Mourir, c’est laisser les autres dans un deuil permanent…

Akane Torikai revient aux éditions Akata avec « Saturn Return » : sa dernière œuvre publiée au Japon, et maintenant disponible en français. On l’a découverte avec « En proie au silence » : sa série devenue incontournable où une femme tente de se reconstruire après un viol. Puis, les éditions Akata ont ensuite publié sa dystopie sur le matriarcat : « Le Siège des exilées ». En revenant à un sujet de société contemporain, elle dépeint de nouveau, dans « Saturn Return », une femme qui souffre et dont le quotidien va basculer en apprenant la mort d’un ancien ami.

Nakajima l’avait annoncé, il mourrait avant sa trentième année. Il avait même demandé à son amie Ritsuko de coucher sur papier sa vie, comme une preuve de son existence. Le livre qu’elle en a tiré, « Le Pays de la sieste », fut un best-seller récompensé et mis en avant par de nombreux libraires. Mais, depuis, Ritsuko ne sait plus quoi écrire : son quotidien lui pèse et sa vie de couple est fade. Incapable d’écrire un nouveau livre, elle sombre de plus en plus et sent qu’elle ne peut pas remonter la pente. C’est là que l’annonce du décès de Nakajima survient, alors qu’elle avait rêvé de lui juste avant. Bien qu’annoncée, cette mort va ébranler sa vie.

Ce roman graphique met encore une fois en avant le mal être d’une femme face aux hommes. Cette dernière va refouler ses sentiments envers eux : que ce soit son ancien ami maintenant décédé, son copain actuel, ou son nouvel éditeur. Le succès inattendu de son premier roman la bloque totalement dans l’écriture des suivants : elle est clairement victime du syndrome de la page blanche. Est-ce que ce décès, qu’elle va essayer d’exorciser en effectuant un road trip avec son nouvel éditeur, va l’aider à reprendre pied ?

Si l’histoire se focalise sur le personnage de Ritsuko, celui de Koide (son nouvel éditeur) est tout aussi important pour l’histoire. Cet homme est enfermé dans une romance avec une femme enfant qu’il n’aime pas et qui l’irrite par sa seule présence. En plus, malgré les mises en garde de son entourage, il porte un culte malsain à l’autrice dont il a la charge. Cette relation, qui se développe au fil des pages, apporte beaucoup de piments à cette histoire. Comme dans « En proie au silence », Akane Torikai va chercher au fond de ses personnages leur souffrance et leurs obsessions pour les exposer à ses lecteurs de manière crue. C’est violent, et c’est ce qui fait l’intérêt de cette histoire. Au lecteur de démêler les nombreux non-dits et les obsessions des uns et des autres.

À noter que la version française proposée par Akata offre des pages en couleurs pour sa première édition : ce qui est assez rare pour être signalé, car d’une part elles sont superbes avec leurs teintes aquarellées et, surtout, ces pages ne sont publiées qu’en noir et blanc au Japon. Un bonus fort agréable pour le lectorat français.

Akane Torikai est plus que jamais une autrice qui met en scène le mal être des femmes sans artifices. « Saturn Return » expose directement la vie de son héroïne à un moment où elle pense avoir tout raté. C’est un récit poignant qui ne laissera personne indifférent.

Gwenaël JACQUET

« Saturn Return » par Akane Torikai
Édition Akata (8,25  €) – EAN : 978-2382122307

Parution 10 février 2022

SATURN RETURN © 2019 Akane TORIKAI / SHOGAKUKAN

Galerie

Les commentaires sont fermés.