Au large avec Damien, vent debout !

Préparez -vous à un très long voyage tout autour de la Terre et en voilier : un voilier baptisé Damien. C’est en effet son histoire qui est racontée dans « Damien : l’empreinte du vent » et celle de son équipage. Si vous aimez la mer, ce cotre de dix mètres, qui part de La Rochelle dans les années 1970 avec cinq jeunes à bord, intrépides et motivés, est fait pour vous…

Au commencement, il y a du côté de Grenoble deux adolescents (Jérôme Poncet et Gérard Janichon) qui rêvent de voyages, de liberté, de découvertes, de navigation sans fin… Ils verront ce rêve prendre corps, prendre coque, cinq ans plus tard (en mai 1969), en quittant le port de La Rochelle où ils ne reviendront qu’en septembre 1973, après avoir accompli des prouesses. Adapté du récit « Damien autour du monde », paru chez Transboréal en 1998 et que les amoureux de la mer connaissent pour la plupart, l’album raconte le parcours de 55 000 milles jalonné de grandes premières : le Spitzberg, la remontée de l’Amazone, le cap Horn, les îles australes, la péninsule Antarctique… un parcours dont Isabelle Autissier, dans la préface de l’album, reconnait l’exemplarité et la plénitude…

Cinq chapitres redessinent – c’est bien le mot ! – les étapes de cette aventure : des plages rochelaises jusqu’en Norvège, puis jusqu’au Spitzberg, pour redescendre enfin, via l’Islande, vers Terre-Neuve, New York et le Brésil. Le deuxième chapitre nous installe en Amazonie où « là-bas, tout est délire ! », où l’eau et la forêt se mêlent. En trois, c’est la traversée de l’océan hurlant vers Cape Town : la mer, la mer, toujours recommencée… Puis, chapitre 4, « la quête australe » (Kerguelen, Tasmanie, Australie, Nouvelle-Calédonie…). L’énumération des pays, des ports, donne le vertige pour, enfin, chapitre 5, remonter l’Atlantique et rejoindre La Rochelle.

Plus de 160 planches sont ainsi nourries des doutes, des rencontres, des difficultés, des émerveillements, de l’équipage, mais le plus extraordinaire, peut-être, est d’avoir convoqué « à bord » un dessinateur hors-pair pour restituer autant d’univers et de décors différents. Le travail de Vincent est en effet éblouissant. Son sens de la couleur, du modelé, de la lumière, qu’on soit en pleine mer ou en pleine forêt, n’ont d’égal que son sens du détail dans les scènes de vie quotidienne.

Dans « Vent debout », paru le même jour, mais chez Delcourt, Nicole Augereau et Grégory Jarry s’attèlent eux aussi à raconter un périple en mer, ou plutôt plusieurs, puisque parallèlement à leur voyage dans le sud-est asiatique, ils nous rappellent ce qu’a vécu notamment un couple de navigateurs allemands, enlevé en 2008 par des pirates somaliens dans le golfe d’Aden et retenu pendant 52 jours (couple finalement assassiné en 2017, aux Philippines !).

Ici, le graphisme est caricatural jouant ici et là avec des photos, mais très efficace, très dynamique. Cet album paru le même jour que « Damien » n’est pas sans rapport avec ce dernier puisque la dessinatrice Lucie Castel s’est précisément inspirée pour dessiner son bateau du voilier… Damien, lequel restauré en 2019 et classé monument historique, est désormais visible au Musée maritime de La Rochelle.

Didier QUELLA-GUYOT ; http://bdzoom.com/author/DidierQG/

[L@BD-> http://9990045v.esidoc.fr/] et sur Facebook.

« Damien : l’empreinte du vent » par Vincent et Gérard Janichon

Éditions Vents d’ouest (25 €) – EAN : 9782749309514

Parution 4 mai 2022

« Vent debout » par Lucie Castel, Nicole Augereau et Grégory Jarry

Delcourt (29,95 €) – EAN : 9782756074771

Parution 4 mai 2022

 

Galerie

Les commentaires sont fermés.