Toutankhamon doit tout à Howard Carter !

Toutankhamon doit-il vraiment tout à Howard Carter ? Oui, absolument ! Sans ce découvreur acharné, il est possible, sinon probable, que son tombeau serait resté inconnu. Pas inviolé, puisqu’à l’évidence Carter ne fut pas le premier à y mettre les pieds : dès l’Antiquité, il fut en partie dépouillé, mais ce qui restait force, depuis 1924, l’admiration des passionnés d’histoire égyptienne…

Dans « Toutankhamon : la quête d’Howard Carter », les auteurs retracent en dix chapitres les étapes de la biographie de Carter, de la vie de peintre qui l’attendait à celle d’égyptologue confirmé : ses premières fouilles, ses déboires, l’aide financière du mécène Lord Carnavon, ses premières découvertes sur le site de Deir-El-Bahari, jusqu’à la mise au jour de la tombe d’Hatchepsout, première découverte d’importance.

L’album insiste sur la ténacité de Carter, l’obstination jusqu’à l’obsession – sans taire le mauvais caractère du personnage ! – qui l’amène à découvrir, en novembre 1922, la nécropole de Toutankhamon. Dès lors, commence un travail de fond pour répertorier les objets, puis atteindre le sarcophage et la momie du pharaon, en 1924.

Les dossiers qui entrecoupent le récit BD (comme s’y emploient tous les docu-BD des publications Petit à petit), efficacement dessiné par Solène Rousseau, développent, nombreux documents à l’appuis, des thématiques souvent complémentaires : l’égyptomanie, notamment celle des Anglais, des précisions sur le site de Deir-El-Bahari, la Vallée des rois ou la reine Hatchepsout devenue pharaon, sans oublier les pilleurs de tombe ; mais aussi les destins hors normes de l’aristocrate Carnavon ou de Carter lui-même.

L’album « Toutankhamon : l’odyssée d’Howard Carter » raconte, lui aussi, l’histoire de la découverte du tombeau de Toutankhamon avec un réel souci du détail historique, donnant aussi la part belle à la personnalité de Carter. On y apprend beaucoup, notamment dans la postface très éclairante qui règle un sort définitif à la supposée malédiction.

La réalisation graphique est à la hauteur du sujet : Paul Marcel signant dessin et couleurs avec un souci de réalisme époustouflant. La représentation des objets et sites égyptiens, les décors désertiques de la Vallée des rois, les intérieurs comme celui de l’hôtel Continental du Caire, tout est minutieusement recomposé et l’œil du lecteur ne se lasse pas d’explorer (à leur tour !) les découvertes des explorateurs.

Bref, avec ces deux publications, l’amateur d’égyptologie a vraiment de quoi se faire plaisir, les deux ouvrages célébrant chacun à leur manière – et de belle manière dans les deux cas – les 100 ans de la découverte du tombeau de Toutankhamon.

Didier QUELLA-GUYOT ; http://bdzoom.com/author/DidierQG/

[L@BD-> http://9990045v.esidoc.fr/] et sur Facebook.

« Toutankhamon : la quête d’Howard Carter » par Solène Rousseau et Pierre-Roland Saint-Dizier

Éditions Petit à petit (17,90 €) – EAN : 9782380461473

Parution 19 octobre 2022

« Toutankhamon : l’odyssée d’Howard Carter » par Patrick Mallet et Paul Marcel

Éditions Les Arènes (22 €) – EAN : 9791037506887

Parution 29 septembre 2022

 

Galerie

Les commentaires sont fermés.