Paco Roca, entre Hergé et Pratt, avec une passionnante enquête sur un trésor perdu en mer…

Chez BDzoom.com, on aime bien les bandes dessinées de l’Espagnol Paco Roca ! (1) Après des récits sociétaux introspectifs ou un brin nostalgiques, revoilà l’auteur de « Rides » (émouvant livre sur la maladie d’Alzheimer réédité sous le titre « La Tête en l’air ») avec un épais roman graphique, aussi limpide que complexe, de plus de 200 pages en couleurs. Pour l’occasion, il s’est associé, en ce qui concerne le scénario, au diplomate Guillermo Corral, afin de raconter le travail réalisé dans l’ombre par des Indiana Jones de bureau : un véritable bras de fer politique et juridique engagé pour l’attribution de 500 000 pièces d’or et d’argent immergées des cales d’un galion naufragé il y a plus de deux siècles, par des chasseurs de trésor américains.

Selon des informations limitées communiquées par cette entreprise de pirates modernes aux moyens colossaux, leur découverte correspond à un mystérieux navire nommé Le Cygne noir. Pourtant, il semblerait que ce soit, en réalité, une épave espagnole, et que le magot exhumé serait aussi patrimonial que financier. Ainsi commence ce palpitant récit d’aventures, doublé d’une approche réaliste, où une nouvelle recrue du ministère de la Culture hispanique s’acharne à faire valoir les droits de l’État, et parvient à retrouver les restes d’une frégate dont le bombardement aurait conduit à la bataille de Trafalgar.

À l’instar de la couverture du « Trésor du Cygne noir », fortement influencée par « Le Secret de la licorne » d’Hergé, le graphisme ligne claire de Paco Roca participe entièrement au charme de cet original polar d’espionnage dont les dialogues sonnent particulièrement juste. Il faut dire que cette rocambolesque enquête, agrémentée d’une sympathique romance, est librement adaptée de la trépidante histoire vraie de La Merced : vaisseau appareillé en 1802 pour faire cap vers le Pérou, et dont le chargement, récupéré pratiquement intact, a été sauvé des mains de pirates technologiques de notre XXIe siècle. Et cet exploit n’a pas été réalisé par des aventuriers romantiques à la Corto Maltese, mais par des fonctionnaires ayant des années d’expérience, tel Guillermo Corral van Damme qui a été le témoin direct de ces faits réels et dont il s’agit, ici, du premier scénario de BD.

Essai totalement réussi, en grande partie grâce à la maîtrise graphique et narrative de Paco Roca qui utilise, une fois de plus, le 9e art, pour mettre en avant et défendre des héros oubliés par l’histoire, transformant leurs vies, avec vigueur et dynamisme, en véritables thrillers aux intrigues denses et bien documentées. 

Gilles RATIER 

Paco Roca.

(1) Sur Paco Roca, voir sur BDzoom.com : Parfaire ses connaissances sur le 9e art et la musique avec le nouvel opus de Paco Roca !« La Maison » par Paco Roca« La Nueve » par Paco RocaUn auteur espagnol traite de la crise de l’euro en BD !« L’Hiver du dessinateur » par Paco Roca, « L’Ange de la Retirada » par P. Roca et S. Dounovetz« Rides »« Les Rues de sable », etc.

 « Le Trésor du Cygne noir » par Paco Roca et Guillermo Corral

Éditions Delcourt (25,50 €) — ISBN : 978-2-413-01996-1

Galerie

Une réponse à Paco Roca, entre Hergé et Pratt, avec une passionnante enquête sur un trésor perdu en mer…

  1. BARRE dit :

    Cet auteur nous emporte vraiment en hauteur! Graphisme soigné, dialogues vifs et pertinents, ses livres respirent l’intelligence. Depuis « rides », Rocca a embellit la magnifique collection  » mirages »