« La Pin-up du B-24 » : Jack Manini scénariste !

Second volume d’un diptyque astucieusement bouclé, cet album permet de retrouver un scénariste au ton original, mais trop souvent injustement sous-estimé. Jack Manini appartient à ces auteurs discrets qui, sans effets de manche, construisent une carrière riche en pépites que tous les lecteurs n’ont pas l’idée de découvrir. Cette « Pin-up du B-24 » confirme ses talents de conteur inspiré…

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les trois soldats américains Glenn, Fred et Johnny forment un équipage de choc et cumulent les missions réussies à bord de leur bombardier B-24. En 1943, en Sicile, ils rencontrent trois jolies infirmières qu’ils séduisent et finissent par épouser le même jour à Palerme. Fred, qui possède un bon coup de crayon, dessine une super pin-up sur le nez du bombardier : un nose art qu’ils baptisent Ali-La-Can, en l’honneur de leurs belles compagnes. Alice, Candy et Lama partent en mission à bord d’un navire-hôpital pendant que le trio multiplie les victoires. Jusqu’au jour où le B-24, malgré son petit ange gardien, s’écrase dans le désert libyen. Le même jour, le USS Louisiana saute sur une mine sans laisser le moindre survivant. En 1959, unique rescapé du crash, le major Glenn Baxter, embauché par une compagnie pétrolière, survole la zone où repose toujours la carcasse du B-24. De nouveau victime d’un accident non loin du bombardier, Glenn prend connaissance avec consternation de l’incroyable vérité sur la tragédie qui s’est déroulée dans le désert et dont il ignorait tout, grâce à un carnet laissé par Fred à son intention…Depuis la publication de la série « Pin-Up » de Yann et Berthet, les auteurs d’histoires d’aviation utilisent bien volontiers ces filles sexy dont les aviateurs ornaient leurs appareils. À son tour, Jack Manini imagine une intrigue originale autour de deux trios de personnages : trois hommes et trois femmes. Le passé de ces protagonistes, au premier abord sans histoire, va se révéler bien plus sordide que Glenn, l’unique survivant, l’imaginait.Dessinateur talentueux (sur « Mycroft », « Estelle », « Necromancy », « S.0.S. Lusitania »…), Jack Manini, né en 1960, est aussi un excellent scénariste. Il est particulièrement inspiré lorsqu’il s’agit de mettre en scène des personnages féminins au fort caractère. Après « Hollywood » pour Marc Malès, « Tomoë » pour Tieko, « La Guerre des amants » pour Olivier Mangin, « La Fille de l’exposition universelle » pour Étienne Willem…, il retrouve son dessinateur fétiche.Né en 1950, Michel Chevereau signe plusieurs miniséries avec Jack Manini : « La Loi du Kanun », « Catacombes » ou « Le Poids des nuages ». Un dessin précis aux décors soignés, de gros plans de personnages aux trognes à la limite de la caricature et une mise en page dynamique lui permettent d’aborder tous les thèmes avec la même aisance. Il appartient à cette école de dessinateurs classiques au trait réaliste, de plus en plus rares, qui prennent plaisir à consacrer beaucoup de temps et de soin à la réalisation de leurs pages. « La Pin-up du B-24 » est un diptyque soigneusement conçu pour être lu dans son intégralité. Il vous est donc fortement conseillé de vous procurer le premier épisode pour le savourer dans de bonnes conditions.

 Henri FILIPPINI

 « La Pin-up de B-24 T2 : Nose art » par Michel Chevereau et Jack Manini

Éditions Grand Angle (14,90 €) — EAN : 9 782 8189 6800 0

Galerie

Les commentaires sont fermés.