Le retour de « Fabien M. » !

Pour notamment répondre aux demandes et attentes de toute une génération de lecteurs, Jean-Marc Stalner, avec l’accord de son frère Éric, reprend seul au dessin (mais avec l’aide scénaristique de l’historien Philippe Zytka), l’histoire de Fabien M., pour un ultime tome de 50 planches : insufflant ainsi, 25 ans après, un souffle nouveau à ce récit d’aventures dans le Paris du début du XXe siècle, qui nous avait menés jusqu’en Guyane, en passant par Venise…

Publié entre 1993 et 1996, « Fabien M. » annonçait l’arrivée des frères Stalner dans le catalogue des éditions Dargaud : de « Malheig » jusqu’à « La Croix de Cazenac » où le personnage de Fabien va réapparaître au cours du deuxième cycle, dans les tranchées. « L’Ultime Partie » fait d’ailleurs le lien avec cette saga (écrite par Pierre Boisserie) qui, commencée en 1999, correspond également à l’époque de la séparation de nos deux frangins sur le plan graphique : un travail en commun qu’appréciaient pourtant les lecteurs amateurs de leurs autres séries historiques (comme « Les Poux », « Le Boche » ou « Le Fer et le feu » chez Glénat).Par la suite, Jean-Marc Stalner va diversifier les collaborations éditoriales — allant de Glénat à l’autoédition (1), en passant par Dargaud, Albin Michel, Adonis, 12bis, Soleil… —, pour illustrer les récits de ses amis Achdé (« La Esmeralda »), Daniel Bardet (« Le Maître de pierre »), Frank Giroud (« Le Cercle de Minsk »), Patrice Buendia (adaptation d’un « Conte de Noël » de Charles Dickens et « Le Juge sans terre »), Laurent Moënard (« Bleu blanc sang »), Juliette Sales (« Belle et Sébastien », d’après Cécile Aubry) et Philippe Zytka (« Arcana Historiae »), ou de son frère Éric (« L’Or sous la neige », d’après Nicolas Vanier).Pour cette suite et fin inédite de « Fabien M. », les auteurs ont eu la bonne idée de renouer avec l’esprit rocambolesque des premiers tomes, en s’appuyant sur le destin croisé des deux protagonistes qui affrontent une organisation secrète et subissent diverses manipulations.Alors que la Grande Guerre est proche, Fabien vit en paix dans la jungle amazonienne avec sa compagne Elaë, leur enfant, et son frère Louis. Pourtant, quand il apprend la mort d’un ancien amour et de son mari — qui est le nouvel ambassadeur d’Italie — dans un attentat à la bombe, il comprend que la confrérie de l’Échiquier qu’il a toujours combattue est encore derrière ce crime. Pour en finir une bonne fois pour toutes avec elle, il décide de rentrer en France, à Paris, en compagnie de Louis… Les événements vont désormais se précipiter : les héros passant des catacombes aux toits de l’opéra, et des tunnels du nouveau métropolitain à l’immense hangar à dirigeables de Meudon…Il en résulte un excellent divertissement fort bien narré et dessiné, parsemé de clins d’œil que ne manqueront pas de relever les initiés, et délicatement mis en couleurs, comme pour les précédents épisodes, par l’efficace et talentueuse Patricia Kraehn.Par ailleurs, ne tardez pas à vous procurer cet opus très recommandable, car seule la première édition, tirée à 1 300 exemplaires, contiendra un cahier graphique de 26 pages supplémentaires ; lequel comporte de nombreux dessins et crayonnés inédits de Jean-Marc Stalner, une genèse de l’œuvre par le nouveau scénariste, et des hommages à la série réalisés par Marc Bourgne, Franck Bonnet, Brada, Milan Jovanovic, Jean-Charles Kraehn, Philippe Luguy, Frédéric Marniquet, Rafael Morales, Laurent Sieurac et Winoc.

 Gilles RATIER

(1)   Voir : Jean-Marc Stalner s’autoédite !.

 « Fabien M. T 6 : L’Ultime Partie » par Jean-Marc Stalner et Philippe Zytka

Éditions Inukshuk (20 €) — EAN : 978-2-490276-13-4

Galerie

Les commentaires sont fermés.