Jacques Martin : 100 ans et toujours d’actualité !

Né le 23 septembre 1921, Jacques Martin serait tout juste centenaire en cette fin 2021. Les éditions Casterman — qui publient ses albums depuis 1965 — fêtent l’événement avec la publication d’un ouvrage gourmand, très justement titré « Le Voyageur du temps » et signé Patrick Gaumer : un travail colossal, digne de ce géant de la bande dessinée. Et s’ajoutent deux nouveautés de séries classiques qui permettent de retrouver, dans de nouvelles aventures d’Alix et Lefranc, ses héros les plus fameux : deux reprises très réussies !

Avec ses 418 pages bien remplies, ce très beau livre est une véritable mine pour qui veut en savoir plus sur l’homme Jacques Martin et son œuvre.

Bien que faisant déjà l’objet d’ouvrages signés par des historiens, des érudits, des psychologues…, l’homme Jacques Martin restait trop souvent caché dans l’ombre de ses créatures de papier.

C’est en lecteur fanatique et curieux, en « fanzineux » érudit (et ce n’est pas une insulte, bien au contraire !), que Patrick Gaumer nous propose de suivre, en sa compagnie, le parcours chronologique de l’œuvre, mais aussi de la vie passionnante et passionnée du créateur d’Alix.

Depuis ses débuts à l’âge de 20 ans, après une enfance alsacienne perturbée par la perte de son père, jusqu’à ses dernières années d’activité au sein de l’équipe d’auteurs qu’il animait avec ferveur, toutes les grandes étapes de sa vie nous sont présentées : la création d’« Alix », puis celle de « Lefranc » dans Tintin, les longues années passées auprès de Hergé, l’émancipation vis-à-vis du maître qui l’étouffait, la participation parfois houleuse aux salons de BD, le choix des collaborateurs, les rapports parfois tendus avec les éditeurs, la création de nouveaux héros, la maladie qui l’a rendu pratiquement aveugle…

Patrick Gaumer, en excellent archiviste, exhume des documents inédits comme cette « Main noire » (nouvelle aventure de Jo, Zette et Jocko restée à l’état de projet) ou encore cette bande dessinée humoristique envisagée à la fin de sa vie.

Les reproductions de courriers avec ses éditeurs et ses auteurs, les esquisses de scénarios et de dessins, les photos parfois intimes… accompagnent un texte fourmillant d’anecdotes savoureuses sur les grands moments de sa vie : l’ensemble restant lisible par tous.

C’est, sans nul doute, le livre de référence, destiné au grand public, consacré à l’un des plus brillants auteurs de bandes dessinées du XXe siècle.

Histoire de ne pas être totalement béat d’admiration devant le travail colossal qui nous est proposé, disons que l’on peut trouver que le chapitre dédié aux dernières années de la vie de l’artiste est un peu court.

Voilà un superbe cadeau pour Noël, dont le prix que certains trouveront peut-être élevé est amplement justifié.

Sercilia Caepionis, maîtresse délaissée de César et mère de Brutus, est victime d’un lent empoisonnement provoqué par la perle de feu : un bijou jadis offert par son illustre amant, alors qu’il revenait de la guerre des Gaules.

Se sentant lui-même visé, César envoie Alix, Enak et Brutus sur les traces d’un jeune voleur.

Ce nouveau voyage conduit nos héros en Crète, sur l’île de Théra où, selon la légende, se trouvent les ruines du labyrinthe sacré du Minotaure…

C’est un duo inédit qui signe ce quarantième album des aventures du protégé de César.

Valérie Mangin, déjà scénariste du remarquable « Alix Senator », évoque ce premier voyage du jeune Alix sur Thér : île qu’il retrouvera quelques décennies plus tard, sous la plume de la même scénariste, dans le treizième album d’« Alix Senator » intitulé « L’Antre du Minotaure » et dont la parution est annoncée au début de l’an prochain.

Chrys Millien (né en 1975) est un passionné de BD qui publie ses premiers travaux dans les fanzines, dès 1996. Le dessinateur de « Witness 4 », « Poker Face », « L’Aviateur »… se révèle très à l’aise dans la réalisation de son premier « Alix » qui, n’en doutons pas, ne sera pas le dernier.François Corteggiani et Christophe Alvès, duo à présent bien connu des lecteurs des aventures de Lefranc, sont aux commandes de ce nouvel album.

Des vols de copies de grands chefs-d’œuvre de la peinture se produisent de Gand à Paris, et plus particulièrement celui du célèbre panneau « Les Juges intègres » des frères Van Eyck.

Accompagné par Goran Bulatovic, ancien membre des Monuments Men chargés de récupérer les œuvres volées par les nazis, Lefranc enquête dans le milieu très fermé de l’art et de ses faussaires.

Encore un scénario documenté et mouvementé, aux nombreux clins d’œil, – signé François Corteggiani – qui passionnera les amateurs de la série.

D’autant plus que les 56 planches de Christophe Alvès (né en 1965), qui travaille sur « Lefranc » depuis 2015, sont parfaitement maîtrisées.

Deux albums que n’aurait pas reniés Jacques Martin, dont le souhait le plus cher était de voir ses personnages lui survivre.

Si vous passez par Bruxelles, n’hésitez pas à faire un détour par la galerie Huberty et Breyne qui propose l’exposition « Les Passions de Jacques Martin » jusqu’au 4 décembre prochain (33, place du Châtelain, 1050 Bruxelles).

Henri FILIPPINI

« Jacques Martin, le voyageur du temps » par Patrick Gaumer

Éditions Casterman (49 €) — EAN : 978 2 2031 3688 5

« Alix T40 : L’Œil du Minotaure » par Chrys Millien et Valérie Mangin

Éditions Casterman (11,95 €) — EAN : 978 2 2032 2176

« Lefranc T32 : Les Juges intègres » par Christophe Alvès et François Corteggiani

Éditions Casterman (11,95 €) — EAN : 978 2 2032 0299 3

Parution le 17 novembre  

Galerie

Les commentaires sont fermés.