La 7e symphonie de Beethoven en images avec « Les Vies dansent » …

Il y a de belles initiatives culturelles aujourd’hui pour réunir différents domaines artistiques, avec des réussites indéniables concernant le 9e art associé à la musique. Ainsi, les éditions de la Gouttière réitère leur travail avec l’orchestre national de Picardie. Après « À l’unisson » que l’on pouvait découvrir l’an dernier en écoutant la 40e symphonie de Mozart, « Les Vies dansent » est une bande dessinée muette inspirée de la 7e symphonie de Beethoven. L’album peut se lire en silence, on peut aussi en partager la lecture avec ses enfants ou mieux encore le feuilleter en musique.

Sur la côte picarde, Louna est une petite rousse rêveuse. En haut de falaises abruptes elle laisse son imagination vagabonder ; de voyages aériens au génie sourd Beethoven composant. Quand elle rentre dans la maison de son grand-père, elle transpose ses rêveries en musique en jouant de la flute traversière. À des milliers de kilomètres, en Afrique sub-saharienne, la jeune Satou est une orpheline qui doit se débrouiller seule dans une grande ville. Elle vit de petits métiers informels la journée et ne se laisse déborder par sa passion de la danse que le soir dans le dortoir de l’orphelinat. Pour savoir comment ces deux jeunes filles aux rêves similaires finissent, évidemment, par se rencontrer, il faut lire « Les Vies dansent », c’est évident !

« Les Vies dansent » page 6.

Ce petit album muet inaugure la collection Do ré mi chat aux éditions de la Gouttière. À son origine, il y a l’initiative du directeur de l’orchestre de Picardie : Pierre Brouchoud. Il a imaginé des BD-concerts pour faciliter l’écoute des grandes œuvres du répertoire par les enfants. Spécialisée dans la bande dessinée jeunesse et la médiation autour du neuvième art, les éditions de la Gouttière ont demandé à des duos d’auteurs de travailler sur le sujet. Après Dawid et Delphine Cuveele sur « À l’unisson », un de nos coups de cœur 2021, c’est Dominique Zay qui a écrit un scénario pour le dessin de Damien Cuvillier et les couleurs d’Anne-Claire Giraudet.

Louna au pied des falaises.

Le projet est une véritable création partagée. Tout part de nombreuses écoutes de l’œuvre symphonique puis le scénariste imagine une histoire pour une BD muette. Dessinateur et coloriste rentrent alors en action pour la création de planches suivant un time code très précis, car les visuels seront projetées lors de concerts dessinés.

Car au-delà de l’album, à lire dès le plus jeune âge, ce travail d’équipe a pour finalité d’être présenté à un large public. L’orchestre symphonique joue l’œuvre musicale devant l’œuvre dessinée projetée sur grand écran. Le chef d’orchestre doit suivre un tempo bien défini pour être synchrone avec les images. Une très belle expérience à vivre au moins une fois pas an à Amiens car les deux médiums, visuel et musical se complètent, s’enrichissent mutuellement pour des émotions partagées en même temps.

Satou à l'orphelinat.

Le récit a été écrit par Dominique Zay, écrivain engagé amoureux des mots. Il réussit dans cette BD muette à nous offrir un joli jeu de mot en titre, et de belles thématiques pour une BD jeunesse ; sur le mal-développement des pays du Sud, les problèmes d’environnement ou la solitude subie. Le scénariste de la série à succès « Philippine Lomar » dont nous avons parlé ici, offre une belle occasion de s’illustrer dans la BD en direction des plus jeunes à Damien Cuvillier.

Le dessinateur d’ouvrages exigeants comme « Nuit noire sur Brest » ou « Mary Jane » ou vers les adolescents comme « La Guerre des Lulus » met son trait semi-réaliste efficace au service d’un récit poétique. Il s’attarde autant sur les expressions des deux héroïnes que pour les détails des décors qu’ils soient picards ou africains. C’est l’Amiénoise Anne-Claire Giraudet qui assure une mise en couleurs impeccable, contrastée ou douce quand il le faut, suivant le tempo voulu par les auteurs à l’écoute de la musique du compositeur bonnois. Plus que la puissance de cette œuvre symphonique, ils ont retenu l’émotion qu’elle dégage, les rêveries qu’elle impose.

« Les Vies dansent » page 26.

Si vous ne pouvez assister à un BD-concert de l’orchestre de Picardie, un QR code présent dans l’ouvrage vous donne la possibilité de regarder ce spectacle vidéo. On ne transige pas avec la qualité des BD jeunesse aux éditions de la Gouttière, « Les Vies dansent » en est l’exemple le plus récent. C’est une bande dessinée qui fonctionne très bien d’elle-même mais qui prend une dimension supplémentaire à l’écoute des quatre mouvements de la 7e symphonie de Beethoven. Pour les cinéphiles signalons que son deuxième mouvement sert de leitmotiv à « Lola » : le film de 1960 en noir et blanc de Jacques Demy, avec Anouk aimée.

Laurent LESSOUS (l@bd)

« Les Vies dansent » par Damien Cuvillier, Anne-Claire Giraudet et Dominique Zay

Éditions de la Gouttière (11,70 €) – EAN :  978-2-35796-065-7

Parution 3 juin 2022

Galerie

Les commentaires sont fermés.