Trondheim sur tous les fronts…

Lewis Trondheim, l’un des plus emblématiques auteurs de ce que l’on appelle, depuis presque 20 ans maintenant, la « nouvelle bande dessinée », a une actualité de début 2020 plutôt chargée. Outre le fait de redonner vie à la série « Donjon » avec son copain Joann Sfar (1) et de continuer les nouvelles aventures de Lapinot, son personnage phare (avec un album indispensable), l’éminent Thierry Groensteen lui consacre un copieux recueil d’entretiens, qui survole toute sa féconde carrière, et il va être, lui-même, le héros d’une importante exposition au prochain festival d’Angoulême.

 Après un surprenant tome 2 en petit format, avec un dessin par page et aucun texte (2), Tronheim nous livre, donc, un plus classique road movie remettant en scène Lapinot et ses comparses, lesquels n’hésitent pas à se poser nombre de questions existentielles au milieu de situations aussi cocasses qu’échevelées. Richard, le meilleur pote de Lapinot, décide de participer à un concours de scénario pour séries télé, car il a un projet avec des zombies qui conduisent !!! Il propose à son ami aux grandes oreilles, qui trouve le concept général tout pourri, de l’écrire avec lui. De toute façon, Lapinot a autre chose à faire : avec sa nouvelle copine Cléa, une accro aux actions humanitaires, il a promis d’assister un mec dans des petites villes de province pour repérer des endroits où créer un temple dédié à l’athéisme. Seulement, Cléa a un imprévu et va laisser sa place à Richard parce qu’il a perdu un pari, d’autant plus, qu’il ne sait pas refuser un service. Voilà comment les deux amis se retrouvent en route pour Saint-Mouilly — un bled de 3 250 « âmes » —, tout en développant le scénario d’une série télé, car Richard n’a pas lâché prise de ce côté-là.Lewis Trondheim nous surprend une fois de plus avec ce 48cc bien barré qui contient sa dose habituelle de sangria, de bâtiments insalubres, de caca, de blagues de bite, d’applis et de bastons… : une BD décalée, à l’humour empreint d’absurde et au goût, parfois, volontairement douteux (rires !).Dans le livre d’entretiens que lui a consacré le critique Thierry Groensteen, Trondheim s’explique notamment sur ses méthodes de travail et ses choix de création, tout en retraçant son parcours, ses influences, et ses multiples collaborations.

Ces passionnantes conversations, souvent dotées d’utiles conseils aux aspirants auteurs, sont complétées et enrichies par les témoignages de quelques-uns de ses proches comme Brigitte Findakly, Harry Morgan, Mathieu Sapin, Matthieu Bonhomme, Stéphane Oiry, Appollo, Obion, Jochen Gerner, Nicolas Kéramidas, Jean-Pierre Duffour ou Hubert Chevillard.  

Quant à l’expo d’Angoulême qui est consacrée à ce prolifique créateur multifacette (lequel a, aujourd’hui, pas moins de 180 albums à son actif, comme scénariste ou auteur complet), intitulée « Lewis Trondheim fait des histoires », elle se tiendra à partir du 29 janvier et a déjà été prolongée jusqu’au 1er mai, par rapport à la date butoir initiale.

Présentant plus de 150 originaux (planches, illustrations, carnets…), elle se veut ludique et accessible à tous, scénographiée dans un parcours thématique où l’on pourra, aussi, découvrir de nombreux projets restés inédits.

Gilles RATIER

 (1)   Voir sur BDzoom.com : Donjon, la série mythique de Sfar et Trondheim, revient… : et ça nous fait plaisir !.

 (2) Voir sur BDzoom.com : Un petit « Lapinot » entièrement muet….

  « Les Nouvelles Aventures de Lapinot T3 : Prosélytisme & morts-vivants » par Lewis Trondheim

Éditions L’Association (13 €) — ISBN : 978-2-84414-746-2

« Entretiens avec Lewis Trondheim » par Thierry Groensteen

Éditions L’Association (26 €) — ISBN : 978-2-84414-796-1

Galerie

Les commentaires sont fermés.