Pour Frnck, la préhistoire c’est de plus en plus nul, mais fort heureusement pas pour nous : heureux lecteurs !

Depuis 5 tomes, déjà, Franck, un orphelin de 13 ans, est prisonnier d’un univers préhistorique qu’il a découvert en traversant un lac rupestre. Dans ce monde qui ignore les voyelles, il s’appelle Frnck. Pour le sixième volume de ses aventures, comme pour les 5 tomes précédents, nous sommes fort agréablement surpris par l’inventivité dont les auteurs font preuve pour renouveler intrigue, personnages et décors. Une série à découvrir et à suivre.

Nous vous avons entretenu des débuts de « Frnck » dans cet article puis celui-là. Nous résumions ainsi l’origine des aventures de ce héros attachant : « Franck est un garçon de 13 ans sympathique, mais têtu. Élevé dans un orphelinat, il finit par rebuter toutes les familles d’accueil chez qui il a été placé. Ses tentatives de fugues sont nombreuses, même si toutes ont échoué. La dernière en date se termine de façon catastrophique : alors qu’il essayait de s’échapper du bâtiment principal, il trébuche, traverse une verrière et tombe au pied de la directrice qui recevait un gentil couple, déjà prêt à l’accepter.

Alors qu’il se remet de l’incident, la directrice gaffe : elle lui révèle que ses parents ne sont pas morts comme on lui a toujours dit ; non, tout simplement, l’institution ignore qui ils sont. Ce détail change tout pour Franck en quête de repères. Le soir même, il décide de quitter l’orphelinat pour retrouver ses parents. Son ami, un vieux jardinier, lui indique l’endroit où il l’a trouvé bébé au cœur d’une forêt proche. Il lui remet alors le seul objet qu’il portait : un pendentif avec un grelot en coquillage. Muni d’une carte et d’un GPS, Franck part à la recherche de son passé. »

« Frnck T6 : Dinosaures » page 9.

Cette quête commence dans le chantier de construction d’un parc d’attractions consacré à la préhistoire. Franck se réfugie dans une grotte, glisse, tombe dans un lac souterrain profond, puis remonte à la surface. Et là surprise, plus aucun réseau pour son portable mais le souffle chaud d’un tigre à dent de sabre. Il est sauvé par une tribu d’hommes préhistoriques qui parlent bizarrement. Ils disposent d’un langage inarticulé composé uniquement de consonnes : aucune voyelle n’est présente dans leurs échanges verbaux.

Franck rebaptisé Frnck, apprend à survivre seul en pleine préhistoire. Seul ou avec des amis issus de ce monde ou du notre, les allers-retours spatio-temporels se font nombreux au cours de la série. Franck se croise ainsi à différents âges : de bébé à adulte.

Anoukis, Francisco et le smartphone !

Après un premier cycle de quatre albums qui présente une intrigue cohérente avec une fin ouverte, les auteurs se sont lancés dans une nouvelle tétralogie avec de nouveaux personnages et des rebondissements vraiment inattendus. Ainsi, le sixième volume commence loin de Franck et de ses amis coincés dans un monde antédiluvien. Dans la rue d’une petite ville française des années 1970, la métisse Anoukis essaye de réparer sa mobylette. Elle est harcelée par une bande de jeunes un peu lourds. Pour se sortir de ce mauvais pas, elle hèle un inconnu. Comme il gravissait un escalier, elle ne s’était pas rendu compte de la faible taille du brun Francisco. Après s’être débarrassés des importuns, Anoukis et Francisco, qui se fait appeler Franck, – tiens tiens -, entament une liaison. Le jeune homme entraîne son amie à la découverte de sa passion : la spéléologie. Lors d’une descente au fond d’une grotte ils tombent sur des dessins rupestres paléolithiques mais avec un alphabet et encore plus étrange sur le smartphone de Franck, l’orphelin de 13 ans. Il déclare venir du XXI siècle et vivre dans les temps préhistoriques !

« Frnck T6 : Dinosaures » page 30.

Pendant ce temps ou plus tard, ou plus tôt, en tout cas en pleine préhistoire, Franck et son amie Kenza doivent affronter le froid, des dinosaures et surtout un homme gringalet et hargneux qui n’est autre que le Francisco de la première partie. Mais le grave danger n’est-il pas contenu dans ce camp retranché protégé par la carcasse incendiée d’un avion gros porteur ?

Une maman dinosaure en colère.

C’est peu dire que la série « Frnck » nous enchante à chaque nouvel album. Celui-ci particulièrement, tant il nous a surpris et charmé. On y retrouve ce panaché d’humour, avec beaucoup de second degré et des jeux sur le langage, d’actions et de suspens propre aux grandes séries d’aventures. On vient de le voir, le scénario d’Olivier Bocquet est toujours aussi audacieux pour la mise en images dynamique de Brice Cossu, dans un style franco-belge mâtiné de visages très expressifs inspirés des codes du manga. La préhistoire c’est peut-être nul pour Franck mais c’est vraiment génial pour nous, pourvu que ça dure !

Des boucles temporelles.

Laurent LESSOUS (l@bd)

« Frnck T6 : Dinosaures » par Brice Cossu et Olivier Bocquet

Éditions Dupuis  (10,95 €) – ISBN : 978-2-0347-3692-8

Galerie

Les commentaires sont fermés.