Vittorio Giardino

Déclinaison moderne et érotique de « Little Nemo in Slumberland », « Little Ego » de l’Italien Vittorio Giardino est une série d’histoires courtes gentiment dévergondées où le petit garçon et ses songes mirifiques prennent les traits d’Ego : douce ingénue sujette à des désirs plus ou moins avouables.

Cette récréation onirique dans le parcours réaliste d’un maître de la ligne claire, plus connu pour ses intrigues inspirées et solidement charpentées (« Sam Pezzo », « Max Fridman », « Jonas Fink »…), a été conçue à l’aube des années quatre-vingt : exactement en mai 1983, dans les pages du somptueux magazine transalpin Special Glamour International Magazine, hélas disparu depuis ! On retrouvera cette version coquine et féminine de ce héros mythique (que Winsor McCay créa en 1905) dans une autre revue italienne : le mensuel de bandes dessinées Comic Art, à partir de juin 1985 ; puis dans deux albums, en 1990, dont l’un était publié par l’équipe de Glamour International Production et l’autre par la maison d’édition de Comic Art.

En France, quelques épisodes de « Little Ego » ont été traduits dans le mensuel Circus des éditions Glénat, dans les n°84, 86bis, 87 et 88 de 1985, n°101 de 1986, n°108 et 109 de 1987 et n°127 de 1989, avant que l’intégralité des quarante-six pages de ce délicieux pastiche, mélange d’élégance graphique et de féerie délurée, soit compilée, en 1989, dans un bel album de la collection « Caractère », chez Glénat ; lequel vient d’être réédité chez Drugstore, filiale de l’éditeur grenoblois, dans une nouvelle édition re-maquettée et enrichie de dessins inédits, ainsi que de la traduction d’une préface, datée d’octobre 2004, où Vittorio Giardino se fend d’une explication amusante quant à la création de cette jeune femme transportée dans ses rêves érotiques qu’il aurait imaginée vers 1982, voire en 1981 !

Bien entendu, cette réédition est pour nous l’occasion de se pencher sur la carrière de ce créateur sophistiqué, né à Bologne, le 24 décembre 1946, et qui ressemble beaucoup à ses héros : « Comme tous les personnages de fiction, « Max Fridman » est en partie le reflet de son créateur. Nous avons des points communs : nous sommes tous les deux barbus, nous fumons la pipe et nous ne sommes pas très grands. Nos parcours politiques se ressemblent aussi : nous sommes de gauche mais nous avons perdu notre foi politique, sans pour autant renier nos convictions profondes. La différence, c’est que je n’ai pas connu la guerre… ».(1)

Se destinant, à l’origine, à une carrière d’ingénieur en électronique (il a d’ailleurs exercé ce métier pendant neuf ans, à partir de 1969), Vittorio Giardino s’est converti sur le tard au 9e art, à l’âge de trente et un an, mais il a toujours aimé dessiner ! Même s’il n’a jamais fait d’études artistiques, avant de savoir écrire, il passait déjà plusieurs heures par jour à dessiner pour s’amuser et il regardait aussi les vignettes des bandes dessinées bien avant de savoir lire : « Même lorsque j’étais à l’université, de temps en temps, je m’amusais à dessiner ; mais ce n’était pas encore des BD parce que je n’avais pas le temps de le faire. C’est bien plus rapide de faire un petit dessin que de faire une histoire dessinée et c’est pour cela que j’ai arrêté mon métier d’ingénieur car je me rendais compte que la BD demandait beaucoup de temps. Il est impossible de faire sérieusement de la BD en ayant un autre métier. ».(2)

Ces premières histoires en noir et blanc, dont il est déjà le responsable des scénarios et des dessins, paraissent dans le magazine Città Futura, de juillet à décembre 1978 : « Pax Romana », « Da Territori Sconosciuti » (trois et cinq pages publiées dans le n°27), « Ritorno felice » et « La Predella di Urbino » (deux fois quatre pages publiées dans le n°31), « Encomiendero » (cinq pages publiées dans le n°37)

et « Un cattivo affare » (quatre pages publiées dans le n°47) ! Pour un album collectif édité par L’Isola Trovata (« Indagini nell’altro quando »), il dessine aussi les vingt pages de « La Pratica », publiées en octobre 1978.

