« La Belgica » T2 : la croisée des desseins…

Avec « La Mélodie des glaces », l’Italien Toni Bruno livre le dernier tome de son diptyque « la Belgica », initiéavec un premier album paru en 2021 : « Le Chant de la sirène ». Levons l’ancre, cap sur Ostende et Ushuaïa !

Ce dense roman graphique de 146 planches se présente sous la forme d’un volume sous couverture cartonnée, compact et ramassé. En couleurs, sa couverture détonne par rapport à l’intérieur : un récit dont la colorisation se limite aux seules valeurs, à un jeu de gris de type encre diluée où l’auteur, le quadragénaire Toni Bruno, joue également avec des projections de matière, des taches. Sobre et caractérisé par un vif encrage au pinceau, son dessin réaliste campe les personnages avec fermeté.

 Quid de l’histoire ? « La Mélodie des glaces » est un récit de fiction construit autour d’un réel fait historique : l’expédition en Antarctique du commandant Adrien de Gerlache. Basé sur les journaux et témoignages des divers acteurs de l’expédition consultés par l’auteur, dont ceux d’Adrien de Gerlache, Frederick Cook, Roald Amundsen et Johan Koren, ce diptyque tire son nom de celui du bateau ayant hiverné au Pôle Sud entre 1897 et 1899 : la Belgica.

Un nom qui a résonné aux oreilles de Nicolas Anspach, jeune éditeur belge focalisé sur son roman national qui, dès lors, a fait traduire en français ce récit initialement paru en Italie en 2019.

Car le Transalpin Toni Bruno, son auteur, est un Romain né à Catane en 1982.

Ayant réalisé de nombreux romans graphiques, il a d’ailleurs reçu le prix Carlo Boscarato du meilleur dessinateur italien en 2020.

Ici encore, de jolies et nombreuses trouvailles, graphiques comme narratives,émaillent son fluide récit austral aux dialogues percutants.

 Alternant des séquences situées aux antipodes du globe, l’histoire narre le destin croisé d’Elke de Vos, féministe au caractère trempé.

Demeurée à Ostende, elle est inconsolable de la soudaine disparition de son petit ami Jean Janssen : un docker mué en passager clandestin de l’expédition. Teinté d’humour, ce récit d’aventures passe naturellement par les poncifs du genre : tempêtes dantesques, noyade, échouage dans les glaces de la banquise australe, dangers vitaux, scorbut, délires, morts… Davantage que la cartographie de terres jusqu’alors inconnues, ce récit est celui de passions bien humaines, d’une double histoire de lutte, tant en mer qu’à terre : d’un côté, le combat pour la survie dans le milieu hostile des glaces australes ; de l’autre, le combat féministe et social engagé pour défendre le droit des travailleuses contre un patronat alors patriarcal. Enfin, le fils Martens, héritier de l’industrie familiale, s’avère être un personnage secondaire balancé entre deux mondes, le progressiste et le réactionnaire, dont le cheminement particulièrement incertain contribue au suspens de cette magnifique histoire. Il en sera de même pour toute une série de courriers destinés à la belle Elke, ainsi que pour un autre personnage omniprésent, extrême, implacable et imprévisible : la nature. Une autre question tient le lecteur en haleine : physiquement éloignés et faisant l’apprentissage de nouveaux desseins, Elke et Jean renoueront-ils le fil de leur destin ?

 Parachevant la tragédie finale, un cahier pédagogique de 16 pages complète cette forte histoire et présente le portrait de 20 des protagonistes du récit, explorateurs et scientifiques, en informant sur leur devenir ultérieur.

Jean-François MINIAC 

« La Belgica T2 : La Mélodie des glaces » par Toni Bruno

Éditions Anspach (23 €) — EAN : 978-2-9311-0510-8

Parution 7 octobre 2022

Galerie

Les commentaires sont fermés.