« Mafalda », monument international du 9e art, devient une BD audio…

Transposer de la bande dessinée sous format audio pourrait sembler saugrenu, mais les nombreuses adaptations passées ou récentes, très souvent réussies, nous permettent de penser le contraire : à commencer historiquement par « Tintin » ou « Astérix » (ce dernier ayant d’ailleurs vécu, avec « Le Menhir d’or », récemment édité sous forme papier, une aventure spécifiquement élaborée pour un support à écouter).

Plus récemment, France culture proposait des adaptations du « Chat du rabbin » de Joann Sfar ou encore de « La Tour » de François Schuiten et Benoît Peeters. De son coté, Radio Canada donnait à écouter « Paul dans le Nord », tandis qu’Arte proposait « Zaï ZaÏ Zaï Zaï » de Fabcaro. Et la liste ne cesse de s’allonger, à commencer par cette nouvelle excellente initiative des éditions Lunii.

Depuis leur création en 2016, les éditions Lunii proposent une grande variété d’histoires pour développer la mémoire auditive, enrichir l’imaginaire, la culture et le vocabulaire d’un jeune public avec des personnages auxquels tous les enfants peuvent s’identifier au-delà des stéréotypes.
 À cet effet, les éditions Lunii proposent « Ma fabrique à histoires » : un petit boitier bleu sur lequel les enfants peuvent découvrir ces histoires en toute autonomie, sans ondes ni écran.

C’est à travers ce support que les plus jeunes d’entre nous peuvent désormais écouter les aventures de Mafalda : personnage culte créé en 1964 par Quino. Avec son regard sincère et enfantin, ses répliques mordantes, Mafalda est une héroïne moderne en phase avec les valeurs de Lunii qui s’est imposée pour ce premier rendez-vous de bandes dessinées en livre audio.

C’est avant tout l’humour insatiable des albums de « Mafalda » qui a séduit les éditions Lunii. Pour l’éditrice-adaptatrice Marine Baudoin, « l’humour est un médium très fort pour les enfants qui comprennent bien plus de choses que l’on ne voudrait le penser », il s’agit avant tout de s’amuser mais aussi d’acquérir un certain vocabulaire de l’impertinence. À l’écoute des deux fichiers qui ont été mis à notre disposition : « Quand je serai grande » et « Et bonne année bien sur », l’ensemble se révèle être un vrai succès, entremêlant aventure, dynamisme, esprit enfantin et amusement.

Laurent TURPIN

Galerie

Les commentaires sont fermés.