« Colère froide » : une haletante saga !

Avec « Colère froide », le binôme formé par le dessinateur Klosin Przemyslaw et le scénariste Bruno De Roover propose, aujourd’hui, le troisième tome de leur série prévue en quatre albums : « Jylland ». Le royaume éponyme, partie septentrionale de l’actuel Danemark, est le cadre d’une tragédie dynastique, sur fond de choc religieux : celui de l’abandon du paganisme scandinave au profit du christianisme. Ce long récit révèle aussi un dessinateur réaliste de grande classe, dont c’est la première série publiée.

Après la sortie de l’album viking « L’Exilé » (2020), les éditions Anspach éditaient l’an passé l’amorce de leur première série, à savoir les deux premiers tomes de la série « Jylland ». Auparavant prépubliée dans le magazine hollandais Eppo, « Jylland » est initialement issue du catalogue de l’éditeur néerlandais Uitgeverij L. D’emblée, ce récit haletant n’est pas sans rappeler un autre, alliance également d’un scénariste belge et d’un dessinateur polonais : « Thorgal ». L’originalité de cette série de facture classique tient dans la complexité de son héros, comme dans le contexte de mutation idéologique du monde viking. Fruit d’une parution à un rythme soutenu, le troisième tome paraît aujourd’hui aux éditions Anspach.

Sorti en avril 2021, le premier album, « Magnulv le Bon», présentait Jylland : une monarchie aux caisses vides, dirigée par le machiavélique roi Sten. Ce personnage central de la série est un monarque manipulateur et opportuniste, violent et brutal, sanguinaire et calculateur. Son règne s’avère sans partage, synonyme de politique de conquête guerrière et de peuple affamé tutoyant la révolte. Si Sten a tout de l’antihéros, le lecteur s’attache à ses habiles péripéties. Tout débute lorsque ce prince rentre dans le royaume de son père, après une longue campagne de pillages. Alors, il découvre son pays natal en pleine conversion populaire au christianisme, par la volonté même de son père moribond : le roi Magnulv. Désormais, dans ces royaumes de Jylland en voie de pacification, la virile violence n’y est plus idéalisée, l’antique culture viking abandonnée… Lorsque Magnulv disparaît en bon chrétien, son successeur n’est autre que son autre fils : le pacifique Rodor. Ce dernier interdit alors à son frère la conservation des trésors mal-acquis lors des raids. Or, Sten a caché dans une grotte lacustre la majeure partie du trésor du raid, dont il revient avec son second Gavnar… Dès lors, il se révolte, opposé au christianisme naissant, alors pourtant synonyme de paix entre les divers clans. L’heure est au commerce, non plus au pillage…

Le second tome de la série (« L’Illusion du pouvoir ») sortait en novembre 2021. Accablé de remords, nerveux, emporté, Sten réprime ses opposants et attise le ressentiment de son peuple, rendant délicat son maintien sur le trône, ce d’autant qu’il en peut plus payer sa soldatesque. Aussi, son beau-père Orlak entend-il chasser Sten du trône. Vengeur envers ce Gavnar qui a dérobé son trésor, Sten envoie des espions aux trousses de l’insaisissable traître tandis que ses soldats impayés finissent eux aussi par vouloir le détrôner. Si Gavnar file entre les doigts du roi, ce dernier croit savoir comment payer ses troupes…

Le présent troisième tome ne déroge pas à la règle. D’emblée, avec le visage sanguinolent du roi en couverture, son regard ivre de haine, le talent du dessinateur Klosin Przemyslaw est éclatant. Ce trait ferme et fouillé, ce solide dessin réaliste, cet encrage nerveux, voire baroque parfois, cet appui d’un bon chromatisme aussi, le dessinateur polonais de 40 ans les déploie tout au long des 46 pages de cet album. Il excelle dans la composition des cases et la mise en scène des séquences, dans l’élaboration des décors comme des personnages aussi. Les physionomies de ces derniers sont riches, leurs expressions et leurs attitudes vivantes. Ici encore, cette étonnante maturité visuelle sert brillamment le scénario politique et musclé de De Roover. Doté d’une puissante armée, Sten mué en tyran réunifie désormais son royaume en soumettant les roitelets, récompensant ses loyaux sujets et pendant les autres. Mieux, il attend un héritier de sa femme Erle. Cependant, cette dernière espère faire naître son enfant dans un royaume libéré… Pour autant, Sten a le pressentiment diffus de l’imminence d’une révolte, les attaques se multipliant aux portes de la forteresse royale. Il doute aussi de ses proches, de sa femme. Du félon Gavnar aussi, son ancien bras droit caché dans des grottes… Gavnar qui entend libérer Jylland et attend le moment propice, le jour où la flotte de Sten embarquera pour un raid occidental. Ce dernier redoute la fin de son règne alors même que son trône est désormais sur le point d’avoir un successeur… Il sait même l’étendue de la trahison d’Erle et la manipule pour piéger Gavnar… Le monstrueux Sten séquestre sa femme durant sa grossesse délicate et lui promet la mort dès la naissance de l’héritier… Qui sortira vainqueur du combat entre Sten et Ragnar ? L’héritier attendu naîtra-t-il ? Les enfants d’Hyllmus seront-ils vengés de leur odieux assassinat ? Un autre roi règnera-t-il à la suite de Ragnar ? Toutes ces questions vitales et dynastiques portent une dramaturgie tendue qui entraîne et renouvelle constamment l’intérêt du lecteur.

Bref, souhaitons que la série Jylland trouve un large lectorat, elle le mérite amplement. Vraiment. Ceux des amateurs qui connaissent la courte série attendent d’ores et déjà avec plaisir son quatrième et dernier opus. Par Bragi, j’en suis !

Jean-François MINIAC 

« Jylland T3 : Colère froide » par Bruno De Roover et Klosin Przemyslaw

Éditions Anspach (15 €) — EAN : 978-2-9311-0508-5

Parution 13 mai 2022

Galerie

Les commentaires sont fermés.