Jessica et Joshua face à leurs destins dans l’avant-dernier tome des « Enfants de Jessica » : le troisième cycle du « Pouvoir des innocents »…

Voici que nous arrive l’avant-dernier rendez-vous avec Joshua Logan et Jessica Ruppert : protagonistes dont les deux destins croisés passionnent les lecteurs de cette saga née en 1992. Après 30 ans de labeur, Luc Bruschwig et Laurent Hirn approchent de la conclusion de leur thriller de science-fiction politique situé au sein d’une Amérique ébranlée par les attentats du 11 septembre. Une création originale, entre fiction et réalité, parmi les plus riches de ces dernières années.

Mercredi 2 mai 2007. Extrait de sa prison, Joshua Logan gagne le tribunal où doit avoir lieu son injuste procès. Au cours du transfert, il est enlevé après l’attaque du fourgon par les Logan’s. Ce mouvement radical d’extrême droite, qui se revendique curieusement de lui, est bien décidé à détruire l’image symbolique qu’il représente pour une partie de la population américaine. Au-dehors, une foule pacifique et nombreuse marche vers Washington où Jessica Ruppert doit être auditionnée par le Sénat. Elle s’apprête à révéler un plan de 200 mesures en faveur du peuple : de quoi changer durablement le visage de l’Amérique mondialiste. Contraint par ses geôliers qui menacent de tuer sa femme Xu, Joshua adresse un message télévisé à la population, au cours duquel il accuse Jessica et son équipe de corruption… Un passionnant flash-back évoque le passée de la future leader du parti démocrate, un 25 juin 1968.Quatrième et avant-dernier épisode du troisième cycle de cette série qui, sans prendre une ride, parvient à conserver un rythme soutenu, imperméable au temps et aux modes. Un premier cycle de cinq albums est publié aux éditions Delcourt dans la collection Néopolis de 1992 à 2002, avec le concours de David Nouhaud et Thomas Priou. Un second cycle en cinq tomes intitulé « Car l’enfer est ici » paraît chez Futuropolis de 2011 à 2018, toujours avec David Nouhaud. Ce troisième et dernier cycle (« Les Enfants de Jessica »), débuté lui aussi en 2011, demeure parfaitement cohérent avec l’intrigue initiale.Un travail de longue haleine parfaitement maîtrisé par deux auteurs appréciés par les amateurs d’une bande dessinée, certes classique, mais documentée et sans cesse en progression.« Le Pouvoir des innocents » est la première série de Luc Brunschwig, scénariste né en 1967 à Belfort. Parmi une œuvre quantitativement modeste, mais riche en qualité, notons « L’Esprit de Warren » pour Servain, « Holmes » pour Cécil, « Makabi » (qui deviendra « Lloyd Singer ») pour Olivier Neuray, « Urban » pour Roberto Ricci…, un épisode de « XIII Mystery » pour Taduc et les reprises de « Mic Mac Adam » pour André Benn et de « Bob Morane », avec Aurélien Ducoudray, pour Dimitri Armand.Né en 1963 à Châlons-en-Champagne, élève de l’École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg, La urent Hirn dessine « Le Pouvoir des innocents » depuis le début des années 1990. On lui doit aussi « Le Sourire du clown » : une trilogie écrite également par Luc Brunschwig et publiée par Delcourt (de 2005 à 2009).

Henri FILIPPINI

« Le Pouvoir des innocents — Les Enfants de Jessica T4 : Guerre civile » par Laurent Hirn et Luc Brunschwig

Éditions Futuropolis (16 €) — EAN : 978 3 7548 2789 8

Galerie

Les commentaires sont fermés.