Puis, il conçoit les enquêtes ironiques de « Sam Pezzo », tout en noir et blanc : « Sam Pezzo fut mon premier personnage. J’ai toujours été un grand amateur de romans et de films policiers. C’est pourquoi l’idée de créer un héros détective m’est venue tout naturellement… Si je me suis un peu écarté de la norme, c’est en m’efforçant de ne pas rendre Sam Pezzo trop chanceux avec les femmes ; alors que le détective traditionnel est un « tombeur ». De ce point de vue, Pezzo reflète davantage mon expérience personnelle. ».(3)

Les aventures de ce privé désabusé paraissent dans les mensuels Il Mago (entre mai 1979 et décembre 1980) et Orient Express (d’octobre 1982 à novembre 1983)(4).

À cette même époque, on lui doit également quelques illustrations pour les revues et quotidiens À l’Unità, Glamour International Magazine, Glamour Star, La Città, Il Nuovo Ravennate, La Repubblica, Fumo di China, Stripschrift et même pour le Je Bouquine des éditions françaises Bayard…(5)

Pour Bolognaincontri (n°7/8 de juillet 1983), il dessine aussi « L’Ultimatum » (deux pages en noir et blanc qui ne seront traduites que dans le n°234 d’(À Suivre), en 1997),

pour Il Messaggero, ça sera « Welcolme to Rome » (une planche dans le numéro du 10 août 1983),

alors que pour Comic Art n°1 de juin 1984, Vittorio Giardino dessinera les quatre pages d’« A carnevale »,

puis les trois de « Mystfest » dans le n°3 de septembre ; sans compter nombre de planches, plus ou moins inédites, qui restèrent dans ses cartons, comme les cinq pages d’« Al circo », « I Mandanti »,

« L’Oro di Ofir » (en 1978), « Socialdemocratici »

ou « Hallo ! » destinée pour un livre d’enfant (en 1980),

« Auguri » (une histoire en quatre planches réalisée en 1984),

une autre version de « Carnevale ’84 » (également en 1984),

six pages crayonnées pour une histoire pour un parfum (« L’Incontro ») ou les quatre autres intitulées « Bruno Buozzi » et destinées à l’album collectif « Cinquanta X Cento »(6)

Il faut dire qu’entre-temps, notre dessinateur vient de lancer, dans le n°1 de juin 1982 d’Orient Express (nouvelle revue italienne de bandes dessinées publiée par L’Isola Trovata), un ambitieux récit d’espionnage situé dans les années quarante qui lui prend tout son temps mais avec lequel il obtient sa première renommée internationale : « Max Fridman » qui a connu jusque-là trois longues aventures(7) qui seront publiées ensuite, en Italie, dans le magazine Corto Maltese. La dernière de ces histoires complexes et très documentées sera publiée, entre1999 et 2008, en trois parties évoquant l’implication de ce héros dans la guerre civile espagnole. « Je n’ai jamais envisagé mon récit en terme d’albums, mais en terme d’histoire. Je pressentais qu’une histoire sur la guerre civile espagnole serait longue car j’avais beaucoup à dire sur ce sujet. Si cette aventure se déroule, en définitive, sur trois épisodes, pour moi c’est la même histoire, mais décomposée en trois parties pour des raisons pratiques liées au prix, aux contraintes techniques, aux dates de parution. Mais il ne s’agit finalement que d’une seule et unique histoire ! »(8).

Parallèlement à ces séries ambitieuses qui lui demandent beaucoup d’énergie et avant de créer son autre chef-d’œuvre réaliste (« Jonas Fink », publié dans le mensuel Il Grifo, en 1993(9)), Vittorio Giardino conçoit des récits un peu plus légers, plus courts et plus amusants. Ces historiettes acidulées, basées sur le mensonge et la tromperie, sont notamment publiées L’Espresso, à partir de 1986, et seront compilées sous le titre « Vacanze fatali »).

En France, ces « Vacances fatales » sont hébergées par le magazine (À Suivre)(10) des éditions Casterman qui en publieront un premier volume en 1991 et un second, en 2003, sous le titre « Voyages de rêves ». Ce mensuel reprend aussi quelques autres histoires courtes comme « Troppo onore » (deux pages publiées à l’origine dans Vogue Paris n° 752 et traduites par « Trop d’honneur » dans le n°133 de 1989)

et « Vecchie volpi » (une page traduite par « Vieux renards » dans le n°233 de 1997),

ainsi qu’un hommage à Federico Fellini (les trois pages de « Nebbia » traduites par « Brume » dans le n°191 de 1993)

et un autre à « Corto Maltese » (une planche réalisée en 1981 pour le livre « Dedicated to Corto Maltese » des éditions del Grifo et traduite par Kesselring, dans un ouvrage éponyme, en 1985, puis dans le n°14 de Corto, en septembre 1987, et dans le n°213 d’(À Suivre) en 1995).

