« Les Trésors cachés de la bande dessinée érotique » : quelques pépites inédites !

Au cours des dernières décennies du XXe siècle, la bande dessinée érotique — disons plutôt pour adultes tant elle flirtait souvent avec la pornographie — connaît son âge d’or. Bernard Joubert, fin connaisseur en ce domaine, propose au fil des 316 pages de ce gros bouquin une sélection de récits courts réservés aux lecteurs avertis : d’origine espagnole, anglaise, italienne… et quelquefois française.

« L'Amitié circulaire » par Menotti et « Miracle » par Ignacio Noé.

L’ouvrage débute par un long texte de Bernard Joubert intitulé « Préliminaire historico-génital », qui n’est autre que la reprise à peine modifiée de son article « Quand la presse adorait les fesses » publié dans le n° 16 des Cahiers de la BD nouvelle formule, lequel est toujours en vente.

Il y règle, entre autres, ses comptes avec Jean Carton que j’ai très bien connu et qui ne me semblait pas être le marchand de papier dont il parle… C’était, de plus, un bon connaisseur des auteurs des années d’après-guerre : n’a-t-il pas publié Neutron, revue qui me semble à 100 lieues d’une affaire rentable ?

Mais revenons à cet album qui réunit une belle brochette d’auteurs internationaux, dont de nombreux Espagnols et Sud-Américains ayant surtout travaillé pour La Cupula de Josep Maria Berenguer : Ignacio Noé, Monica et Bea, Luis Tobalina, Ricardo Barreiro, Victor Abo, Jordi Bernet, Coco Becerra, Nazario, Rafa Fonteriz, Man, Ferocius…

Monica et Bea.

Jordi Bernet.

Les Italiens, principalement collaborateurs de la revue Blue de Francesco Coniglio, sont aussi bien représentés : Roberto Baldazzini, Guido Crépax, Degli Espositi Venturi, Antonio Ghura, Mario Janni, Magnus, Menotti, Celestino Pes, Franco Saudelli, Laura Scarpa…

Guido Crépax.

Mario Janni.

On croise aussi quelques Anglais et Américains : Eneg, Norman Pett, Paula Meadows, Erich von Götha, Richard Moore, Bill Ward…

Norman Pett.

Paula Meadows.

Côté Français, les grandes signatures sont rares, probablement pour une question de droits d’auteur : Georges Pichard, Olson, Jacobsen, René Giffey, Alain Frétet, Jean David…

Georges Pichard.

Olson.

Toutes les traductions sont assurées par Bernard Joubert dont on reconnaît les pointes d’humour. Ces 47 récits, pas ou peu connus, sont présentés avec leurs auteurs dans une série de textes érudits placés en fin d’ouvrage. En couleurs et surtout en noir et blanc, ces histoires se savourent à petites doses : d’autant plus qu’elles sont inédites en album. Revival est la branche éditoriale de Vagator productions qui a été fondée par Vincent Bernière : c’est elle qui publie la nouvelle version des Cahiers de la BD.

Man.

Puisque nous parlons de BD pour adultes, signalons « Un destin de soubrette » chez Tabou : une histoire très chaude réalisée par le dessinateur hongrois Téjlor Lezli, dont c’est le premier travail pour la France.

De jeunes femmes, mais pas toujours, vêtues du fameux costume noir et blanc qui a beaucoup fait fantasmer se livrent à des jeux audacieux : une histoire bien entendue réservée aux adultes.

Henri FILIPPINI

« Les Trésors cachés de la BD érotique » ouvrage collectif dirigé par Bernard Joubert

Éditions Revival (39 €) — EAN : 979 1 0961 1944 8

Parution : 24 novembre 2021

« Un destin de soubrette » par Téjlor Lezli 

Éditions Tabou (17 €) – EAN : 978 2 3595 4175 5

Parution le 24 novembre 2021

« Un destin de soubrette » par Téjlor Lezli.

Galerie

Une réponse à « Les Trésors cachés de la bande dessinée érotique » : quelques pépites inédites !

  1. Barre dit :

    Sacré Henri ! Il a toujours le don de nous sortir des articles brûlants pour nous réchauffer au début de l’hiver