« Criminelles Fiançailles » entre yakusas

Qu’arrive-t-il quand le big boss de la pègre d’Osaka rencontre le n° 1 du clan rival de Tokyo ? En plus de signer une trêve, ils arrangent les fiançailles de leurs petits enfants sans les prévenir. C’est comme ça que Yoshino va devoir démanger à Tokyo et changer totalement de vie. Voilà un manga détonnant, avec une romance au sein des clans yakusas !

Yoshino est furieuse, elle vient de découvrir dans la presse que « les chefs de gang du Kanto et du Kansai entrèrent la hache de guerre ». Et surtout, en fin d’article, il est fait mention de ses fiançailles entre leurs deux petits enfants. Or, elle n’est absolument pas au courant de ce projet et, en plus, contrairement à ce qui est mentionné, elle n’a jamais rencontré le petit fils du clan Miyama. La jeune fille est surtout extrêmement novice en relations humaines, alors envisager une idylle avec un homme de Tokyo n’est pas dans ses plans immédiats. Néanmoins, et surtout pour faire plaisir à son grand père un peu farfelu, elle daigne tenter l’expérience. Elle se rend donc dans la capitale pour emménager dans une somptueuse demeure où l’accueille de manière fort étrange son prétendant : Kirishima Miyama. Celui-ci est plutôt avenant et se comporte comme un gentleman avec elle. Mais au fil des jours, elle va découvrir le vrai yakusa qui se cache en lui.

Si le manga semble très léger au premier abord, il dévie petit à petit dans des travers plus sombres et même un peu graveleux. L’histoire, que l’on pensait cousue de fil blanc d’une romance entre clans rivaux, se révèle être bien plus complexe que ça. La psychologie des personnages est, du coup, assez bien développée et elle ne se dévoile pas dès la première partie.

Avec des chapitres d’une cinquantaine de pages, l’autrice arrive à bien développer son histoire. Elle prend le temps de nous décrire les différents personnages. Elle met également beaucoup d’humour, au bon moment, afin de rendre le récit plus léger. Mais quand il faut devenir violent et faire régner la terreur, il n’est plus question de prendre des gants. Si Yoshino est une jeune ingénue qui va évoluer de page en page, Kirishima, son fiancé, se révèle être un pur psychopathe qui sait parfaitement cacher son jeu sous les traits du gendre idéal.

L’intrigue tourne bien évidemment autour de la relation de ce jeune couple. Mais elle permet également d’en apprendre un peu plus sur les activités des yakusas : bars à hôtesses, prostitution organisée, vente d’organes, etc. C’est tout un monde sombre et violent qui détonne avec l’image guillerette des premières pages de l’histoire.

« Criminelles Fiançailles » n’est que la seconde série d’Asuka Konishi, mais la première publiée en français. Son trait n’est pas sans rappeler, en plus fin, celui de l’autrice française de « Save Me Pythie » : Elsa Brants. Si les personnages sont souvent assez raides, c’est pour démontrer leur posture rigide. Justement, Asuka Konishi, alterne avec beaucoup de talent les cases de sidération et d’humour. En quelques traits, elle arrive à faire ressentir l’état de ses protagonistes, bien avant que le lecteur ne lise les bulles accompagnant la scène.

Si Yoshino est aussi orgueilleuse que naïve, Kirishina peut être autant gentleman que voyou. Ce couple hors norme va-t-il réussir à se construire au fil des albums ? C’est la question que le lecteur se pose forcément… Pour le moment, il y a déjà cinq tomes publiés au Japon.

Gwenaêl JACQUET

« Criminelles Fiançailles » par Asuka Konishi
Édition Pika (7,95  €) – EAN : 9782811643881
Parution 5 Janvier 2022

Galerie

Les commentaires sont fermés.