de sélection avec succès. Quinze ans durant, ils sont éduqués et entraînés pour leur future mission. Ils apprennent à maîtriser leurs pouvoirs et à se respecter les uns les autres.

Un premier album très spectaculaire et magnifique sur le plan graphique. Tiburce Oger est dans son élément, maîtrisant parfaitement les ombres et les lumières, jouant avec les cadrages pour souligner l’immensité des certains décors : murailles impressionnantes, montagnes menaçantes ou crypte secrète. On évolue dans les pays d’origine des sept jeunes héros : le désert du Royaume de Fal, le palais étincelant du Royaume de Diamant ou la forêt du Royaume de Turquoise. La vignette pleine page de la grande salle gothique du château d’Émeraude, où sont accueillis les enfants magiques, est époustouflante. Pour dessiner les personnages principaux, Tiburce Oger a d’abord travaillé les personnages adultes, quand ils avaient une vingtaine d’années. Il les a rajeunis ensuite en dessinant des visages d’enfants. Dans les dernières pages de l’album, on les voit ainsi grandir et évoluer : ils ont vingt ans, ils sont prêts pour l’aventure. La quête peut commencer.

Catherine GENTILE

« Les Chevaliers d’Émeraude » T1 (« Les enfants magiques ») par Anne Robillard et Tiburce Oger

Éditions Michel Lafon / Casterman (12,95 euros)

Galerie

Les commentaires sont fermés.