20 BD jeunesse, des primo-lecteurs aux adolescents, pour un bel été de lecture…

Dernière chronique jeunesse, avant des vacances bien méritées. 20 idées de lectures pour nos chers enfants ; des tout petits au presque adultes. Pour faire simple, nous dressons un rappel de 10 livres qui nous ont particulièrement plu, auxquels nous ajoutons 10 titres dont nous n’avons pas pu vous parler faute de place dans notre rubrique hebdomadaire. Bel été et belles vacances, prenez soin de vous.

Commençons cette ultime chronique de la saison 2020 -2021 par un top 10 des titres 2021 déjà traités dans la rubrique jeunesse de notre site. Sélection à la subjectivité assumée que nous vous proposons de suite :

1)     « Photo de famille T 1 » par Armelle et Sti, C’est dans une série de planches à dimension humoristique avec une chute finale que nous faisons connaissance d’une famille en recomposition, avec des failles mais surtout l’envie de bien faire. On oublie vite le côté sociologique du pitch de départ, après tout plus d’un quart des enfants aujourd’hui grandissent dans des familles recomposées, pour se plonger au cœur d’une famille d’aujourd’hui qui sait surmonter les petits problèmes du quotidien. Une lecture qui pourra attendrir et rassurer enfants et parents dans cette situation et amuser tous les autres.

2)     « Le Baron perché » par Claire Martin, d’après Italo Calvino. Sans conteste, une des plus belles découvertes en bande dessinée jeunesse de ce début d’année. À vous, jeunes et moins jeunes de lire cette première BD parfaitement maîtrisée, que vous ayez ou non lu le roman d’origine.

3)     « Love Love Love T1 : Yeah Yeah Yeah » par Andrés Garrido et Kid Toussaint. Une dystopie dans laquelle Kid Toussaint construit un univers angoissant, menaçant pour les libertés individuelles de chacun. L’occasion pour un jeune héros d’affirmer ses différences à la suite de luttes contre l’ordre établi.

4)      « Chihuahua T1 : Une rentrée presque normale » par Pascal Jousselin, Nob, Obion et Lewis Trondheim. Pascal Jousselin, Nob, Obion et Lewis Trondheim se trouvèrent fort dépourvus quand « L’Atelier Mastodonte » cessa de paraitre dans les pages du magazine Spirou et en albums. Sur le principe de l’atelier virtuel, ils reprirent rapidement leur collaboration. Le fruit de leur cogitation est un album jeunesse à l’humour loufoque et au titre improbable : « Chihuahua ». Beaucoup de surprises, aucun temps mort, dans cette BD tout public dans laquelle une espèce de Harry Potter sans talent surnaturel, – enfin jusqu’à présent -, survit apeuré dans une école peuplée d’authentiques monstres qui ne rêvent que de manger un humain.  Un humour délirant et insouciant règne sur les 64 pages d’un album rafraichissant.

« Chihuahua T1 : Une rentrée presque normale »page 6.

5)     « Lancelot, la pierre de mémoire » par Thomas Labourot et Séverine Gauthier. Sur une trame légendaire, Séverine Gauthier construit un récit de fiction avec moult rebondissements et ce qu’il faut de magie et d’humour pour tenir en haleine petits et grands sur 56 pages.

Le dessin coloré, vif et expressif, de Thomas Labourot apporte dynamisme et modernité à ce récit d’initiation médiéval décalé et intelligemment référencé.

La sentinelle du petit peuple page 5

6)      « La Sentinelle du petit peuple T1 : La Pommade de fée » par Charline Forns, Véronique Barrau et Carbone.  La trame de ce récit d’initiation féérique ressemble à celle de « La Boîte à musique » : ces deux séries sont scénarisées par Carbone qui aime, dans ses histoires pour la jeunesse, développer des mondes merveilleux, parallèles au notre dans lequel de jeunes héros accomplissent des missions de plus en plus périlleuses. De quoi mettre au premier plan les valeurs de l’amitié, de l’entraide, de la transmission entre les générations et surtout de la bienveillance. Le dessin dynamique, tout en rondeurs colorées de Charline Forns participe au charme envoûtant de cet album. Difficile de ne pas s’attacher aux personnages principaux de ce qui s’annonce comme une nouvelle série à succès de Carbone.

7)      « Green Team T2 : Plastik Attack » par Domas et KarinKa. Deux jeunes jumeaux essayent de convertir à l’écologie leurs parents et leurs amis.

Pas d’impératif catégorique pour eux, mais une bonne volonté brouillonne fort communicative. Une série dont les bons sentiments ne nuisent pas à l’aspect pédagogique ni à un humour omniprésent.

8)      « Lettres des animaux à ceux qui les prennent pour des bêtes » par Giovanni Rigano, Fréderic Brrémaud et Allain Bougrain-Dubourg. Dans cette bande dessinée adaptée du livre éponyme d’Allain Bougrain-Dubourg, une quinzaine d’animaux s’adresse directement à nous pour évoquer leur triste sort…

 A l’unisson pages 30 31.

