« N.É.O. » : la bande dessinée adore adapter Michel Bussi…

Depuis quelques années, le nom de Michel Bussi — romancier abonné aux best-sellers — est également familier chez les lecteurs de bandes dessinées. Aux adaptations largement médiatisées de ses œuvres destinées à un lectorat adulte, s’ajoute, depuis 2021, celle moins connue de « N.É.O. » : série de romans fantastiques pour la jeunesse qui cartonne auprès des adolescents. Une découverte réjouissante.

Le passage d’un mystérieux nuage toxique a détruit l’humanité, à l’exception des enfants à naître. Les jeunes rescapés, sans le moindre adulte pour les guider, survivent dans un Paris déserté par ses habitants. Ils sont scindés, dans un premier temps, en deux tribus : celle du Tipi — qui vit misérablement dans une vaste tente plantée au pied de la tour Eiffel — et celle du Château, hébergée dans le vaste Musée du Louvre. Les premiers sont désorganisés, vivent à l’état de sauvages, alors que les seconds disposent de technologies et de connaissances. Enfin réconciliés après de rudes combats, les membres des deux tribus croisent la route de Luponéro : un enfant sauvage vivant dans la forêt.

Après bien des aventures dramatiques, ce troisième épisode débute alors que les deux clans, désormais unis, prennent possession d’un nouveau logis immense et confortable : le château de Versailles. Au fil de leurs investigations, ils découvrent comment les derniers adultes survivants sur Terre ont mis en place les conditions de survie du maximum d’enfants. C’est alors que la question se pose de savoir si des enfants prématurés sont des êtres humains normaux… Au fil de l’intrigue, des personnages deviennent familiers : Zyzo qui rêve de réunir les deux tribus, Agnel son meilleur ami amoureux de la nature, Mordélia la sorcière guérisseuse, Akan le chef du Tipy, Alixe la reine du Château, Ogénor son conseiller, Luponéro l’enfant loup solitaire… Une passionnante histoire d’aventure fantastique aux protagonistes attachants et remplis d’humanité.

Après « Un amour sans elle », « Les Nymphéas noirs », « Mourir en Seine », « Gravé dans le sable »…, c’est au tour de la série pour adolescents « N.É.O », lancée en 2021 chez Pocket jeunesse, d’être simultanément adaptée en bande dessinée. Ancien professeur de géographie à l’Université de Rouen, devenu romancier en 2006 avec « Code Lupin », Michel Bussi, né en 1965 à Louviers, est régulièrement présent dans les meilleures ventes et son œuvre, aux thèmes originaux, intéresse de plus en plus les éditeurs de bandes dessinées. L’adaptation de la présente série est signée Maxe L’Herminier : romancier et scénariste pour l’animation. Depuis 2018, il dirige la collection Pépites, aux éditions Jungle, spécialisée dans l’adaptation en BD de romans pour la jeunesse.

Robert Stéphane, qui signe Djet, démarre sa carrière dans le story-board et les jeux vidéo, avant de se lancer dans la BD avec « L’Île de Puki » en 2009, puis « Poet Anderson et Croquemitaine », « La Rivière à l’envers »… Il est l’auteur de la chartre graphique de « N.É.O. », dont la mise en images est confiée au studio romain Yellowhale et plus particulièrement à Marcello de Martino (« Monster Allergy ») et Stefania Bitta fondatrice du studio italien en 2008. Influencées par les mangas et les comics, les pages mouvementées, aux images soignées, sont prioritairement conçues pour séduire les amateurs de ces deux genres, sans pour autant rebuter les lecteurs de bandes dessinées plus classiques.

Henri FILIPPINI

« N.É.O. T 3 : Les Deux Châteaux » par Djet, le studio Yellowhale et Maxe L’Herminier, d’après Michel Bussi

Éditions Jungle (14,95 €) — EAN : 978 2 8222 3566 2

Parution 25 mai 2022               

Galerie

Les commentaires sont fermés.