Le Vieil homme et l’amour…

Jeannot est un vieil homme qui dialogue avec les plantes, délire de retraité aigri ou don du ciel miraculeux, nul ne le sait. Cette capacité ne lui est d’aucune utilité dans la vie courante, surtout quand il rencontre la tendre Josette qui se moque gentiment de lui. Pour nouer une relation durable avec elle, il devra faire la paix avec lui-même et accepter la vie telle qu’elle est : imparfaite, parfois injuste et toujours pleine d’imprévus.

Jeannot est un retraité triste et solitaire. Il vit seul dans son pavillon entouré de souvenirs heureux : d’une vie en famille avec sa femme et sa fille, d’une époque où l’amour était un remède permanent aux petits bobos et aux plus grands tracas. Seulement à 40 ans cette première partie de sa vie s’est brutalement arrêtée. Un drame a tout changé. Sa femme et lui se sont renfermés sur eux-mêmes avant de se séparer. Peu après, Jeannot s’est mis à entendre ce que disent les plantes…

« Jeannot ».

« Jeannot » page 4.

Le jardinier s’est mis à comprendre le murmure végétal. Les fleurs, les arbustes et même les arbres se plaignent ainsi de ses tailles trop brusques, de ses coups de sécateurs ou de haches. Pour Jeannot ce n’est pas drôle du tout, c’est plutôt une malédiction car pour lui la plupart des végétaux sont bêtes comme leurs racines.

Il les conspue, les rabroue car ce qui l’intéresse c’est l’ordre, que chaque chose soit à sa place, que son atelier et son jardin soient bien rangés. Ce côté maniaque, il en a bien conscience : « c’est le seul truc qui apaise un peu cette colère terrible que je ressens en permanence. »

Des plantes bêtes comme leurs racines !

Et Jeannot se moque bien de ce que l’on dit dans son dos, qu’on le croie fou parce qu’il parle aux végétaux.

Il se fiche d’à peu près tout. Il voit de moins en moins de monde depuis qu’il est à la retraite.

S’il donne des conseils aux jeunes jardiniers des espaces publics, ceux-ci n’écoutent que d’une oreille distraite ce vieux radoteur. Dans un parc, un jour qu’il se fâche contre un arbre qui a l’audace de lui répondre, il fait la rencontre de Josette et de son chien Dagobert.

La retraitée sourit de le voir s’échauffer l’esprit tout seul, lui réagit très mal à ce sourire pourtant complice. Il aura heureusement l’occasion de se racheter.

La rencontre...

Le travail de Loïc Clément pour le public jeunesse est remarqué et remarquable. Les éditions Delcourt lui dédient désormais une collection : Les Contes des cœurs perdus. Après la nouveauté « Jeannot », ce seront « Chaussettes », « Le Voleur de souhaits » et « Chaque Jour Dracula » qui y seront réédités avant une autre nouveauté en fin d’année « Le Silence est d’ombre » avec Sanoë au dessin.

Nous vous déjà entretenu du singulier talent de scénariste de Loïc Clément dans plusieurs articles : ici, ici, encore ici et . À noter que nous retrouvons dans cet opus des personnages de « Chaussette » : Josette son chien Dagobert et la famille du jeune Merlin. « Jeannot » fait office de prequel à « Chaussette », mais les deux albums peuvent se lire indépendamment l’un de l’autre.

« Jeannot » page 16.

On retrouve dans « Jeannot » tout le charme et l’intelligence de ses précédents albums.

Ce récit bien construit traite avec légèreté de thèmes profonds et universels comme le temps qui passe, la solitude des personnes âgées, la perte d’un être cher et le nécessaire travail de deuil et bien sûr l’écologie mais surtout l’amour, difficile à avouer mais sincère et profond, de celui qui change le cours d’une existence.

Elle me manquait drôlement...

Jamais sentencieux ou moraliste, l’album au contraire est bercé par un humour distancié omniprésent avec notamment de belles références aux chansons de Julien Clerc, Jacques Dutronc, Barbara ou Mouloudji. Les aquarelles de Carole Maurel apportent du mouvement et une douceur bienveillante à ce récit émouvant. La dessinatrice utilise avec élégance de très légères trames pour les scènes d’un passé révolu. Nous avions déjà remarqué son travail élégant sur le diptyque « Eden » dans cet article.

Qualifier cette douleur est vain.

« Jeannot » est un album tout public qui aborde des thèmes difficiles de manière sensible et poétique. Parfois poignant, parfois drôle, cet hymne aux petits bonheurs, à l’amour de la vie est une œuvre forte dont la petite musique vous poursuivra longtemps.

.

Laurent LESSOUS (l@bd)

« Jeannot » par Carole Maurel et Loïc Clément

Éditions Delcourt (10,95 €) – EAN : 978-2-413-01965-7


Galerie

Les commentaires sont fermés.