« L’Épopée de la franc-maçonnerie » : à la découverte des frères anglais en BD !

L’an passé, nous avons évoqué sur BDzoom.com le lancement de « L’Épopée de la franc-maçonnerie » aux éditions Glénat (1), série qui ambitionne de raconter les origines de cette association humaniste. Un an plus tard, et déjà un nombre confortable de lecteurs conquis, Didier Convard, le maître d’œuvre de cette collection, prend la plume — avec la complicité de son ami Pierre Boisserie — et nous invite à franchir la Manche. Une fois encore, le créateur du best-seller « Le Triangle secret » marie avec bonheur la grande Histoire et la fiction.

1659. Après sept années d’exil en Hollande, l’Écossais franc-maçon Robert Moray revient à Londres où le roi Charles II vient de monter sur le trône d’Angleterre. Après son long séjour aux Pays-Bas, il est conscient que la Hollande, avec laquelle les relations sont tendues, est très en avance technologiquement en matière de constructions maritimes. Encouragé par le roi, cet humaniste visionnaire réunit un groupe d’érudits francs-maçons capables de résoudre les mystères de la science et de la nature. Il veut parvenir à dépasser les connaissances dans le domaine nautique des Hollandais, sans le contrôle du politique et du religieux. Avec le concours du jeune roi, lui-même franc-maçon, Robert Moray met sur pied sa société savante hors du carcan politique : The Royal Society of London for Improving Natural Knowledge. Cette société compte d’éminents savants, mais qui n’appartiennent pas tous à la franc-maçonnerie. Bien entendu, la grande et la petite histoire cohabitent tout au long de ce récit malin, riche en sombres complots : sans oublier une note d’humour très britannique. Ainsi, tout au long de son combat, Robert Moray, premier des francs-maçons modernes, est accompagné par une jolie femme qui n’est autre que le fantôme de sa jeune épouse morte en couche. En fin d’ouvrage, un passionnant dossier signé par l’érudit Jean-Laurent Turbet replace les différents protagonistes de ce récit au sein de la grande Histoire. Nous sommes loin de ces albums ennuyeux, sans la moindre fantaisie — et hélas ! de plus en plus nombreux —, qui se contentent d’évoquer banalement la vie d’un homme célèbre.Ce quatrième chapitre de « L’Épopée de la franc-maçonnerie » est signé par trois auteurs que connaissent bien les amateurs d’ésotérisme : en tête Didier Convard qui a amené le genre à la bande dessinée avec la création de l’incontournable « Triangle secret », mais aussi en créant et dirigeant la collection La Loge noire. Il est secondé au scénario par Pierre Boisserie qui l’a déjà accompagné sur « Roma ». Ancien kinésithérapeute venu à la bande dessinée par passion, il est l’auteur de « Nova Genesis », « Voyageurs », « La Banque », « Les Années rouges et noires »… Des références.

Enfin, Pierre Wachs, dessinateur né le 26 juillet 1957, participe aux cycles du « Triangle secret », dessine « Poèmes rouges » pour La Loge noire (scénario Joëlle Savey) : autant d’ouvrages qui lui donnent l’occasion de croiser la route de Didier Convard. Son dessin au réalisme précis, ses décors et costumes rigoureux, ne peuvent que séduire les amateurs de bandes dessinées classiques. L’entente du trio est parfaite sur cet album qui leur permet une fois encore d’œuvrer en commun pour le meilleur.

 Henri FILIPPINI

 (1)       Voir : La franc-maçonnerie : une épopée signée Convard….

 « L’Épopée de la franc-maçonnerie T4 : Royal Society » par Pierre Wachs, Pierre Boisserie et Didier Convard

Éditions Glénat (14,50 €) — EAN : 978 2 3440 3460 6

Galerie

2 réponses à « L’Épopée de la franc-maçonnerie » : à la découverte des frères anglais en BD !

  1. Heinz-Georg Haendl dit :

    Bonjour, je suis confus: Pierre Wachs, né en 1989? Il a participé au « Triangle Secret » tome 1, donc il avait 11 ans. D’après Wikipedia, Pierre Wachs est né le 26 juillet 1957.
    Amicalement Heinz-Georg

    • Gilles Ratier dit :

      Merci de nous avoir signalé cette erreur de frappe qui nous avait échappé lors de la relecture : c’est corrigé.
      Bien cordialement
      La rédaction