« Les Colombes du Roi-Soleil » T1

« Les Colombes du Roi-Soleil » sont, au départ, une série de romans historiques publiée aux éditions Flammarion jeunesse, dont le catalogue fait la part belle à ce genre littéraire. Anne-Marie Desplat-Duc, l’auteure, est l’une des grandes spécialistes du roman historique pour la jeunesse, qui avoue sa prédilection pour le siècle de Louis XIV et le XVIIIème siècle.

La série, qui avance à un rythme de parution très soutenu, est riche aujourd’hui de dix volumes, dont le premier, « Les Comédiennes de Monsieur Racine », fut publié en 2005.

Les dix volumes de la série :
« Les Comédiennes de Monsieur Racine », 2005 – « Le Secret de Louise », 2005 – « Charlotte la rebelle », 2006 – « La Promesse d’Hortense », 2006 – « Le Rêve d’Isabeau » , 2007 – « Eléonore et l’alchimiste », 2007 – « Un corsaire nommé Henriette », 2008 – « Gertrude et le Nouveau Monde », 2009 – « Olympe comédienne », 2010 – « Adélaïde et le prince noir », 2011.
Le tome 11 : « Jeanne et les parfums », est à paraître en janvier 2012.

« Les Colombes du Roi-Soleil » ont rapidement séduit un lectorat d’adolescentes, séduites par le charisme des différentes héroïnes et le cadre dans lequel elles évoluent. Comme quoi, il n’y a pas que la fantasy et les jeunes sorciers qui ont les faveurs des jeunes lecteurs !
Plus de 500 000 exemplaires de la série ont été vendus depuis 2005, en grand format et en version poche. De plus, un site très actif draine plusieurs milliers d’abonnés, en proposant , entre autres, des notices bien faites qui éclairent le contexte historique de la série. www.lescolombesduroisoleil.com

Le contexte historique
Les héroïnes de la série sont toutes pensionnaires à la Maison Royale de Saint-Louis. Celle-ci fut créée par Madame de Maintenon, en juillet 1686, sur le domaine de Saint-Cyr situé à une lieue seulement de Versailles. Madame de Maintenon, que Louis XIV venait d’épouser secrètement, souhaitait ouvrir une école destinée aux jeunes filles pauvres de l’aristocratie. Les 250 élèves, âgées de 7 à 20 ans, y étaient éduquées et instruites, selon des règles et une religion catholique très strictes, à l’écart du monde et des dangers de la cour. A vingt ans, elles pouvaient choisir de rester dans la communauté en prenant le voile ou de regagner le monde avec une dot offerte par le roi.
La Maison Royale de Saint-Louis fut définitivement fermée en 1793. Ses bâtiments abritent aujourd’hui le lycée militaire de Saint-Cyr.

