« FONDATION AQUABLUE»,

tome 8 de la série Aquablue,par Cailleteau et Tota. (Delcourt).

Costume – cravate pour Nao !

Ayant récupéré son héritage, Nao se retrouve à la tête du conseil d’administration du groupe Morgenstern. Mais le garçon n’est pas prêt à se laisser enfermer dans une tour, aussi dorée soit-elle, et ne dirige son groupe qu’à travers son image holographique, trop occupé à s’occuper de la fondation qu’il a créée. Ouf, le voilà reparti dans les grands espaces, de l’univers bien sur.

Thierry Cailleteau déclarait récemment dans Bo-Doï : « J’ai imaginé Nao créant une fondation ressemblant comme deux gouttes d’eau à la fondation Cousteau. Grâce à elles, je vais pouvoir envoyer  Nao et sa bande où je veux . Avec Tota, on va leur faire voir du pays, combattre des injustices. »


Doyle-1800, planête aux caractéristiques terriennes et condamnée par une future catastrophe écologique galactique, est la première à recevoir Nao et son équipe, en charge de sauver une partie des dinosaures qui la peuplent. Malheureusement, quelques-uns de ces dinosaures, convoités par de riches chasseurs qui les rabattent pour mieux les tuer, détruisent l’ensemble du matériel de la fondation.


Pourtant, loin de s’affronter, les chasseurs et les membres du groupe de Nao vont devoir s’allier pour faire face à une nouvelle menace inattendue …


Ce nouveau cycle qui ouvre de larges perspectives (voulues par les auteurs) à la série démarre en trombe. Les valeurs humanistes et écologiques, toujours présentes et intelligemment dosées, n’apparaissent ici qu’en toile de fond d’un récit d’aventure aux multiples rebondissements et au dynamisme efficace. Vivement la suite …


 


 


 

Galerie

Les commentaires sont fermés.