9)      « À l’unisson » par Dawid et Delphine Cuveele. Sur proposition du directeur de l’Orchestre national de Picardie, deux auteurs de BD se sont inspirés de la 40e symphonie de Mozart pour concevoir un album sans paroles pour tout public dès le plus jeune âge. L’album peut se lire en silence, on peut aussi en partager la lecture avec ses enfants ou mieux encore le feuilleter en musique.

10)  « Ecoline » par Teresa Martinez et Stephen Desberg. Nous avons été proprement charmé par cette bande dessinée véritablement tout public, car elle s’adresse à des lecteurs d’âges différents, en jouant sur plusieurs niveaux de lecture. Les plus jeunes seront fascinés par le parcours semé d’embuches de la jeune chienne, une intrigue, des valeurs et des décors aux faux-airs des Disney de la grande époque, des « Aristochats » ou de « La Belle et le Clochard ».

Les plus âgés s’amuseront des références culturelles à Verlaine et à certains maîtres impressionnistes. Tous seront charmés par la richesse et la qualité d’une illustration aux cadrages dynamiques et aux références picturales affectueuses mais non sclérosées.

« Ecoline » pages 44-45.

À ces 10 titres, nous en ajoutons 10 autres dont nous vous recommandons tout autant la lecture :

1)      « Le Secret des couleurs » par Christophe Bataillon. Une bande dessinée pour les primo-lecteurs. Une fiction enjouée qui est un véritable manuel de dessin où on explique comment parler la langue dessinée, s’amuser avec les couleurs, donner vie à des personnages… C’est lors de ses nombreuses rencontres avec des élèves des classes de primaire que Christophe Bataillon a mis au point de petits manuels de dessin, celui-ci est le troisième opus d’une série commencée avec « Raconte-moi ton dessin ».

2)     « Birdy Melody » par David Périmony. Une belle fable sans texte qui nous dévoile les prémices de « Billy Symphony » dont nous vous avions vanté les mérites dans cet article.

  C’est le voyage de Birdy, une petite oiselle pour retrouver son compagnon. Un parcours initiatique pendant lequel elle découvre la cruauté de certains mais aussi la gentillesse d’autres.

Une bande dessinée d’une grande douceur que l’on peut découvrir indépendamment de « Billy Symphony ».

3)      « À La recherche du dimanche perdu » par Ileana Surducan. Ce quatrième volume de la collection « Les Merveilleux contes de Grimm » est l’adaptation de « Dame Hole/ Dame Hiver ». Tout est fait pour susciter l’adhésion des primo-lecteurs : lettrage en minuscule, découpage simple, couleurs lumineuses… De qui faire rêver avec malice sur la valeur travail mais aussi sur la magie que l’on peut mettre dans chacune de nos actions. Du bon boulot de l’autrice roumaine Ileana Surducan.

A la recherche du dimanche perdu,...

4)     « Le Festival du dragon-thé » par K. O’Neil. On retrouve dans ce bel ouvrage l’univers développé dans « Le Cercle du dragon-thé », un monde d’heroic-fantasy enchanteur, inclusif et bienveillant.

Le trait est simple mais expressif, les personnages se détachent sur de grands aplats de couleurs, aux ambiances chaudes parfois agrémentées d’entrelacs végétaux.

Décorations que l’on retrouve dans le Guide des dragons-thé alpins, un amusant et didactique bestiaire qui complète l’album.

5)      « Super-Sourde » par Cece Bell. Rendue sourde par une méningite à quatre ans, Cece tente de se faire une place dans le monde des entendants et pour oublier sa prothèse auditive s’imagine en superhéroïne, Super-sourde.

Cette bande dessinée autobiographique, si drôle et si juste, sur une petite fille sourde est aussi un livre inoubliable sur l’enfance et ses difficultés. Ce récit autobiographique a été distingué par le Eisner award 2015 du meilleur album pour enfants.

6)     « Autobiographie d’une courgette » par Camille K. et Ingrid Chabbert, d’après Gilles Paris. Le roman de Gilles Paris s’est vendu à plus de 300 000 exemplaires en France et a été traduit en plus de 20 langues. Devant ce succès, il a été adapté en téléfilm, puis en dans un film d’animation éponyme, César de la meilleure adaptation en 2017. Les deux autrices livrent une version respectueuse de l’œuvre originelle : un récit sur l’enfance drôle, émouvant et profond, une réflexion un peu mélancolique sur le deuil, la délinquance mais aussi sur la bienveillance et la possibilité de se reconstruire

7)      « Phobos T1 : L’envol des éphémères » par Eduardo Francisco et Victor Dixen.

Le romancier adapte sa propre saga à destination des adolescents, un best-seller en quatre volumes traduit dans le monde entier, pour le trait dynamique de l’artiste brésilien Eduardo Francisco.

Ce thriller de science-fiction marie romance spatiale et survival inquiétant. Une dystopie qui interpelle sur le rôle des images et des réseaux sociaux dans nos sociétés contemporaines. Voir aussi « Phobos » : Victor Dixen adapte son best-seller pour la BD….

