Décès de Norma : l’hécatombe se poursuit en 2021…

Après une fin d’année catastrophique en disparitions de dessinateurs, l’hécatombe se poursuit dès le premier jour de 2021. Norma, dessinateur du fameux « Capitaine Apache » est décédé à l’âge de 74 ans, à Angoulême où il résidait depuis de longues années. Clap de fin pour un dessinateur réaliste populaire à la carrière injustement en dent de scie.

Norbert Morandière est né le 20 février 1946 à Alger. Arrivé en France en 1962, il rêve de devenir dessinateur de bande dessinée, malgré l’opposition féroce de son père propriétaire d’un prospère magasin de vêtements à Montpellier. Marié et père de trois enfants, il finit par monter, seul, en éclaireur à Paris, en 1970.

« Bussy de Ringis » Falatoff n° 3 (12/1971).

L’accueil chaleureux de l’équipe du fanzine Falatoffoù il publie ses premiers travaux de 1971 à 1973 — (« Bussy de Ringis », « Sébastien Fulpert »…) sous la signature Marcus, puis Norma — l’encourage à faire le tour des éditeurs.

« Sébastien Fulpert » Falatoff n° 20 (09/1973).

Il réalise des illustrations pour le rédactionnel des pockets des éditions Mon journal (ainsi qu’une bande dessinée : « Shaco Bentes » dans Whipii !, en 1974),

« Shaco Bentes » Whipii ! n° 60 (10/1974).

publie quelques récits complets dans Djin et Formule 1 (énigmes policières) aux éditions de Fleurus ou collabore à Amis-Coop en illustrant des récits historiques.

« Décollage douteux » Formule 1 n° 22 (30/05/1973).

Dès 1974, il crée son premier personnage dans le premier numéro (janvier 1974) au format tabloïd du mensuel Record : « Lord Remington » est un chasseur de primes dont les aventures, teintées de fantastique, sont réalisées dans un style inspiré par Jean Giraud qu’admire le jeune dessinateur.

« Lord Remington » Record n° 1 (01/1974).

Deux ans plus tard à l’initiative de Claude Gendrot, il publie « Le Chevalier ensorcelé » dans le n° 305 de Pif gadget(décembre 1974). Ce récit de chevalerie en dix pages, écrit par Jean Ollivier, lui ouvre les portes du journal.

« Le Chevalier ensorcelé » Pif gadget n° 305 (12/1974).

Dans le n° 347 (octobre 1975) débutent les aventures du Capitaine Apache imaginées par Roger Lécureux. Plaidoyer contre le racisme, les histoires pleines d’humanisme d’Okada, jeune métis élevé par les apaches, fils de la douce Iowa et du solide irlandais Johnny O’Wilburd, se prolongeront jusqu’en 1986.

« Capitaine Apache » premier épisode Pif gadget n° 347 (10/1975).

Placé aux côtés de « Rahan » et de « Docteur Justice » sur le podium, il est le héros de 106 épisodes d’un western original totalisant plus de 1 000 planches aux images superbes.

Quatre albums sont édités par Vaillant en 1980-1981, un autre par Messidor en 1986, et un début d’intégrale par Soleil en 1995.

Notons que les microéditions Taupinambour en ont proposé cinq albums aux tirages très limités en 2013, puis entrepris une intégrale tout aussi limitée à partir de 2019.

Bien qu’abandonnant « Capitaine Apache » en plein succès, suite à un procès qui ne le concerne pas opposant Roger Lécureux à Pif gadget, Norma amorce une reconversion qui s’avère compliquée.

Pour les éditions Glénat, il dessine de 1988 à 1990 « Souvenirs de la pendule » (une histoire en trois épisodes de Patrick Cothias destinée à Vécu),

« Souvenirs de la pendule » éditions Glénat (1989).

puis en 1991 la trilogie « Pieter Hoorn » écrite par Frank Giroud,

« Pieter Hoorn » éditions Glénat (1992).

suivie en 1997 par une adaptation par François Corteggiani du « Bossu ». Hélas, malgré une réalisation parfaite, ces différents travaux ne parviennent pas à conquérir suffisamment de lecteurs.

