« La Fortune des Winczlav » : aux origines de l’empire Winch !

Savoir comment Nerio Thomas Milan Winch, père du célèbre Largo Winch, est devenu le maître de l’Empire financier Winch qu’il dirige a titillé la curiosité de plus d’un lecteur de la série à succès de Jean Van Hamme et Philippe Francq. Cette trilogie ambitionne d’en relater les origines, avec le concours au dessin de l’excellent Philippe Berthet. Le second chapitre de cette saga familiale mouvementée en livre de nouvelles clés.

1910. Après la disparition de Milan Winczlav mort ruiné, son fils Thomas (Tom) vend sa propriété du comté de Tulsa en Oklahoma pour acheter un saloon à sa maîtresse Sandy. Sans un sou, il apprend qu’il hérite de son arrière-grand-père maternel irlandais : Brendan O’Casey, fondateur d’une entreprise de whiskey qui porte son nom et qui est estimée à plus de 40 millions de dollars. Il doit partager cette fortune avec sa sœur jumelle Lisa qui vit en France depuis de longues années, auprès de sa mère Élisabeth Lafleur, d’origine canadienne, ayant jadis participé au show de Buffalo Bill. Au fil des années Thomas le coureur de jupons, au caractère faible, Lisa la fonceuse passionnée d’aviation, et leur mère redoutable en affaires édifient les bases du futur empire Winch. Ce trio improbable survit à la Première Guerre mondiale, à la prohibition, au crash d’octobre 1929… jusqu’à la naissance, le 6 décembre 1933, d’un certain Nério Thomas Milan Winch…

Bien qu’ayant à plusieurs reprises annoncé sa retraite définitive, Jean Van Hamme ne résiste pas à la tentation de renouer de temps à autre avec son métier de scénariste. Rejoint une fois de plus par cette passion, et ce n’est pas nous lecteurs qui le blâmeront, il évoque en trois volumes les origines de la famille de Largo Winch, dont le destin contemporain appartient désormais à l’imagination d’Éric Giacometti. Une fois encore, en génial raconteur d’histoires, Van Hamme crée une galerie formidable de personnages et utilise avec une redoutable habileté les aléas de la grande histoire au profit de cette saga familiale palpitante. Les amoureux du beau Largo ne seront pas déçus par ce récit crédible et astucieux. Certaines mauvaises langues y verront parfois quelques ficelles un peu trop grosses, mais n’est-ce pas là le rôle d’un grand scénariste que de les faire avaler avec délectation au lecteur qui en redemande ?

Philippe Berthet, né le 22 septembre 1956 à Thorigny sur Marne, suit pendant trois ans les cours de l’institut Saint-Luc de Bruxelles. Catalogué comme spécialiste du polar, car sachant comme personne dessiner les femmes fatales, il démarre sa carrière dans Spirou, crée le personnage du Privé d’Hollywood et multiple les albums indépendants avant d’animer « Pin-Up » avec Yann. En 2014, les éditions Dargaud lui offrent sa propre collection où il publie « L’Art de mourir », « Motorcity », « Penico », « De l’autre côté de la frontière »… En 2021, il met cette collaboration en sommeil afin de se consacrer à « La Fortune des Winczlav ». Ses pages lumineuses, aux couleurs signées Meephe Versaevel, sont dessinées avec le concours de son épouse la dessinatrice Dominique David (« Jimmy Boy ») qui réalise les crayonnés et les décors.

Un tirage de tête est proposé : il est limité à 1 500 exemplaires numérotés avec jaquette et frontispice signé par le dessinateur.

La couverture est inédite et l’ouvrage imprimé sur du papier Rives Shetland blanc naturel 250 g.

Attention ! il devrait être rapidement épuisé.

Henri FILIPPINI

« La Fortune des Winczlav T2 : Tom et Lisa 1910 » par Philippe Berthet et Jean Van Hamme

Éditions Dupuis (15,95 €) — EAN : 979 1 0347 6105 0

Édition spéciale EAN : 979 1 0347 6106 7

Parution 6 mai 2022

Galerie

Une réponse à « La Fortune des Winczlav » : aux origines de l’empire Winch !

  1. Ping : « La Fortune des Winczlav » : aux origines de l'empire Winch ! | BDZoom.com - BdZoom | Alldrawing