« La Chute » : une série d’anticipation ultra-actuelle, où la société est attaquée par un virus plus dangereux qu’il n’y paraît…

Il ne s’agit évidemment pas du coronavirus, mais la coïncidence est quand même troublante… Cette nouvelle BD apocalyptique, sur l’effondrement d’un monde (pas si éloigné du nôtre) secoué par une crise sociale, économique et sanitaire, sans précédent, sur laquelle Jared Muralt travaille depuis 2014, serait-elle prophétique ? Pas plus que bien d’autres récits d’anticipation où une maladie est devenue la principale menace pour l’humanité… Quoi qu’il en soit, dans « La Chute », la narration et le dessin sont très séduisants, et l’angoisse s’installe, tranquillement : le tout formant un début de série fort prometteur…

 

Comment les hommes sont-ils arrivés à cette apocalypse ? Le dérèglement du climat provoquant des records de chaleur et les mauvaises récoltes dues à la pénurie d’eau, ainsi que la récession persistante, posent de graves problèmes d’alimentation, lesquels prennent une ampleur sans précédent. Plusieurs pays sont en train de sombrer dans le chaos et le gouvernement a mobilisé une partie des forces armées pour garantir la sécurité intérieure…Essayant pourtant de vivre le plus normalement possible, Liam voit son quotidien s’effondrer lorsque le virus de la grippe finit par emporter son épouse infirmière. Avec ses deux enfants, Sophia et Max, il va devoir affronter ce monde en chute libre où la violence s’installe peu à peu et où la répression policière répond aux hordes de pillards. Comme beaucoup de ses compatriotes, Liam n’a pas d’autres choix que de quitter à son tour la ville…Le projet initial de cet auteur suisse allemand (1) né en 1982 à Berne — il y situe d’ailleurs son récit d’effondrement de notre civilisation — était de proposer des épisodes qui se suivent, d’une vingtaine de pages, sous couverture souple, à l’instar des comics books américains : il les publie d’ailleurs régulièrement — au sein de son agence de design —, en les vendant en ligne et dans les librairies suisses. L’édition cartonnée de Futuropolis réunit les trois premiers chapitres fidèlement traduits de l’allemand par Hélène Dauniol-Remaud, avec des bonus de croquis et de making of.De ce principe feuilletonesque, inspiré un peu, aussi, des séries télévisées, il en résulte une certaine efficacité narrative, sans que l’auteur ait eu besoin de recourir à des extra-terrestres ou à des zombies pour maintenir un suspense de plus en plus insoutenable.Signalons, aussi, une originale utilisation de la couleur qui permet de souligner joliment les ombres ou les contrastes, Jared Muralt ayant un net penchant pour les teintes douces qui contribuent à nous faire croire à l’apparente tranquillité de cette histoire où la tension monte page après page.

 Gilles RATIER

 (1) Bien qu’ayant passé une année dans une école d’Art à Berne, Jared Muralt est essentiellement autodidacte. Il est le cofondateur des studios Backyard, une agence de design graphique qui a reçu un prix de la ville de Berne, et l’auteur d’une seule autre bande dessinée : « Hellship », une histoire d’aviation située dans une base avancée du Pacifique en 1944, publiée par Paquet (éditeur basé en Suisse) en 2015.

 « La Chute T1 : Épisode 1 » par Jared Muralt

Éditions Futuropolis (15 €) — ISBN : 9782754829588

Galerie

Les commentaires sont fermés.