« Le Bossu » éditions Glénat (1997).

Au cours de cette période, il crée « Hazel et Ogan » avec Bosse dans Tintin : histoires réunies en deux albums par Blanco en 1989 et 1991, un troisième épisode étant publié par Soleil en 1994.

« Hazel et Ogan » éditions Soleil (1994).

Toujours pour Soleil, il crée « Saïto » avec François Corteggiani, dont trois albums sont édités à partir de 1993. Hélas !, une fois encore, le succès n’est pas au rendez-vous.

« Saito » éditions Soleil (1993).

Norma s’installe à Angoulême où il sort encore quelques albums, tout en effectuant des interventions dans les écoles. Notons « Enner et le secret du temple de Salomon » (scénario Jacques-René Martin) en 1998 aux éditions Dervy

« Enner et le secret du temple de Salomon » éditions Dervy (1998).

et « Rochefort un voyage dans le temps » en 2002 pour la Jeune Chambre économique de Charente-Maritime.

Ensuite, ce sera :

- « Les Aventures imaginaires de Victor Hugo » en 2003 aux éditions de l’Atelier de l’Almanach,

- l’adaptation de « L’Affaire Protheroe » en 2005 pour la Collection Agatha Christie des éditions Emmanuel Proust,

- enfin « À 18 ans sous les balles au Vercors » pour les éditions du Signe, en 2007.

De 1995 à 1997, sous le pseudonyme Marc Page, il met en images quatre volumes au format de poche de la collection pour adultes Confessions érotiques BD aux éditions Média 1000.

Confession érotique BD n° 109 éditions Média 1000 (1996).

« Hawk » Yuma n° 2 (09/2002).

En 2002, il dessine « Hawk » (scénario Corteggiani), à l’occasion de la tentative de relance de Yuma par Semic. Il participe au Nouveau Pif gadget de 2006 à 2008.

Son dernier ouvrage, réalisé avec le concours d’un financement participatif sur Kisskissbank, « La Centième Mouche », paraît en 2016 chez Fish Up Philms.

Pur produit de la génération de dessinateurs inspirés par Jean Giraud, Norma s’est fort bien sorti de cette influence, proposant un dessin réaliste original et mouvementé, destiné à un large lectorat.

Il demeurera à jamais le dessinateur de « Capitaine Apache » pour toute une génération de jeunes lecteurs. À propos de son métier, il me confiait en 1977 dans Schtroumpf fanzine : « Pour moi, le dessin est au service d’un texte, au service d’une idée. Si c’est un art, ce n’est pas au niveau du dessin qu’il se place, mais au niveau de la manière de faire ressentir au lecteur un sentiment, une idée. Le dessin doit être au service de cela et non pas le contraire ». 

« La Centième Mouche » Fish Up Philms (2016).

Les pensées émues de l’équipe de BDzoom.com vont à ses proches.

Henri FILIPPINI

Relecture, corrections, rajouts et mise en pages : Gilles RATIER

Planche originale de « Capitaine Apache ».

Galerie

3 réponses à Décès de Norma : l’hécatombe se poursuit en 2021…

  1. Lionel GARCIA dit :

    J’ai toujours regretté qu’aucun des éditeurs « classiques » n’aient songé à rééditer ses « Capitaine Apache ». Pourquoi une telle indifférence à l’égard d’une série qui marqua quand même plusieurs générations ?

  2. MARTICORENA dit :

    TRés triste d’apprendre le décés de Norma que je connaissait bien ……
    festival bd Hyeres fète du livre Toulon Angouleme etc……
    Capitaine Apache son plus grand succés mais vue la politique de Pif pour la parution en albums aucune chance de vente…….

Répondre à MARTICORENA Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>