Bananas n° 13 : toujours critique et éclectique !

Douze mois de patience, et voici qu’arrive la treizième édition de Bananas : la revue critique de bande dessinée animée par l’excellent Évariste Blanchet. De quoi satisfaire les curieux en matière de bande dessinée, quel que soit leur domaine de prédilection. Bananas est une revue ouverte à toutes les bandes dessinées, curieuse et sans parti pris.

Première surprise, la pagination plus copieuse : jusqu’à lors limitée à 100 pages, elle passe à 124.

Seconde émotion, la couverture signée par un revenant absent depuis 35 ans : Lucques.

Luc Nisset né le 14 juillet 1949 à Annecy. Plus connu sous son pseudonyme, il a été un auteur incontournable au cours des riches années 1970/1980.

Présent dans Pilote, Charlie mensuel, L’Écho des savanes, Fluide glacial… cofondateur de Mormoil avec Ricord, Mulatier et Rampal, autoéditeur de « L’Encyclopédie aphrodisiaque » (deux gros volumes signés Ian Galix), il quitte la France au milieu des années 1980.

Au fil de la première partie d’un entretien passionnant, il évoque ses séjours à Port-au-Prince, à Saint-Domingue, avant de se fixer à Miami où il devient un spécialiste apprécié des story-board.

« Le Tombeur de haut » par Lucques.

Aujourd’hui, il partage son temps entre Miami et Annecy. Ayant bien connu cet amateur de psychanalyses et de jolies filles (c’est compatible), j’ai l’impression de retrouver un vieux copain.

Il nous faudra attendre l’an prochain pour lire la suite de l’interview…

Le second gros morceau de cette livraison ambitionne de raconter l’histoire de la bande dessinée polonaise à travers la retranscription de quatre tables rondes animées par Florent Rubis, Thierry Lemaire et Harry Morgan, proposées lors de l’édition 2019 du salon SoBD.

Pari réussi, avec la participation de Marzena Sowa, Tadeusz Baranowski, Adam Rusek, Wojciech Birek, Przemyslaw Truscinski…

Retranscription d’un autre très intéressant débat animé par Harry Morgan, lequel se demande s’il ne faut pas réécrire l’histoire de la bande dessinée franco-belge. Manuel Hirtz, Dominique Petitfaux, Jean-Pierre Dionnet et Gérard Thomassian tentent de répondre à ce dilemme en évoquant l’importance tenue par les auteurs français d’après-guerre face aux créations belges.À ces trois gros morceaux s’ajoutent une conversation édifiante sur la bande dessinée d’après-guerre avec Max Lenvers avant sa disparition (voir Décès de Max Lenvers : bon vent Maxon !), une étude ardue de Pierre-Gilles Pélissier sur le non moins ardu ouvrage « Apha… direction » de Jens Harder paru en 2009, l’évocation par Jean-Jacques Lalanne de la revue Oxygène dont les neuf numéros remontent à 1949, un clin d’œil à « Tex Willer » par Manuel Hirtz, et enfin « Le Bunker et le désert » en hommage à Moebius par Renaud Chavanne.Une fois encore, Évariste Blanchet parvient à offrir une bouffée de saine nostalgie à tous ceux qui apprécient de se pencher sur les riches heures de la bande dessinée, de toutes les formes de bandes dessinées. Vivement l’an prochain !

(Bananas, 22 Boulevard du Général Leclerc, B5, 95100 Argenteuil, diffusion Makassar, www.bananas-comix.fr).

Henri FILIPPINI

Bananas n° 13
Bananas (12 €) — EAN : 979 1 0955 4705 1

Galerie

Les commentaires sont fermés.