Annick Tamaire : une gamine trash et réjouissante !

L’histoire de la bande dessinée compte de nombreuses gamines aux caractères bien trempés. À côté d’Annick Tamaire, ce ne sont que de pâles amatrices tout juste bonnes à faire frémir leurs jeunes lecteurs. Avec Annick Tamaire, les gags dont l’humour noir est dopé à l’acide s’adressent à un lectorat adulte amateur d’émotions fortes. Ne soyez pas les derniers a assister à la naissance de cette héroïne décapante.

La tendresse au sein d’un foyer harmonieux, les rigolades entre amis, les déjeuners en famille, sont des joies qu’Annick Tamaire ne connaît pas. Petite fille d’une dizaine d’années à l’aspect charmant, elle vit dans un monde où il n’y a pas de maisons, mais des HLM. Son père dépressif passe ses journées à regarder son café en fumant des clopes. Sa maman regarde son papa les yeux pleins de haine après avoir versé de l’urine dans son café. Sans oublier sa mémé grabataire qui sent l’odeur des feuilles d’automne. À l’école, lorsqu’elle ne se fait pas son café-clope, Annick maltraite son copain Momo qui a le sida. Elle est l’amie de Stéphane : l’intello de la classe dont la mère est une prostituée qui sourit tout le temps. Stéphane est l’amoureux d’Aurélie qui positive toujours, même face à Jenny : la plus belle fille de la classe…Bien d’autres personnages interviennent au fil des gags : Boubloule le gros porc génie de l’Internet, Bob et Bryan qui vont à l’école en mobylette, Véronique qui est moche et qui pue, Bastien et Adrien les deux homos, Amina son adversaire au poste de déléguée de l’école, le pédophile qui montre son zizi et offre des bonbons… Vous l’aurez compris Annick évolue dans un monde glauque où elle se sent comme un poisson dans l’eau. Au fil des gags en une page, les divers protagonistes se racontent dans un langage sans filtre : pas vraiment vulgaire, mais toujours percutant. Bien que simple, le dessin ne manque pas de charme, un soin tout particulier étant apporté aux personnages dont les trognes sont somptueuses. À la fois amorale et humaine, la petite rouquine risque de faire fondre plus d’un lecteur.Annick Tamaire a débarqué au début de l’an dernier dans les pages de Fluide glacial. Elle est déjà un rendez-vous incontournable du mensuel qui enfin renoue avec les personnages récurrents auxquels le lecteur s’attache. Bonne nouvelle, un deuxième album est annoncé pour septembre 2021.Jonathan Munoz, né en 1985, apprend le dessin à l’école supérieure Émile Cohl de Lyon dont il sort diplômé. Tout en travaillant pour l’édition jeunesse et en dessinant des jeux de société il publie ses premiers albums : « Un léger bruit dans le moteur » en 2012 aux éditions Petit à Petit, « Les Dormeurs » chez Cléopas,   « Le Dessein » et « Mauvaises Mines » aux éditions Glénat en 2017, « Godman » chez Fluide glacial en 2018… Par son originalité et son pouvoir de séduction, Annick Tamaire s’impose comme une future star de la BD d’humour.Attention ! Malgré ses airs juvéniles, cette série s’adresse à un lectorat d’adolescents et d’adultes.

Henri FILIPPINI

 « Annick Tamaire T1 : Annick Tamaire et ses copains » par Jonathan Munoz

Éditions Fluide glacial (10,95 €) – EAN : 979 1 1038 2051 7   

Galerie

Les commentaires sont fermés.