ZEP, GRAND PRIX D’ANGOULEME

Zep, le créateur genevois de Titeuf a été couronné Grand prix 2004 du festival International de la BD de la ville d’Angoulême. Il succède ainsi à Régis Loisel, le dessinateur de «La Quête de l’oiseau du temps» et de «Peter Pan».

Zep, le créateur genevois de Titeuf a été couronné Grand prix 2004 du festival International de la  BD de la ville d’Angoulême. Il succède ainsi à Régis Loisel, le dessinateur de «La Quête de l’oiseau du temps» et de «Peter Pan». 14 heures


Le festival d’Angoulême honore ici un auteur de la jeune génération, qui symbolise, dans l’esprits des organisateurs, la nouvelle orientation que ceux-ci souhaitent donner à la manifestation.



 


ZEP (pseudonyme de Philippe CHAPPUIS)


Suisse


1967


D’origine helvétique, Philippe Chappuis naît à Génève le 15 décembre 1967. À 12 ans, avec quelques copains, il réalise Zep, un journal « d’adolescents » qu’il nomme ainsi en hommage au groupe de rock Led Zeppelin, dont il est fan. Si le journal disparaît sous les fourches caudines de la censure de son école, Philippe Chappuis en conserve néanmoins le titre qu’il prend alors comme pseudonyme. Dessinant depuis sa plus tendre enfance, il frappe à la porte des éditeurs, dès l’âge de 14 ans et voit ses deux premières planches publiées dans Le Courrier de Genève avant de collaborer à Virus, puis à Femmes d’aujourd’hui, où il crée le personnage de Victor, qui apparaît pendant un an et demi sur une planche hebdomadaire (un recueil de ces planches, Victor n’en rate pas une paraît aux éditions Kesserling, en 1990). À 17 ans, Zep rejoint Spirou, un magazine avec lequel il collabore pendant huit ans, en continuant Victor (gags inédits en albums). Parallèlement, il réalise Léon Coquillard, en 1990, aux éditions G.S.S.A., sur un scénario de Gilli, puis Cradok-Amanite Bunker, avec la collaboration de Séglode au scénario, publié aux éditions Atoz, en 1991. Il crée ensuite le personnage de Titeuf, qui, après quelques essais dans le fanzine suisse Sauve qui peut, est remarqué par les éditions Glénat, qui en publie les albums à partir de 1993. Présenté sous forme de gags en une planche, Titeuf, qui évoque, dans un graphisme simple allié à un humour enlevé, la vie quotidienne d’un irrévérencieux et espiègle gamin, connaît un succès croissant au fil des albums, et devient une série de référence du neuvième art. Conjointement aux exploits de Titeuf, pour le B.D. Club de Genève, Zep réalise en 1995 Calin et Labelle, un album au tirage limité à mille exemplaires. En 1997, il publie, dans la collection « Humour libre » chez Dupuis, Les Filles électriques, une œuvre indépendante mettant en scène de manière assez intimiste un jeune adolescent. La même année paraît le sixième volume de Titeuf, qui se place parmi les meilleures ventes de l’année. En 1998, Zep figure au sommaire de Sales Petits Contes, le second recueil collectif du nom proposant une adaptation très personnelle des célèbres contes de Perrault par le scénariste Yann (collection « Humour libre » chez Dupuis). A partir de 1998 également, les éditions Glénat développent autour de Titeuf le magazine T’chô (dont le numéro zéro est d’ailleurs offert avec la première édition du septième tome de Titeuf, Le miracle de la vie, en août 1998) auquel participe évidemment Zep. En 1999, Zep propose L’enfer des concerts, un ensemble de gags autobiographiques en une planche de six croquis légendés  (Humour Libre Dupuis). En 2000, Titeuf devient le héros de dessins animés pour la télévision et fin 2001, sur des textes d’Hélène Bruller, Zep met en scène Titeuf dans Le guide du zizi sexuel, un ouvrage répondant sous forme ludique et pédagogique, à toutes les questions que se posent les 9-13 ans. Sorti un an plus tard, le neuvième album de Titeuf, La loi du préau, bénéficie d’un tirage à la nouveauté d’un million d’exemplaires ! C’est également en 2002 que Zep publie aux éditions Raspoutine un petit opuscule à tirage limité, Mes héros de la Bande Dessinée, où il passe en revue les auteurs du neuvième art qui l’ont le plus marqué. En 2002 et 2003, Zep illustre les campagnes de communication de l’Organisation Non Gouvernementale Handicap International, Titeuf ayant été choisi comme Totem des 20 ans decette association humanitaire, ancienne lauréate du Prix Nobel de la Paix . En 2003, Zep illustre également Les mini-justiciers, aux éditions Hachette, un livre d’enfants écrit par sa Hélène Bruller . Associé à Tébo, un des piliers de la « bande à Tch’ô », qui réalise Samson et Néon, Zep crée une nouvelle série d’humour parodique (que les deux auteurs co-signent au scénario et au dessin ) : Captain Biceps, mettant en scène le plus grand superhéros de tous les temps et dont le premier album sort en avril 2004. C’est en janvier de cette même année que Zep reçoit le prestigieux Grand Prix de la ville d’Angoulême, alors qu’il met la touche finale au dixième volume de Titeuf, qui paraît en septembre 2004. LT

Galerie

Les commentaires sont fermés.