« Joe la pirate » : encore un remarquable album posthume du regretté scénariste Hubert…

La riche navigatrice britannique Marion Barbara, dite Joe, Carstairs a eu une vie pour le moins très originale. Cela n’a pas manqué d’inspirer le talentueux Hubert Boulard, dit Hubert, qui fut notamment le narrateur de ce chef-d’œuvre qu’est « Peau d’homme » (1). Il s’agit, hélas !, de l’un de ses derniers ouvrages — mais aussi de son premier et unique biopic — où se reforme le convaincant duo d’une autre de ses incontestables réussites : « Monsieur désire ? », également parue chez le même éditeur. Pour ce faire, en lorgnant la ligne claire d’un Yves Chaland, la dessinatrice Virginie Augustin (2) redouble de virtuosité graphique dans ce roman esthétique de plus de 200 pages qui ne laisseront personne insensible…

La Londonienne Joe Carstairs était une femme explosive, impulsive et excentrique, qui aimait la vitesse, l’aventure et les machines. Elle a lancé sa propre compagnie de taxis féminins, est devenue infirmière pendant la Grande Guerre, a battu des records dans des courses de bateau et a même régné en tant que monarque colonialiste, mais éclairé, sur une île des Bahamas. Et si elle croquait la vie à pleines dents, elle faisait profiter ses ami(e)s de sa richesse et de ses largesses !Tatouée et s’affichant ouvertement comme lesbienne, elle s’habillait généralement en homme et a eu des rapports intimes avec des femmes célèbres : notamment avec Dolly Wilde, la nièce d’Oscar Wilde, et avec un certain nombre d’actrices telles Marlene Dietrich, Greta Garbo ou Tallulah Bankhead. Sans que cela s’inscrive dans une démarche militante, son attitude avait donc, là, de quoi faire amplement scandale en ce début de XXe siècle un peu coincé…Ce qui est frappant, et ceci dès les premières pages de cette biographie d’une oisive aisée accumulant toute sorte de frasques, c’est l’évident soin apporté au dessin, à la composition, à la maquette, mais aussi à la narration.Nous avons déjà dit tout le bien que nous pensions du graphisme souple et énergique de Virginie Augustin, laquelle, contrairement à ses précédents ouvrages, opte ici pour un élégant noir et blanc de bon aloi, mais nous avons autant de louanges à prononcer en ce qui concerne l’écriture. En effet, si le découpage virevoltant d’Hubert en courts chapitres donne un rythme assez trépidant au récit, si sa narration permet au lecteur d’avoir une impression de proximité et de confidentialité avec l’héroïne, ce sont surtout ses dialogues, parfaitement ciselés, qui sonnent le plus juste !Une preuve de plus qu’Hubert Boulard, qui signait modestement de son seul prénom et qui a choisi de nous quitter tragiquement en février 2020, était un grand écrivain, un immense scénariste et, tout simplement, un prodige du 9e art ! (3)

 Gilles RATIER

(1)   Voir : Hubert : disparition d’un esthète…., « Les Ogres-Dieux » : l’ultime opus de la fabuleuse saga dark fantasy d’Hubert et Bertrand Gatignol !, La quête folle et ardente de l’amour, sans contrefaçon, dans l’ultime scénario d’Hubert…

(2)   Voir « 40 éléphants T1 : Florrie, doigts de fée » par Virginie Augustin et Kid Toussaint, « Monsieur désire ? » par Virginie Augustin et Hubert, « Whaligoë » T2 par Virginie Augustin et Yann, « Whaligoë » T1 par Virginie Augustin et Yann

(3)   Il nous reste encore à découvrir son ultime travail : le début du diptyque « Ténébreuse » réalisé avec Vincent Mallié au dessin, et dont les éditions Dupuis vont sortir une version limitée à 1 500 exemplaires, en noir et blanc, le 11 juin prochain.« Joe la pirate : la vie rêvée de Marion Barbara Carstairs » par Virginie Augustin et Hubert

Éditions Glénat (23 €) — EAN : 978-2-344-03943-4

Galerie

Une réponse à « Joe la pirate » : encore un remarquable album posthume du regretté scénariste Hubert…

  1. BARRE dit :

    Je ne savais pas que Hubert avait choisi de mettre fin à ses jours, je pensais qu’il avait eu une maladie grave… Toujours est-il qu’il restera comme un excellent scénariste. Je me permets de conseiller à tous, en dehors de ses ouvrages récents, les très bons albums « les yeux verts » et « la sirène des pompiers »…