D’ailleurs, Vittorio Giardino est l’auteur de bien d’autres hommages à ses auteurs et séries préférés… Si un dessin représentant « Superdupont » est paru dans le BoDoï spécial élections de 2002, certains n’ont pas eu l’honneur d’une traduction française : tels celui à Milton Caniff avec « Terry e i Pirati a Treviso » (une page pour le festival Trevisocomics, en 1984),

à Carl Barks avec « A nord-est di Bamba Issa » (trois pages publiées dans l’ouvrage « I love Paperino » aux éditions del Grifo en décembre 1984),

à Marlene Dietrich et « Betty Boop » avec « The Von Sternberg Case » (une page dans l’ouvrage « Marlene Dietrich & Betty Boop » aux éditions del Grifo en août 1985),

à « Tex Willer » (une page intitulée « Tex visto da … »), à Magnus (une page intitulée « Estasi di un delitto »), à « Martin Mystère » (une page intitulée « Martin in Mysteryland »),

à la série « Diabolik » (huit pages intitulées « Cosa c’è sotto » pour l’album « Diabolik : visto da lontano »…

Le soap-opéra « Eva Miranda », crée en 1998 (mais seulement publié en France dans un album de quarante-six pages, aux éditions Casterman, en 2005), peut être aussi rangé dans cette même veine parodique… Sans oublier les magnifiques vignettes couleurs qu’il a composées en pages narratives et qui ont été publiées dans la luxueuse revue Vogue Paris, en 1995 (« Le Grand sommeil », trois pages au n° 752, « Gaines mondaines », quatre pages au n°756, « Les Saisons du corps », six pages au n° 758, « La Lectrice illustrée », quatre pages au n° 763)…)

ou la page pour « Tribolo, l’incroyable aventure », un album collectif édité par la Loterie romande, à Lausanne (Suisse), en 2007, sur un scénario-canevas de Jean-David Morvan : une histoire suivie, dont chaque page était prise en charge par un dessinateur.

Certainement trop occupé par ces divers travaux d’illustrations et de commandes beaucoup plus rémunératoires, s’il a bien clos l’histoire de « Max Fridman » sur la guerre civile espagnole, Vittorio Giardino n’a encore réalisé aucun des autres projets qu’il envisageait lorsqu’il se confiait à Fabien Tillon dans Bo Doï n°56 d’octobre 2002 : « Malheureusement pour moi –ou heureusement, selon le point de vue- j’ai toujours beaucoup d’idées de scénario. Dans mes tiroirs, j’ai une nouvelle histoire de « Sam Pezzo » qui reste un personnage cher à mon cœur et que j’aimerais reprendre. J’ai aussi quelques histoires brèves pour un album entier de « Little Ego ». Il me faut terminer soit l’histoire espagnole de « Max Fridman », soit le cycle « Jonas Fink ». Et puis, j’ai bien envie de réaliser quelque chose de complètement différent, ce qui me fascine beaucoup : un scénario se déroulant à Venise au XVIIIe siècle. J’ai tellement d’idées… ».

L’urgence serait quand même de finir « Jonas Fink », série se déroulant dans la Tchécoslovaquie communiste des années cinquante : cela fait en effet quatorze ans que l’on attend de connaître la destinée de ce garçon confronté à une vie quotidienne pour le moins difficile. D’autant plus que, salué par ses pairs et par la critique, cette bande où ses qualités de conteur sont évidentes et où son style s’inspirant de la ligne claire arrive à maturité a certainement contribué à imposer Vittorio Giardino comme l’un des auteurs majeurs d’Italie (voir aussi http://users.belgacom.net/vittorio_giardino_universe/Framesetfrans.htm) !

Gilles RATIER

(1) Extrait d’une interview de Vittorio Giardino par Christophe Quillien parue dans le n°116 de Bo Doï, daté de mars 2008.

(2) Extrait d’une interview de Vittorio Giardino par Jean-Michel Boxus et Marc Carlot parue dans le n°18 d’Auracan, daté d’août-septembre 1997.

