Donaldville et Mickeyville : suivez le guide !

Fidèle à une tradition que nous ne boudons pas, Unique héritage presse — détenteur des droits de la presse Disney en France — propose, à l’occasion des vacances scolaires, une série de nouveautés où les souris et les canards sont légion : une lecture copieuse et joyeuse, pour un prix abordable, que jeunes et moins jeunes lecteurs sont invités à savourer sans modération.

Deux numéros hors-série de Mickey parade géant, réunis dans un coffret offert avec le premier numéro, nous invitent à parcourir les deux capitales imaginaires où résident les héros de l’univers Disney : Mickeyville pour les souris, Donaldville pour les canards (ce dernier ayant déjà été proposé en 2016).

« Mickeyville 2082 » par Carlo Limido.

Située sur la côte Pacifique des États-Unis dans l’État de Calisota, la cité des Mickeyvillois est une ville édifiée dans la baie de Tabasco où il fait bon vivre.

Fondée par des pirates à la fin du XVIIe siècle, elle est visitée aujourd’hui pour son port, son quartier résidentiel, ses sandwichs de Chez Joe, son musée de la criminologie, sa vieille gare, son castel hanté… et bien sûr les maisons où vivent des personnages bien connus des lecteurs : Mickey, Minnie, Dingo, Zénobie, Ratino, Duflair, Albert Finot, Indiana Ding… et bien d’autres.

Les sept bandes dessinées présentées, toutes originaires d’Italie, sont signées Massimo De Vita, Gianpaolo Soldati, Marco Bosco, Marco Mazzarello, Nevio Tosolini, Carlo Lemido, Enrico Faccini… Les six itinéraires touristiques proposés aux visiteurs sont accompagnés de guides écrits et magnifiquement illustrés par Blasco Pisapia.

« Donaldville » par Marco Palazzi.

Cité voisine de Mickeyville, Donaldville (Duckburg) est la capitale du Calisota. Cette ville peuplée par 1 316 000 habitants remonte à 1579 et fut conquise en 1818 par Cornélius Écoutum : trisaïeul de Donald.

L’histoire de cette bourgade devenue une métropole industrielle est contée tout au long de neuf histoires signées Silvia Ziche, Francesco Guerrini, Carlo Panaro, Marco Palazzi, Marco Gervasio, Antonio Lucci…

Les neuf itinéraires proposés sont eux aussi illustrés par Blasco Pisapia. Les plans des deux villes sont offerts sous forme d’un poster double-face encarté dans le premier fascicule.

Voilà une belle initiative venue d’Italie qui devrait faire craquer tous les amateurs de l’univers Disney.

Mickey parade géant hors-série collector n° 1 : « Donaldville », 296 pages en couleurs et Mickey parade géant hors-série collector n° 2 : « Mickeyville », 248 pages en couleurs, en vente chez les marchands de journaux (5,99 € chacun).

Maison de Donald par Blasco Pisapia.

Super Picsou géant n° 229 : cette nouvelle livraison débute par un long récit futuriste de 90 pages situé à Naldoville, en des temps où l’eau est devenue un bien précieux. Les alter ego de Donaldville sont aux prises avec les redoutables Rapetou : aussi méchants et maladroits que leurs tristement illustres ancêtres.

Publiée en Italie dans Topolino en 2002, cette histoire est écrite par Gianfranco Cordera pour Luciano Milano.

On peut aussi suivre un récit de « Picsou Soir » réalisé en 2020 par Corrado Mastantuono et savourer quelques histoires vintages de la série « Formule 1 », où Donald est pilote de bolides au sein d’une écurie de Formule 1 dirigée par Gripsou : parution de ces épisodes signés Per Hedman et Flemming Andersen dans la publication danoise Micky Maus, à partir de 2002.

Notons que ce bimestriel présente un important rédactionnel, des jeux, et « Chou-fleur de Lys » : série française de Gilles Corre (alias Erroc) et Yannick.

Super Picsou géant n° 229, 244 pages en couleurs, en vente chez les marchands de journaux (5,99 €).

« À toute vapeur » par Luciano Milano et Gianfranco Cordera.

Picsou n° 561 : voilà encore un numéro incontournable pour les amateurs du riche canard.

Une importante pagination est consacrée au dessinateur norvégien Arild Midthun qui, depuis de longues années, fait voyager à travers les siècles Picsou, Donald, les Castors juniors… grâce au chronopad imaginé par Geo Trouvetout. Six épisodes publiés dans la revue Anders and co (écrits par Tormod Lokling, Knut Naerum, Byron Erickson…) permettent de savourer le travail de ce talentueux dessinateur dont le portrait est proposé.

Puis, retour en Italie avec un Picsou futuriste transalpin imaginé par Rudy Salvagnini et Alberto Lavoradori, suivi par un autre campé par Paola Mulazzi et Alessandro Gottardo… sans oublier « Picsou malchanceux à 99 % » : une histoire de 1963 écrite par Roberto Catalano pour Romano Scarpa, encrée par le jeune Giorgio Cavazzano alors âgé de 16 ans.

À noter le copieux rédactionnel, dont pas mal d’articles dédiés à la BD et au manga.

Picsou n° 561, 292 pages en couleurs, en vente chez les marchands de journaux (6,20 €).

« Castors juniors » par Arild Midthun.

Donald spécial DoubleDuck n° 5 : la traduction chronologique des aventures de Double Duck, avatar sur vitaminé du fameux canard flanqué de la jolie et redoutable Kay K, se poursuit avec cinq longs récits cuvées 2013 à 2016.

Marco Bosco, Vito Stabile, Gabriele Panini, Marco Mazzarello, Emilio Urbano et Lorenzo Pastrovicchio animent ces histoires.

Un sixième épisode de 90 pages (« Timecrime », écrit par Francesco Artibani pour Paolo Mottura) présente la rencontre impossible entre DoubleDuck et PowerDuck : autre justicier dont l’identité secrète est aussi Donald. Le numéro se termine par un entretien avec Francesco Artibani.

Donald spécial DoubleDuck n° 5, 324 pages en couleurs, en vente chez les marchands de journaux (6,99 €).

Henri FILIPPINI

« DoubleDuck » par Paolo Mottura et Francesco Artibani.

Galerie

Les commentaires sont fermés.