« Poussin et Renard » : une amitié qui se mérite …

Dans la lignée des duos d’amis aux caractères opposés tels Tintin et le capitaine Haddock ou Astérix et Obélix, nous découvrons Poussin et Renard, dont les aventures s’adressent aux primo-lecteurs. L’un est calme et casanier, l’autre volubile et impatient : et, pourtant, leur amitié est indéfectible. « Poussin et Renard » : un bel album simple et tendre, à découvrir dès six ans.

Renard est un animal calme, végétarien, qui aime lire, peindre, se promener dans la nature, contempler un lever de soleil en montagne. Il sait cultiver son jardin, faire une bonne soupe avec les légumes ainsi récoltés, ou prendre le temps de cuisiner un gâteau au chocolat pour le partager avec un ami. Et quelle surprise de constater que cet ami est Poussin : un petit volatile extrêmement bavard, futile voire capricieux, qui a bien du mal à tenir en place. Quand il vient voir le canidé bien tranquille dans sa maison, c’est pour perturber un quotidien bien réglé. Et pourtant, et pourtant, leur amitié survit à ces petits tracas, finalement assez insignifiants.

Poussin embête le placide Renard dans six courts récits autonomes. Dans « La Fête », il utilise une salle de bain gentiment prêtée pour organiser une surprise-party, sans prévenir le propriétaire des lieux. Pendant que Renard s’occupe de son potager, puis prépare un velouté, il critique son régime alimentaire avant de se raviser quand il évoque ses congénères carnivores dans « Une bonne soupe ».

Impossible de réaliser le portrait du petit oiseau, tant il ne tient pas en place, pour le très persévérant Renard dans « Reste tranquille ». Sa promenade en barque est rythmée par le babillage sans fin de son petit ami dans « Une promenade en bateau » avant que celui-ci ne découvre les joies du partage (« Un gâteau au chocolat ») et celles de la contemplation de la beauté de la nature, si ce n’est le lever ce peut être le coucher du soleil, avec l’épisode conclusif « Le Lever du soleil ».

Le Milanais Sergio Ruzzier a fait une grande partie de sa carrière aux États-Unis où son œuvre a été récompensée à de nombreuses reprises. Il a reçu un Geisel Honor pour le premier titre de sa série « Poussin et Renard ».

Son style classique, délié, à la simplicité d’une redoutable efficacité évoque celui de Claude Ponti. Il crée ici une fable simple au comique de situation infaillible par un duo de personnages bien caractérisé : un renard placide et même bienveillant pour son ami poussin qui envahit régulièrement son espace de vie. Chacun apporte à l’autre ce qui manque à son quotidien : de la vie et de l’insouciance pour le propriétaire d’une maison impeccablement rangée et une découverte du monde plus cadré pour un oiselet qui apprend beaucoup au contact de son ainé.

« Poussin et Renard » pages 20 -21.

Pas de pavés narratifs dans cette bande dessinée aux couleurs pastel qui s’adresse aux primo-lecteurs du début de l’école primaire. L’intrigue progresse à partir de courts dialogues à l’humour parfois absurde, par exemple quand on parle du régime alimentaire de renard. Les situations présentées sont d’une grande variété, toujours plaisantes à lire dans un cadre immuable ; une présentation sur une double page puis le récit se développe dans un gaufrier de trois ou quatre cases, avant de se conclure sur une double page. De quoi entamer une première réflexion sur ce qui constitue l’amitié, sur l’altérité et la notion de respect à la différence.

Laurent LESSOUS (l@bd)

« Poussin et Renard » par Sergio Ruzzier

Éditions La Joie de Lire (15,90 €) – EAN : 978-2-8890-8575-0

Parution 20 janvier 2022

Galerie

Les commentaires sont fermés.