« À prix d’or » T1 et T2 : deux invitations à la grande aventure !

En ces temps compliqués, où réaliser un album classique est devenu financièrement difficile pour son dessinateur, ce sont deux volumes simultanés que propose le diptyque « À prix d’or ». De quoi interpeller les lecteurs, encore nombreux à apprécier les récits aux multiples rebondissements qui sont synonymes d’évasion vis-à-vis d’un monde bien sombre. Ce diptyque tient les promesses évoquées par ses alléchantes couvertures, tant au niveau du scénario — haletant — que des dessins dynamiques.

Découverte en 1933, exploitée de 1968 à 1989, la mine d’or aujourd’hui désaffectée de la Foe Gold Mining est désormais un lieu tabou, surveillé par un unique gardien. Située dans un trou paumé de l’Outback à la frontière de l’Australie occidentale et des Territoire du Nord, la mine est sur le point d’être vendue par son propriétaire, Donnie Foe, à un consortium étranger qui envisage l’ouverture d’une mine de charbon géante. Un acte qui provoque, pour des motifs différents, la fureur des syndicats et des écologistes, dont la Grande Barrière de corail est menacée. Birdy, jeune et jolie femme blonde au caractère bien trempé — sa la mère a été victime d’un viol perpétré voici 30 ans par Donnie Foe — prépare sa vengeance. Elle est aidée dans son entreprise par Ellie Faye, jeune et brune native plutôt réservée, conductrice d’un monstrueux camion. Elle souhaite réaliser le rêve de sa mère : redonner vie au gommier géant aux racines millénaires, détruit lors de l’exploitation de la mine en 1968. Ces deux filles que tout oppose s’engagent dans un combat de titan particulièrement explosif, où scandales de corruption, vieux conflits familiaux et juteux magot à la clef mêlent truands en col blanc, policiers dépassés par la situation, et brutes épaisses. Une aventure trépidante aux multiples rebondissements, menée tambour battant par un duo de filles aussi séduisantes qu’imprévisibles. 

 Après « Down Under » et « Burke et Wills », Nathalie Sergeef entraîne ses lecteurs une nouvelle fois en Australie. Née en 1970 en Belgique, cette comptable se lance dans le scénario avec la publication de « Juarez » en 2012. On lui doit aussi « Hyver 1709 » avec Philippe Xavier et « Tiago Solan » pour Fabio Pezzi. À sa passion pour la bande dessinée,s’ajoute son affection pour le théâtre, en tant que membre de la troupe amateur La Patrouille des moules.  

Né en 1968, Bernard Khattou (qui signe aussi Katou) est l’un des fondateurs des éditions Ferraille. Il collabore aux journaux Ferraille et Le Psikopat. Il dessine « Portrait de femmes avec tueur » et « Là où dansent les morts » aux éditions Emmanuel Proust. Sous le pseudonyme Frisco, il propose « Élysée République » puis « L’Agence » aux éditions Casterman. On lui doit aussi « Sunlight », « Bikini Atoll » et « Carthago Adventures » avec Christophe Bec. Son dessin dynamique aux cadrages audacieux, riche en petits détails, est parfait pour ce récit mouvementé situé dans une région splendide et riche en décors. 

On peut cependant se demander pourquoi avoir opté pour la publication simultanée de deux albums de 56 pages, plutôt que celle d’un seul gros volume de 112 pages, comme il en paraît beaucoup depuis quelques années ?

Espérons que les lecteurs seront au rendez-vous, et que Birdy et Ellie reviendront vivre de nouvelles aventures tout aussi passionnantes…

Henri FILIPPINI

« À prix d’or » T1 par Bernard Khattou et Nathalie Sergeef

Éditions Glénat (15,95 €) — EAN : 978-2-3440-4533-6

« À prix d’or » T2 par Bernard Khattou et Nathalie Sergeef

Éditions Glénat (15,95 €) — EAN : 978-2-3440-5152-8

Parution 28 septembre 2022

 

Galerie

Les commentaires sont fermés.