Les éditions Swikie : une nouvelle tentative de traduire et publier des héros Bonelli en France…

Vieille de moins d’un an, Swikie est une maison d’édition indépendante (et jusque-là assez discrète) tâchant de présenter en France les fumetti de chez Bonelli, dans leur format de poche et présentation d’origine, à un prix très compétitif. Parmi les six personnages de cette bande dessinée populaire choisis, seul Nathan Never avait connu quelques publications francophones parmi lesquelles cinq albums chez Glénat entre 1993 et 1995, regroupant 15 épisodes. Les autres séries — « Lukas », « Brad Barron », « Lilith », « Napoleone » et « Gea » — (dont deux numéros de plus de 100 pages sont déjà parus pour chacune d’elles) demeuraient jusqu’à ce jour inédites.

« Nathan Never ».

Notons que n’y figurent pas les plus célèbres créations de la grande maison italienne (voir https://www.sergiobonelli.it), lesquelles ont déjà été l’objet de tentatives antérieures : certaines avec un certain succès comme « Tex » et « Zagor », d’autres de façon plus avortée comme « Dylan Dog » et « Martin Mystère ».

Nous vous proposons, aujourd’hui, un éclairage sur les deux premiers numéros parus chez Swikie (en mai et août 2020) de la série de science-fiction « Nathan Never »…

Puis nous reviendrons plus en détail, lors de la parution de leurs prochains opus, sur « Lukas » par Michele Benevento, Luca Casalanguida et Michele Medda, « Brad Barron » par Bruno Brindisi, Anna Lazzarini et Tito Faraci, « Napoleone » par Carlo Ambrosini, ainsi que sur « Gea » et « Lilith » par Luca Enoch.

En attendant, n’hésitez pas à jeter un coup d’œil au site des éditions Swikie qui proposent également une formule d’abonnement : https://www.swikie.com/index.php.

« Agent spécial Alfa » — dessin et couverture de Claudio Castellini, scénario d’Antonio Serra — est la traduction de Nathan Never n° 1 : « Agente speciale Alfa », paru chez Bonelli en juin1991.

« Le Monolithe noir » — dessin Germano Bonazzi (couverture Claudio Castellini), scénario Antonio Serra, Michele Medda et Bepi Vigna — est la traduction de Nathan Never n° 2 : « Il Monolito nero », paru chez Bonelli en juillet 1991.

« Faulkner sait fort bien que les détectives n’existent pas ; que la police ne relève ni de la psychologie ni de la perspicacité, mais bien de la délation ; et que ce n’est point Moustachu ni Tapinois, modestes penseurs du Quai des Orfèvres, qui font prendre le meurtrier en fuite, mais la police des garnis ; car il suffit de lire les mémoires des chefs de police pour voir que l’illumination psychologique n’est pas le fort de ces personnes, et qu’une “bonne police” est une police qui a su mieux qu’une autre organiser ses indicateurs. » : mémorable préface de 1933 à « Sanctuaire » de William Faulkner par André Malraux.

Les créateurs de « Nathan Never » le savent mieux encore, dans un monde où, en guise d’indicateurs, de plus en plus le savoir, l’intelligence et la force physique des androïdes supplantent ceux d’un simple agent privé auxiliaire d’une police débordée par une violence et une criminalité excessives frappant une City tentaculaire et surpeuplée.

« Agent spécial Alfa » par Claudio Castellini et Antonio Serra, aux éditions Swikie.

Une page de la version italienne de Nathan Never n° 1.

« L’importance de l’intrigue vient de ce qu’elle est le moyen le plus efficace de traduire un fait éthique dans toute son intensité. Elle vaut par ce qu’elle multiplie » a ajouté André Malraux. Que multiplie-t-elle ici ?

Mêlant les éléments usuels du récit policier et ceux d’une science-fiction toujours plus technologique dans une atmosphère particulièrement agitée et étouffante, le trio Medda-Serra-Vigna fait parcourir à son presque héros un univers où, dans des ateliers-laboratoires science-futuresques, les frontières entre humanité et cybernétique s’estompent.

Les cerveaux humains se reprogramment comme ceux des machines, les prothèses électronico-mécaniques pallient les défauts et les manques des êtres organiques, les androïdes sont pourvus d’une peau humaine et d’encéphales autant biologiques qu’électroniques.

La confusion des genres peut se poursuivre sur un mode très classique, avec le thème qu’une autre frontière, celle entre représentants des bons sentiments et ceux des basses pulsions, n’existe pas toujours et se dissipe volontiers.