8)      « Le Garçon au visage disparu » par Pierre Lecremier d’après Larry Tremblay. Un album surprenant, adaptation de la pièce de théâtre de Larry Tremblay. Ce texte aborde les émotions, les contradictions et les malaises que peuvent ressentir certains adolescents dans leur rapport à la famille et au monde. La pièce explore le développement de l’identité à cet âge parfois vraiment ingrat. Pierre Lecrenier adapte avec un trait doux et sensible ce récit fantastique et émouvant.

9)      « Hantée » par Mikaël Ollivier et Nicolas Pitz.

Une aventure fantastique bien écrite qui permet d’aborder le sujet du deuil avec tact.

Le romancier Mickaël Olivier a développé une intrigue avec de nombreux rebondissements, frissons et fantômes, pour le dessin semi-réaliste efficace de Nicolas Pitz.

10)  « Le Songe du corbeau » par M.C. Alberto et Atelier Sentô. Un thriller onirique surprenant, envoutant qui mêle brillamment fait de société, rêve et souvenirs réinventés. Le dessin tout en douceur de l’artiste espagnol M. C. Alberto illustre avec grâce le récit tout en subtilité de l’Atelier Sentô qui réunit Cécile Brun et Olivier Pichard. Un album tout public vraiment original dont on n’oublie pas la lecture

Nous terminons cette saison 2020-2021 si particulière, marquée par les conséquences d’une terrible pandémie, par ce florilège de 20 bandes dessinées à destination des plus jeunes et nous vous donnons rendez-vous en septembre prochain pour une nouvelle saison de belles découvertes dans un 9e art qui n’oublie pas de rester jeune.

Laurent LESSOUS (l@bd)

« Photo de famille recomposée » T1 par Armelle et Sti 

Éditions Bamboo (10,95 €) – ISBN : 978-2-8189-7550-3

« Le Baron perché » par Claire Martin, d’après Italo Calvino

Éditions Jungle (16,95 €) – ISBN : 978-2-8222-2998-2

« Love Love Love T1 : Yeah Yeah Yeah » par Andrés Garrido et Kid Toussaint

Éditions Dupuis (12,50 €) – ISBN : 979-1-0347-3356-9

« Chihuahua T1 : Une rentrée presque normale » par Pascal Jousselin, Nob, Obion et Lewis Trondheim

Éditions BDkids (9,95 €) – EAN : 979-1-0363-2539-7

« Lancelot, la pierre de mémoire » par Thomas Labourot et Séverine Gauthier

Éditions Rue de Sèvres (13,00 €) – EAN : 978-2-81021-379-5

« La Sentinelle du petit peuple T1 : La Pommade de fée » par Charline Forns, Véronique Barrau et Carbone

Éditions Dupuis (12,50 €) – EAN : 979-1-0347-3814-4

« Green Team T2 : Plastik Attack » par Domas et KarinKa

Éditions Kennes (10,95 €) – EAN : 978-2-3807-5199-4

« Lettres des animaux à ceux qui les prennent pour des bêtes » par Giovanni Rigano, Fréderic Brrémaud et Allain Bougrain-Dubourg

Éditions Glénat (17 €) – EAN : 9782344042892

« À l’unisson » par Dawid et Delphine Cuveele

Éditions La Gouttière (10,70 €) – EAN : 978-2-35796-019-9

« Ecoline » par Teresa Martinez et Stephen Desberg

Éditions Grand Angle (16,90 €) – EAN : 978-2-8189-7758-3

« Le Secret des couleurs » par Christophe Bataillon

Éditions Gallimard (12,90 €) – EAN : 978-2-0751-5039-2

« Birdy Melody » par David Périmony  

Éditions La Gouttière (16,00 €) – EAN : 978-2-35796-035-0

« À la recherche du dimanche perdu » par Ileana Surducan

Éditions Les Aventuriers de l’étrange (13,90 €) – EAN : 978-2-490195-23-7

« Le Festival du dragon-thé » par Katie O’Neil

Éditions Bliss (17,00 €) – EAN : 978-2-37578-239-2

« Super-Sourde » par Cece Bell

Éditions Les Arènes (21,90 €) – EAN : 979-10-375-0413-5

« Autobiographie d’une courgette » par Camille K. et Ingrid Chabbert, d’après Gilles Paris

Éditions Philéas (17,90 €) – EAN : 978-2-249146-705-0

 « Phobos T1 : L’envol des éphémères » par Eduardo Francisco et Victor Dixen

Éditions Glénat (16,90 €) – EAN : 978-2-344-04286-1

Recherche de personnages pou « Phobos T1 : L’envol des éphémères ».

« Le Garçon au visage disparu » par Pierre Lecremier, d’après Larry Tremblay

Éditions Kennes (15,00 €) – EAN : 978-2-3807-5323-3

 « Hantée » par Mikaël Ollivier et Nicolas Pitz

Éditions Jungle (17,00 €) – EAN : 978-2-822-23263-0

« Le Songe du corbeau » par M.C. Alberto et Atelier Sentô

Éditions Delcourt (18,95 €) – EAN : 978-2-4130-2690-7

Hantée planche 13

Galerie

Les commentaires sont fermés.