Sarah, l’ainée des sœurs Grémillet, ira jusqu’au bout de ses rêves…

Gamines ou adolescentes les trois sœurs Grémillet vivent heureuses avec leur mère dans un vieil appartement d’une belle ville de province. Sarah, l’ainée, est hantée par un rêve récurrent : des méduses la conduisent à un grand arbre où flotte la chambre de sa mère. Pour l’interpréter, elle engage ses cadettes dans une enquête bienveillante sur le passé d’une maman toujours protectrice.

L’album s’ouvre sur une scène onirique : dans une forêt bleutée, des méduses aux grands yeux innocents guident trois jeunes filles qui flottent vers une étrange serre bâtie sur les branches d’un arbre gigantesque. Sarah regarde à l’intérieur et découvre étonnée la chambre de sa maman et, sur le lit, une petite méduse qui se tourne et lui sourit. La jeune fille hurle alors : « Qui es-tu ? » et se réveille en sursaut, les yeux dans les grands yeux de Yurei, le chat de la famille.

Les Sœurs Grémillet page 3.

Ce rêve qui se répète chaque nuit l’obsède. Elle s’en ouvre à Cassiopée, sa cadette, et à Lucille, la benjamine, avant de descendre dans la cuisine pour le traditionnel brunch dominical préparé par leur mère attentive. Pendant le repas, pris dans une belle osmose familiale, Sarah interroge innocemment sa mère :

   « – Maman, tu as déjà habité une forêt ?

-          Pourquoi cette question ?

-          Comme ça ! Tu ne nous parles jamais de ta jeunesse.

-           Je croyais que je l’étais encore, jeune ! »

Puis, alors que toutes souriaient, une question naïve perturbe l’adulte. On lui demande son animal favori, et pourquoi pas si c’est une méduse ! Là, elle se trouble, élude la question et sort précipitamment faire quelques courses. Dans sa main, elle serre un médaillon qui représente une méduse blanche.

Un rêve étrange...

Un réveil en sursaut.

Les trois sœurs en sont… médusées !

Elles ne comprennent pas son attitude. Elles décident donc de reformer le club des trois frangines pour mener une enquête sur le passé de leur maman.

Première étape : le grenier. Une fouille s’impose dans les vieilles affaires qui prennent la poussière. Elles y découvrent une photo jaunie de leur mère, enceinte devant l’arbre qui soutient la maison de verre des rêves de Sarah.

Deuxième étape : interroger subtilement ses vieilles amies pour essayer d’en savoir plus sur ses jeunes années et pour enfin passer à la troisième étape : découvrir où l’arbre géant se trouve, quel est le lien entre les méduses et leur mère et quel est donc ce secret qu’elle leur cache.

La famille Grémillet au petit-déjeuner.

Cette nouvelle série jeunesse s’annonce exceptionnelle. Le premier volume de 70 pages se lit d’une traite.

Le scénariste, Giovanni Di Gregorio, a construit un scénario solide aux multiples ramifications. Sans être Tchekhov, ses trois sœurs, toutes attachantes, sont parfaitement identifiées avec chacune leur caractère propre : Sarah est décidée, volontaire, bientôt, sans doute, en plein crise d’adolescence, Cassiopée, la cadette est une jeune fille sensible qui rêve d’amour quant à Lucille, la benjamine, si elle est mutique, sa passion des animaux et particulièrement des chats en fait un personnage à part, poétique et amusant, un peu à la Harpo Marx.

Le club des trois frangines !

L’intrigue est solide et efficace. À partir d’un rêve récurrent et difficilement interprétable, la fratrie se lance dans une enquête familiale sur les traces d’un secret maternel enfoui.

Sa révélation ne fait que renforcer l’unité du clan Grémillet. Cette chronique intime et domestique est portée par le dessin réaliste, précis, d’une grande sensibilité d’Alessandro Barbucci.

Le dessinateur italien excelle tant dans les séquences oniriques aux grandes cases bleutées que dans les scènes de la vie courante qui se déroule au sein d’une belle ville européenne aux décors soignés avec des personnages tous émouvants car profondément humains.

Quelle est la mission ?

C’est peu dire que nous avons été enchantés pour ce premier volume, élégante et envoutant, dont la sortie prévue le 27 mars a été repoussée en ce début du mois de juin à cause du confinement.

Cela ne devrait pas retarder la parution du deuxième volume qui sera lui centrée sur la deuxième sœur avec pour titre : « Les Amours de Cassiopée ». Vivement le tome 2 pour pouvoir s’immerger de nouveau au sein de la famille Grémillet.

Une photo intrigante.

.

Laurent LESSOUS (l@bd)

« Les Sœurs Grémillet T1 : Le Rêve de Sarah » par Alessandro Barbucci et Giovanni Di Gregorio

Éditions Dupuis (10,95 €) – EAN : 979-1-0347-3697-3

Galerie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>