Le prêcheur mystique peut être tout autant un haut gradé de la criminalité, l’inspecteur officiel de police diriger un clan de yakusas.

Une belle planche originale de Claudio Castellini pour Nathan Never n° 1.

Dans un dédale de rues encombrées d’une faune trouble et d’édifices aux salles et couloirs claustrophobiques aux allures de ceux d’un cargo spatial, l’agent privé tâche, comme il peut, de répondre aux attentes et missions d’une hiérarchie souvent dubitative quant à ses capacités.

Une page de la version italienne de Nathan Never n° 2.

Dans un premier chapitre, il doit jouer le rôle de garde du corps d’un androïde ayant été témoin d’un meurtre et devant témoigner lors d’un procès.

Mais dans ce monde où les choses peuvent être interchangeables, c’est parfois l’être à protéger qui peut devenir protecteur et mener pour une grande part l’enquête à la place de l’humain dépassé.

Dans un deuxième chapitre rendant hommage au classique n° 1 du cinéma science-fictif, entre deux arrestations de dealers, Nathan Never voit ressurgir une copie de « 2001 », film supposé devenu introuvable depuis la destruction d’une grande partie des archives du passé.

Le malfrat de service se dédouble. La précieuse relique est en effet convoitée par un collectionneur éperdu d’antiquités culturelles et aux serviteurs mutants, d’une part ; et d’autre part un leader mystique désireux de faire disparaître ce gênant document révélant sa fourberie manipulatrice de foules ; et tous deux se fracassent avec énergie, l’un pour la possession et l’autre pour la destruction de ce témoignage du lointain passé de l’art cinématographique.

Impliqué bien malgré lui, le personnage de l’agent privé se voit davantage spectateur et victime de cet affrontement que réel acteur de quoi que ce soit.

« Le Monolithe noir » par Germano Bonazzi, Antonio Serra, Michele Medda et Bepi Vigna, aux éditions Swikie.

Dans les parties à venir, Nathan Never poursuivra son rôle de personnage même pas désabusé.

Il continuera à se trouver confronté à quantité de meurtres, comme il convient, à croiser êtres entièrement composés de chair et autres plus ou moins artificiels, androïdes, mutants, télépathes, malades infectés, truands, junkies, prostituées, responsables corrompus, mecs paumés et filles fascinantes, et traverser bas-fonds, bars, boîtes à strip-tease, mais aussi exploitations lointaines, zones interdites et stations orbitales, pour tenter de déjouer les menaces supposées à venir, le tout sans cesse relooké en représentation juste exagérée de notre environnement contemporain ne laissant rien présager de bon quant à un avenir dont pourtant notre espèce semble ici parfaitement s’accommoder.

La nouvelle traduction aux bons soins de Swikie montre à quel point celle de Glénat (qui ne concernait, pour le moment que le premier épisode « Agent special Alfa ») était approximative et marquée de contresens.

Patrice DELVA

Nathan Never n° 1 et 2 

Éditions Swikie (6,99 €) — EAN 978-2-38156-000-7 et 978-2-38156-007-6

Une autre belle planche originale de Claudio Castellini pour Nathan Never n° 1.

Galerie

13 réponses à Les éditions Swikie : une nouvelle tentative de traduire et publier des héros Bonelli en France…

  1. PATYDOC dit :

    Sur leur site, Nathan Never 2 est présenté comme étant le 1 ; et celui que vous présentez comme 1 est mis avec un visuel Lucas ainsi que sur amazon, mais amazon précise bien qu’il s’agit de Nathan Never 1! Faudrait arrêter un peu le chichon et se mettre sérieusement au taf ! :-) … Suspens ! que vais -je recevoir ?

  2. Patrice Delva dit :

    Bonjour,

    Je ne vois aucune erreur sur le site Swikie : https://swikie.com/index.php/shop-left-sidebar?start=0
    En revanche, Amazon s’est en effet emmêlé les pinceaux.

    Commandez donc chez Swikie : c’est vite livré par colissimo, port gratuit.

  3. therby dit :

    Bonjour
    Intéressant, mais j’attends surtout Zagor et Tex les deux fleurons des Editions Bonelli. En tout cas bravo pour votre site.

  4. drouard dit :

    Superbe cet article sur cette maison d’édition.
    Espérons trouver bientôt d’autres héros Bonelli dans leurs catalogue.