(3) Extrait d’une interview de Vittorio Giardino par Thierry Groensteen parue dans le n°71 des Cahiers de la Bande dessinée, daté de septembre- octobre 1986.

(4)« Piombo di mancia » (quinze pages traduites par « Pour des nèfles » dans le n°27 de Circus, en 1980, et dans l’album « Les Enquêtes de Sam Pezzo » tome 3 publié chez Glénat, en 1982), « Nessuno ti rimpiangerà » (onze pages traduites par « Personne ne te regrettera » dans le n°28 de Circus, en 1980, et dans l’album « Les Enquêtes de Sam Pezzo » tome 2 publié chez Glénat, en 1981), « Risveglio amaro » (vingt-huit pages traduites par « Réveil Amer » dans les n°29 et 30 de Circus, en 1980, et dans l’album « Les Enquêtes de Sam Pezzo » tome 1 publié chez Glénat, en 1981), « La Trappola » (vingt-six pages traduites par « La Souricière » dans l’album « Les Enquêtes de Sam Pezzo » tome 1), « Merry Christmas » (trente-sept pages traduites dans le n°33bis de Circus, en 1980, et dans l’album « Les Enquêtes de Sam Pezzo » tome 3), « L’Ultimo colpo » (trente-trois pages traduites par « Son dernier coup » dans l’album « Les Enquêtes de Sam Pezzo » tome 2), « Shit City » (quarante-six pages traduites dans l’album « Les Enquêtes de Sam Pezzo » tome 4 publié chez Glénat, en 1983, dont les quatorze premières pages sont traduites par « Le Jockey en cavale » et ont été pré-publiées sous ce titre dans le n°48bis de Circus, en 1980), « Jukebox » (une page traduite par « Juke-box » dans Grenoble Mensuel n°17 d’avril 1985 et dans l’intégrale « Les Enquêtes de Sam Pezzo » publiée chez Glénat, en 1999) et « Nightfire » (quatre pages traduites « Une blonde à croquer » dans le n°78 de Circus, en 1984, ou « Le Coup d’une nuit » dans l’intégrale « Les Enquêtes de Sam Pezzo »).

(5) Il s’agit de la mise en images du roman pour adolescents « Le Soupçon » de Boileau-Narcejac dans le n°9 de novembre 1984

et de l’adaptation en dix pages de bande dessinée de la nouvelle de Dino Buzzati « Le Veston ensorcelé » par Benoît Marchon, dans le n°153 de novembre 1996.

(6) La plupart de ces travaux sont au sommaire de l’indispensable ouvrage « Vittorio Giardino Glamour Book » (textes en trois langues -l’italien, l’anglais et le français- de Vincenzo Mollica, sous la direction d’Antonio Vianovi) publié en janvier 1986 par Glamour International Production. Hélas, comme il est devenu complètement introuvable aujourd’hui, les amateurs devront apprécier à sa juste valeur le recueil « Luxe, calme et volupté », dans la collection « Raconteur d’images » de chez Mosquito, qui compile aussi quelques belles images en couleurs dont celles du portfolio « La Finestra di Notte » (« Fenêtres de nuit ») publié par la librairie Raspoutine de Lausanne en 1998…, et qui n’avaient été proposées qu’en noir et blanc dans le « Glamour Book », douze ans plus tôt !







(7) Il s’agit de « Rapsodia ungherese » (quatre-vingt-dix pages traduites en France par « Rhapsodie hongroise », album publié aux éditions Glénat en 1982), « La Porta d’Oriente » (soixante-deux pages traduites en France par « La Porte d’Orient » dans Vécu n°7 à 13 de 1985, album publié aux éditions Glénat en 1986) et « No pasarán ». Cette dernière histoire se compose de trois albums : « No pasarán » (cinquante-quatre pages traduites en France dans un album publié aux éditions Glénat en 1999), « Rio de sangre » (quarante-six pages traduites en France dans un album publié aux éditions Glénat en 2002 ; avec six pages publiées en avant-première dans le n°32 de la seconde version de Vécu, en 2002) et « Sin Ilusiòn » (soixante-deux pages traduites en France dans un album publié aux éditions Glénat en 2008).

(8) Extrait d’une interview de Vittorio Giardino par Hans Ferhart dans le n°32 de Vécu, daté de novembre 2002.

