Comme un poisson dans l’eau  !

Dans « Plongée dans la nuit », le bleu n’est pas vraiment une couleur chaude. Avec subtilité et retenue, cette série prend le temps de développer les sentiments ambigus de ses héroïnes. Totalement antinomiques, Yano et Utsumi vont pourtant se rapprocher au fil des pages. Une romance loin des classiques d’exubérance que l’on peut trouver dans un simple shōjo. Le bleu profond de la nuit va petit à petit se rapprocher du bleu des profondeurs aquatiques.

Les quatre premières pages nous dévoilent comment Tsukiko Yano s’est plongé dans l’univers de sa camarade Aya Utsumi. Discrète, elle n’avait même pas remarqué que cette fille, qu’elle a longuement contemplée dans la piscine, était dans sa classe. Peu sociable, voire froide, elle n’a pas d’amis et passe pour une intello. Avec ses longs cheveux blonds et sa beauté flamboyante, elle attire immanquablement les garçons qu’elle repousse gentiment, mais avec beaucoup de détachement. Aya, la passionnée de natation, est plus aimable et exubérante. Elle parle beaucoup, essaie d’être gentille et positive avec ses camarades de classe et nage dès qu’elle le peut. Depuis cette vision d’Aya surgissant de l’eau de la piscine, majestueuse et envoûtante, Tsukino plonge souvent dans ses pensées et cet univers aquatique l’obnubile. Elles vont, petit à petit, se rapprocher l’une de l’autre, alors que rien ne les prédisposait à se côtoyer.

Après un premier chapitre d’introduction, le second fait une présentation plus aboutie des personnages. Aya Utsumi découvre, comme nous, le caractère caché de Tsukiko. Alors qu’elle la voyait comme un personnage froid et lugubre sorti d’un film de vampire, il se trouve qu’elle peut sourire et être de bonne compagnie. Même si elle ne sait pas nager, Tsukiko va dorénavant fréquenter la piscine avec Aya, afin de l’observer et partager un moment seul avec elle. Une complicité en toute franchise va se nouer, vu qu’Aya dit souvent tout haut ce qu’elle devrait penser tout bas. C’est cette sincérité qui va les rassembler et également les déchirer. Au fil des pages, elles vont être complices, puis s’éloigner jusqu’à cette soirée de décembre durant laquelle Utsumi va submerger sa camarade de ses pensées  : «  Je veux qu’on passe du temps ensemble  ! Parce que je t’aime vraiment beaucoup Tsukiko  ! ». Ce flot de paroles , pourtant simple, mais spontané, va avoir l’effet d’un tsunami. Elles ne devraient plus se quitter et maintenant, la série peut commencer.

Goumoto est une jeune dessinatrice qui débute avec cette série. Son univers est assez froid comme en témoigne la couverture dans les tons de bleu de « Plongée dans la nuit ». Le trait de plume est crachotant et les noirs sont francs. Même l’eau, omniprésente, plutôt vue comme un élément reflétant la lumière, est ici traitée en larges à-plats de noir.

Un rose, couleur chaude, commence timidement à envahir le bleu, couleur froide sur la couverture du second tome.

Ce manga met l’accent sur l’ambiance et les sentiments de ses deux héroïnes. Pour montrer leur état d’esprit, des animaux marins variés, voir, des chauves-souris tournent autour d’elles et envahissent les pages. L’univers aquatique est omniprésent et offre de belles images oniriques. Le lecteur se laisse guider par ces innombrables métaphores visuelles qui subliment l’instant présent. Le texte, presque secondaire, déroule une histoire parfois à contre-courant, fait de réflexion métaphysique et recherche d’acceptation de l’autre. Alors que le seul souhait réellement exprimé serait de rester seule. Une réflexion ambiguë mise en scène dans des cadrages et des successions de plan très intéressants.

« Plongée dans la nuit » est un manga poétique. Loin d’une romance franche et directe, tout se fait avec subtilité et la sensibilité des personnages contraste avec l’ironie subtile de certains passages. Voilà une œuvre qui cache son jeu derrière une façade froide que l’on pense inaccessible, mais qui ne l’est finalement pas du tout.

Gwenaël JACQUET

« Plongée dans la nuit » par Goumoto
Édition Taifu Comics, collection Yuri (7,99 €) – EAN   : 9784832236851

YORU TO UMI © GOUMOTO 2018 Originally published in Japan in 2018 by HOUBUNSHA, Tokyo.

Galerie

Les commentaires sont fermés.