  5. JC Lebourdais dit :

    Deux questions :
    1/ vous dites que le prix est « competitif » mais omettez d’indiquer le nombre de pages de chaque volume
    2/ si je comprends bien, les premiers volumes reprennent les histoires deja parues autrefois dans la collection 2h1/2, ce qui obligerait a les racheter si on les a deja mais qu’on veut quand meme avoir une collection complete ? Cynique manoeuvre… Cela me semble assez frustrant de constater a chaque fois qu’on tente de se lancer dans une collection elle s’interrompt et laisse le lecteur en plan…

    • Bubulle dit :

      Il y a 100 pages par numéros (environ, certains séries font dans les 110 pages)

      J’espère que le projet va marcher, que l’on ait au moins l’intégralité des histoires pour les séries courtes.
      Je croise els doigts pour le succès et ainsi découvrir la fin des mini séries et l’arrivée d’autres séries emblématiques de Bonelli !!!!

      Et vivement les tomes 3 qui devraient arriver début janvier

    • Patrice Delva dit :

      Bonjour JC,

      Le Nathan Never n° 1 a été publié chez Glénat
      Le Nathan Never n° 2 a été publié de façon fragmentée dans Fantask 2e série n° 2 à 4

      Il aurait toutefois été singulier que Swikie commence sa publication directement au n° 3, arguant du fait que tout le monde possède déjà lesdites publications, et poursuive sa parution de façon disséminée juste pour boucher les trous laissés par Glénat : ainsi les n° 3 – 4 – 10 – 11 – 12 – 14…
      Il paraît plus judicieux de rassembler une bonne fois les épisodes de manière suivie en une série régulière.

      D’autre part, autant que l’on puisse en juger en comparant les deux éditions du n° 1, la nouvelle traduction française de Swikie est de meilleure tenue que celle de Glénat, plus fantaisiste.

      Chaque fascicule compte 101 pages : 94 pages de chaque épisode de bd + présentation de la série + 2 pages de jeux + annonces…

  6. Scandy dit :

    Très content de cette nouvelle tentative
    Le format est un peu plus grand que les rodeo et cie de semic
    Les dessins deBrad Barron, Nathan Never et Lukas sont vraiment sympa
    Quelques bémols , le prix au premier abord attractif est tout compte fait un peu excessif (100 pages de nb petit format pour 7€ c’est deux fois plus cher qu’un manga), le manque de distribution (introuvable dans les boutiques, sur les sites Amazon et Fnac il faut attendre des semaines pour être livrés, je vais peut être tenté sur le site swikie pour les tomes 2 mais je vois pas trop la sécurité dès transaction, le protocole https ne garantissant uniquement que l’échange entre le site et moi est sécurisé et non pas qune banque intervient pour sécuriser le tout), les éditos en police 6 c’est pas possible.
    J’espère vraiment que swikie continuera leur publication en espérant du tex et du Martin mystère à prix abordable (c’est du fumetti, censé être Ze bd populaire par excellence donc voir des éditeurs français oser traduire du tex à prix d’or je trouve ça scandaleux et surtout irrespectueux de la nature même de ces bd)
    Comme un pays de bd comme la France a pu tolérer la disparition de l’éditeur Bonelli de son territoire aussi longtemps

  7. Patrice Delva dit :

    Bonjour à tous,

    Si on commande les fascicules directement sur le site Swikie, le port est gratuit :
    https://swikie.com/index.php/shop-left-sidebar?start=0
    https://swikie.com/index.php/shop-left-sidebar?start=6

    Mais apparemment, Amazon réclame + 3€ de « livraison ».
    Question à éclaircir.

  8. Patrice Delva dit :

    Bonjour,

    Pour rappel :

    Glénat n° 3 : Nathan Never n° 1-5-6
    Glénat n° 6 : Nathan Never n° 7-8-9
    Glénat n° 12 : Nathan Never n° 13-18-19
    Glénat n° 15 : Nathan Never n° 14-15-20
    Glénat n° 19 : Nathan Never n° 21-27-29

    Fantask 2e série n° 1 : Numéro inconnu (Récit complet de 14 pages)
    Fantask 2e série n° 2 à 4 : Nathan Never n° 2

    Swikie n° 1 : Nathan Never n° 1
    Swikie n° 2 : Nathan Never n° 2

    Remerciements à Blackpuma du site Pimpf.

    https://www.forumpimpf.net/viewtopic.php?p=1111431#p1111431

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>