« Olivier Page & les tueurs de temps » : un diptyque pulp !

De l’année 1874 dans le désert de Perse à l’an 2544, cette saga pulp n’a qu’une ambition : divertir le lecteur. Stephen Desberg et Griffo, deux vieux routiers de la bande dessinée, unissent leurs talents respectifs tout au long de ce diptyque publié en l’espace de deux mois : un voyage intemporel original et riche en surprises.

An 2544. Wynn, l’amazone révoltée, n’a qu’une idée en tête : détruire les derniers survivants d’une race de parasites hideux qui prennent le contrôle des quelques survivants humains. En 1874, au cœur du désert, au centre de la Perse, Olivier Page, jeune homme ambitieux issu du petit peuple, effectue des fouilles en compagnie de Beatriz Bentham-Rose : une jeune et belle archéologue. Ils recherchent le tombeau d’Alexandre le Grand pour le compte du richissime Prown. Le duo découvre, auprès d’un étrange trône orné de caractères mystérieux, la tombe d’un roi inconnu. Elle contient les restes d’une momie au visage atrocement défiguré. Une fois sorti de la tombe, Xerxès, le chien de Prown, est habité par un parasite qui attendait son heure. Revenu en Angleterre, l’animal sème la terreur dans les rues de Londres. Olivier finit par comprendre que le trône lui aussi rapatrié, sert en réalité à voyager dans le temps. Voyage qui permet la rencontre improbable entre le jeune homme et Wynn la fille venue du futur. Seuls trois anneaux découverts dans la tombe leur permettront de mettre définitivement fin au règne de l’entité parasite. Au fil de voyages dans le temps aux destinations approximatives, les deux jeunes gens tentent de réunir les trois anneaux…

Habitué des thrillers (« I.R.$.) et des séries historiques (« Le Scorpion »), Stephen Desberg se tourne depuis quelque temps vers l’écriture de récits plus courts, aux thématiques variées. « Olivier Page » lui permet de signer une histoire d’aventure à la manière des pulps américains de l’entre-deux-guerres. Du Londres victorien à un lointain futur en ruines, Griffo nous régale avec ses images aux décors soignés riches en petits détails. Le regard du lecteur s’arrête sur la beauté des femmes, l’horreur des séquences dramatiques et spectaculaires, les couleurs sombres et angoissantes de Felideus. Publiés en l’espace de seulement deux mois, il est possible de savourer ce récit en une seule fois. Le lecteur curieux pourra se demander pourquoi ne pas avoir réuni l’ensemble de cette histoire dans un seul et gros volume, alors que toutes les pages étaient disponibles. Probablement pour des raisons économiques, en ces temps où les droits d’auteur font l’objet de rudes négociations entre auteurs et éditeurs. Ceux-là peuvent attendre la publication probable d’une édition intégrale.

Cependant, l’attente peut être longue et la qualité de cette histoire mérite quelques efforts financiers. Croyez-nous, vous ne serez pas déçus par ce voyage intemporel proposé par deux de nos meilleurs auteurs dans le registre classique.

 Henri FILIPPINI

 « Olivier Page & les tueurs de temps » T2 par Griffo et Stephen Desberg

Éditions Glénat (14,50 €) – ISBN : 978 2 344 03651 8

Galerie

Les commentaires sont fermés.