(9) Les deux longues premières histoires de « Jonas Fink » ont été traduites en France dans (À Suivre) : les quarante-six pages de « L’Infanzia » (« L’Enfance »), dans les n°193 à 196 de 1994 et dans l’album publié par Casterman en 1994, et les quatre-vingt-quatorze pages de « L’Adolescenza » (« L’apprentissage »), dans les n°205 à 208 de 1995, dans les n°227 à 229 de 1996, et dans l’album publié par Casterman en 1997.

(10) « Umido e lontano » (huit pages traduites par « Humide et lointain » dans (À Suivre) n°125 de 1988), « Quel brivido sottile » (trois pages traduites par « Délicat frisson » dans (À Suivre) n°126 de 1988), « Safari » (huit pages dans (À Suivre) n°127 de 1988), « Sotto falso nome » (dix pages traduites par « Sous un faux nom » dans (À Suivre) n°128 de 1988), « Fuori stagione » (huit pages traduites par « Hors saison » dans (À Suivre) n°130 de 1988), « Candidi segreti » (six pages traduites par « Blanc comme neige » dans (À Suivre) n°131 de 1988, reprises dans Bo Doï n°HS3 de 2001), « Il ritrovamento di Paride » (vingt-deux pages traduites par « La Découverte de Paris » dans (À Suivre) n°155 de 1990) et « La Terza verità » (vingt-quatre pages traduites par « La Troisième vérité » dans (À Suivre) n°159 de 1991) forment le premier album intitulé « Vacances fatales » ; « Isola del mito » (huit pages traduites par « L’Île du mythe »), « Il Maestro » (dix-huit pages traduites par « Le Maître »), « Restauri » (vingt pages, traduites par « Restaurations », dont les quatorze dernières ont été pré-publiées dans (À Suivre) n°178 de 1992, sous le titre « Piero, les rêves, le temps ») et « La Rotta dei sogni » (neuf pages traduites par « La Route des songes » dans (À Suivre) n°231 de 1997) constituent le deuxième intitulé « Voyages de rêve ».

Galerie

2 réponses à Vittorio Giardino

  1. Bdzoom dit :

    Salut Gilles,

    Suite à ta dernière chronique du coin du patrimoine, je te fais suivre une précision à propos de la page « Tribolo, l’incroyable aventure », citée parmi les histoires courtes de Giardino datant du début des années 80 : en fait cette page est bien plus récente, elle date de 2007, pour un album collectif de la Loterie romande, à Lausanne (Suisse), sur un scénario-canevas de Jean-David Morvan (histoire suivie, dont chaque page est prise en charge par un dessinateur).

    Par ailleurs, les lecteurs francophones seront peut-être intéressés de savoir que, comme très souvent, ils ont été privés des très utiles préfaces illustrées rédigées par Giardino lui-même pour « No pasaran », « Rio de sangre » et Sin ilusion », publiées dans les éditions italienne (Lizard), allemande (Saleck Publications) et je crois (à vérifier) dans les autres traductions, hormis le français. C’est une lamentable habitude de l’édition française (bien au-delà de la BD), de sucrer introductions, bibliographies, index et autres compléments indispensables. C’est plus facile et moins coûteux de jeter en pâture aux lecteurs de BD quelques pages de crobards et esquisses n’amenant souvent pas grand chose.

    Enfin une anecdote: à la sortie de l’excellent « Luxe, calme et volupté » (Mosquito), dont j’ai signé la préface, Giardino a découvert que son nom avait été oublié sur la couverture! Je vous laisse imaginer son dépit amusé, mais sans perdre son calme habituel, il s’est mis à la rajouter à la main, en imitant la typographie du titre, sur les livres qu’il se mettait à dédicacer. Cela se passait à Lausanne à la librairie Raspoutine, qui entretient des liens amicaux particuliers avec Vittorio, comme avec de nombreux autres dessinateurs d’Italie, pays d’origine de Lorenzo Pioletti.

    Amitiés

    Ariel Herbez

    • Bdzoom dit :

      Salut Ariel !

      Merci de tes précisions et commentaires : j’ai corriger l’article en supprimant  » Tribolo, l’incroyable aventure  » des histoires réalisées dans les années 80 et en le mettant avec ceux faits vers 2000 et plus (après les travaux pour Paris Vogue) ! En fait, je ne connaissais pas cette page et, donc, n’avais pas réussi à la localiser et la dater !!!

      La bise et l’amitié

      Gilles Ratier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>