« Airborne 44″ T3 par Philippe Jarbinet

Nul ne peut nier les progrès graphiques réalisés par le dessinateur de « Mémoires de cendres » et de « Sam Bracken » avec sa nouvelle série épique, humaniste et historique, qu’est « Airborne 44 » ; les deux premiers tomes, qui racontaient la bataille des Ardennes, étant parus simultanément, en 2009.

Le passage à la technique de l’aquarelle, pour la colorisation de ses planches, a donc été très bénéfique à ce professeur de dessin très influencé par le trait classique mais impressionnant d’Hermann ; et il semble, même, qu’avec le premier volume de ce nouveau diptyque, il ait encore franchi un degré supplémentaire, polissant tranquillement sa pierre brute.

Alors qu’il a, peut-être, discipliné tous les outils graphiques mis à sa disposition, c’est pourtant surtout au niveau de la narration que Philippe Jarbinet semble, aussi, se bonifier : ayant trouvé un juste équilibre entre une documentation très précise, des évènements mis en scène de façon cinématographique, des personnages touchants et des dialogues qui sonnent justes.

Par ailleurs, resserrant les mailles de la réalité historique, il réussit, toutefois, à laisser la place à l’émotion et à l’imagination du lecteur…

Exercice d’autant plus difficile que la construction de l’histoire se doit d’être parallèle à celle du premier cycle : « Les deux sont indépendants, et pourtant inséparables. C’est leur complémentarité, plus que leur succession, qui fait leur spécificité. ».

Dans ce premier opus, Philippe Jarbinet nous évoque le débarquement en Normandie à travers le prisme d’un jeune couple, éperdument amoureux, que la guerre va séparer : lui est Américain en vacances en France, elle est française, et il doit repartir aux USA, en 1938. Six ans plus tard, un 6 juin, il reviendra pour débarquer à Omaha Beach… Le lecteur, lui, ne pourra qu’être bouleversé par le poids des textes et le choc des images…

Gilles RATIER

« Airborne 44 » T3 (« Omaha Beach ») par Philippe Jarbinet
Éditions Casterman (11,95 €)

Galerie

Les commentaires sont fermés.