Les personnages et le récit
Louise de Maisonblanche, Charlotte de Lestrange, Isabeau de Marsanne et Hortense de Kemenet sont les protagonistes des premiers romans. Elles vivent à Saint-Cyr depuis plusieurs années déjà, presqu’entièrement coupées de leurs familles. Elles ont entre 15 et 16 ans et appartiennent à la classe jaune. Malgré leurs aspirations et leur caractère différents, elles sont amies et aiment parler ensemble, le soir, dans leur dortoir, puisque, officiellement, dans cette stricte maison, les conversations personnelles sont prohibées.
Louise, la blonde, est douée pour le chant et la musique. Charlotte, la rebelle, vient d’une famille huguenote. Elle étouffe à Saint-Cyr et souffre d’avoir dû se convertir au catholicisme. Elle attend avec impatience le jour de ses vingt ans où elle pourra enfin vivre et retrouver François, dont elle est amoureuse.
Isabeau, la Provençale, est ouverte et généreuse. Elle aimerait devenir maîtresse à son tour et s’occuper des jeunes pensionnaires. Mais, pour cela, il lui faudrait renoncer au monde.
Enfin, Hortense, la jolie rousse, est satisfaite de son sort et aime la vie dans cette communauté. Très pieuse, elle songe à prendre le voile. Mais l’amour en décidera autrement.
Lorsqu’on fait la connaissance de ces quatre jeunes filles, en ce jour d’octobre 1688, toute la maisonnée est en effervescence car l’on attend la visite du roi. Les demoiselles se préparent, ajustent leurs corsets et leurs coiffures, répètent leurs révérences et le chant que Sa Majesté vient écouter.
Louise s’émeut lorsque le roi la complimente.
Quelques jours plus tard, Monsieur Racine arrive à la Maison Royale avec le manuscrit de la pièce que Madame de Maintenon lui a commandée spécialement pour ses pensionnaires, « Esther ». Cette tragédie sainte, tirée de l’histoire biblique d’Esther, permet au dramaturge et historiographe du roi, de rendre à son souverain un hommage appuyé. Les élèves de la classe jaune sont les seules qui joueront ou chanteront dans la pièce que Louis XIV et quelques personnages viendront voir à Saint-Cyr. Les quatre amies auront-elles la chance de participer à cette aventure exaltante et de sortir ainsi de la routine de leur vie cloîtrée ?

La bande dessinée, adaptée du premier volume des « Colombes du Roi-Soleil », reprend fidèlement la trame du roman et l’essentiel des dialogues. Roger Seiter, le scénariste pressenti par l’éditeur, a déjà adapté en bande dessinée quelques plumes célèbres, dont monsieur Edgar Poe.
La dessinatrice, Mayalen Goust, vient de l’illustration jeunesse. Elle a pu s’appuyer sur le roman bien documenté d’Anne-Marie Desplat-Duc, pour travailler sur les décors et l’ambiance de la Maison Royale.
Le résultat est intéressant graphiquement. Mayalen Goust joue sur les contrastes entre les décors majestueux, parfois figés dans un strict ordonnancement, et les personnages, ces jeunes filles pleines de vie, qui veulent bouger, jouer, parler. Elle montre à la fois le mouvement et l’immobilité, l’ordre qui règne et la vie qui jaillit. C’est une robe dont les plis s’animent, la posture d’un corps , une ombre chinoise, ou les silhouettes des jeunes filles parlant en cachette dans le dortoir, que l’on distingue à travers l’étoffe de leurs rideaux de lit. On peut aussi déceler une petite influence manga, notamment dans la manière dont elle dessine les jeunes héroïnes, leurs visages fins et expressifs en gros plans, leurs yeux.
Cet album est de bonne facture, tend sur le fond, permettant une bonne première approche de l’époque de Louis XIV, que sur la forme. Il ravira sans doute les accros de la série. Il donnera peut-être aussi aux non initiées l’envie d’en savoir plus. Les Colombes ont encore de beaux jours devant elles …
Le tome 2 est annoncé pour le printemps 2012.

Catherine GENTILE

« Les Colombes du Roi-Soleil» T1 (« Les Comédiennes de Monsieur Racine ») par Anne-Marie Desplat-Duc, Roger Seiter et Mayalen Goust

Éditions Flammarion (13 €)

Galerie

4 réponses à « Les Colombes du Roi-Soleil » T1

  1. pommeret dit :

    je trouve cette bande dessinée très bien faite les dessin style manga sont assez bien et surtout l’histoire est très respecter par rapport au roman. je trouve ça génial et j »espère qu’il y aura la suite!

  2. Anasthasia dit :

    J’ai beaucoup aime les 11 livres et maintenant il y a la bd. Génial ! L’histoire est bien respectée. Vivement le tome 2.

  3. Nancy dit :

    Moi je n’ai pas lu les BD mais seulement les livres! Je vais bientôt commencer « Olympe comédienne »!
    J’adore cette série!!<3 je dévore les tomes!:)