« Les Sisters », c’est kro bien…

On a longtemps attendu les successeurs au box-office de séries anciennes telles « Asterix » ou « Blake et Mortimer ». Ne cherchez plus, elles sont déjà au sommet des meilleures ventes dont nous vous entretenons chaque semaine dans notre rubrique dédiée. Il y a bien sûr « Mortelle Adèle » dont le dernier opus musical cartonne déjà, mais aussi « Les Sisters », une série à succès qui se décline sur plusieurs supports.

A la fin des années 2000, Olivier Sulpice, président des éditions Bamboo cherche des auteurs pour créer une série plus particulièrement destinée à un jeune public féminin. Il s’en ouvre à son scénariste maison Christophe Cazenove et au jeune dessinateur William, afin de créer des personnages sur mesure. Or, William a déjà une idée bien précise de la série, car il a créé peu auparavant une fratrie de deux sœurs en s’inspirant de ses deux filles : « Je me suis dit un jour qu’il serait amusant de mettre en scène la vie quotidienne de mes deux filles. J’ai commencé par ouvrir un blog en 2006, deux ans avant la parution du premier album. Je l’ai appelé « Un air de famille ». Comme il a connu un certain engouement, j’en ai parlé à Olivier Sulpice, éditeur de Bamboo. Je venais de terminer de dessiner un polar en BD, j’étais disponible pour me lancer dans ce projet, et voilà comment « Les Sisters » ont démarré. »

En 2007, le contrat est signé entre les auteurs et la maison d’édition, « Un air de famille » devenant alors le titre du premier tome tandis que la série est rebaptisée « Les Sisters ».

Le succès est tout de suite au rendez-vous et ne se dément pas depuis 13 ans. « Les Sisters » est une série au large lectorat qui narre avec humour et bienveillance les relations conflictuelles entre deux sœurs.

D’un côté Wendy, la grande, déjà adolescente, de l’autre Marine, la petite qui est encore à l’école primaire, incontestablement les deux sœurs les plus populaires de la bande dessinée franco-belge destinée aux adolescentes.

De planche gag en planche gag, au fil des situations de la vie quotidienne (le plus souvent chez elles), les deux filles s’adorent autant qu’elles se chamaillent, s’affrontent autant qu’elles se complètent, se harcèlent autant qu’elles se soutiennent notamment face aux parents.

Comme son titre l’indique « Les Sisters » se concentre sur les relations entre les deux sœurs et non pas sur toutes les relations intra-familiales. William précise :

« Je tenais à ce que les deux filles restent les vedettes. Je n’avais pas envie d’une série qui raconte la vie d’une famille, et il en existe déjà suffisamment qui montrent les deux parents. J’aimais bien aussi les dessins animés de Tom et Jerry où l’on ne voit que les personnages d’animaux, à l’exclusion des humains. Ce qui ne m’a pas empêché de me dessiner de trois-quarts dans certaines planches, mais je suis plus suggéré que vraiment montré … »

« Les Sisters » ne vieillissent pas. Christophe Cazenove, le scénariste, s’en explique :

« L’un des ressorts humoristiques de la série tient au fait que Marine comprend tout de travers et se trompe de mots. Si elle grandissait, elle ne pourrait plus commettre ce genre d’erreurs – d’ailleurs, la vraie Marine a dépassé ce stade ! […] Si Marine devenait grande, elle ferait et dirait moins de bêtises, ce qui serait dommage car l’énergie des « Sisters » tient à son côté turbulent et spontané. Nous aimons bien la faire jouer avec les mots, et cela ne serait pas possible si elle grandissait. Mais par rapport au premier tome de la série, nous avons constaté que les deux sœurs ont évolué. Aujourd’hui, elles ressemblent plus à de jeunes ados. Elles n’auront jamais 18 ans, mais elles sont suffisamment actives et vivantes dans la vraie vie pour que leur papa me propose des situations amusantes pendant encore longtemps. »

Elles ne vieillissent pas, mais les deux sœurs grandissent et leurs préoccupations évoluent, ainsi Wendy est amoureuse depuis quelques volumes de Maxence, un garçon de son âge. L’adolescente Wendy est à l’âge des grandes conversations secrètes avec les copines, des sorties, des essayages qui n’en finissent pas dans les boutiques de vêtements.

La petite Marine observe tout cela, en s’accrochant à sa sœur et en l’interrogeant sans cesse sur des motivations qu’elle ne comprend pas encore. Mais les deux sœurs se retrouvent pour jouer ensemble, l’occasion pour Wendy de retomber dans une enfance si proche. Ainsi dans cet épisode, Marine aime beaucoup jouer à cap ou pas cap, au grand désarroi de Wendy, tout au moins au début. Elle saura vite en tirer avantage ! Comme d’habitude, non seulement, les situations sont bien vues, à la fois ludiques et réalistes, mais William Maury les rend graphiquement avec une énergie remarquable.

Ces chroniques enlevées que l’on découvre dans de courtes histoires en une planche aux savoureuses chutes ont trouvé leur public, les ventes en attestent.  Plus de cinq millions d’albums vendus, le tome 16 est d’ores et déjà tiré à 150 000 exemplaires. Le succès en librairie a décidé les éditions Bamboo à décliner l’univers des « Sisters » sur divers supports.

Ainsi, dès 2017, la bande dessinée est adaptée en série animée (104 épisodes de 11 minutes), puis les aficionadas ont pu se délecter de romans dans lesquels on se peut se plonger dans l’univers créé par Cazenove et William. Tous les médias sont maintenant concernés par les disputes entre Wendy et Marine, que ce soit en jeu vidéo, en jeu de cartes, dans un jeu de société ou dans un escape book très bien construit par Oriane Krief. Et pour couronner ce succès éditorial remarquable, un magazine trimestriel entièrement dédié aux héroïnes de la série est disponible sur abonnement et dans les kiosques.

La sororité fraiche et sans cesse renouvelée de cette excellente série n’a pas fini de nous surprendre et d’attendrir anciens et nouveaux lecteurs. Wendy et Marine sont telles que le décrit Clara Luciani dans la chanson dédiée à sa sœur : « Ma sœur, nous avons des cœurs siamois /Et chaque coup que tu reçois /Ricoche et me frappe deux fois. ». Nous retrouverons toujours avec autant de plaisir ces deux sœurs qui ont l’avantage de ne jamais vieillir.

.

Laurent LESSOUS (l@bd)

« Les Sisters T16 : Cap ou pas cap ? » par William et Christophe Cazenove

Éditions Bamboo (10,95 €) – EAN : 978-2-8189-8409-3

Parution le 3 novembre 2021

« Les Sisters : Escape book » par Oriane Krief et William

Éditions Bamboo (7,95 €) – EAN : 978-2-8212-1398-2

Les Sisters le Mag n° 3 octobre – novembre – décembre 2021 

Éditions Bamboo (4,95 €) – M 02249

« Les Sisters : Opération Sisters, jeu de cartes »

Éditions Bamboo (7,95 €) – ISBN : 978-2-8212-1366-1

Galerie

Les commentaires sont fermés.