Du « Tif et tondu » en veux-tu en voilà !

En attendant la parution de l’album en couleurs de la reprise exceptionnelle par Blutch & Robber de la série mythique « Tif et Tondu » — annoncée pour le 31 janvier 2020 aux éditions Dupuis —, jetez-vous sur le quatrième tome de l’intégrale chronologique de ces deux héros détectives (dessins de Will, scénarios de Maurice Rosy, et dossier de présentation dû au couple Pissavy-Yvernault) ou sur « L’Ombre sans corps » écrit par Maurice Tillieux (avec toujours une splendide mise en images de Will) et commenté par le journaliste Hugues Dayez pour le label Niffle : tout est bon dans ces trois versions de « Tif et Tondu » !

Cette série créée par Fernand Dineur dans les pages du Journal de Spirou en 1936 est donc aujourd’hui, avec « Spirou », l’une des plus anciennes séries franco-belges avec des héros récurrents toujours en activité ! (1)

Superbement croqués par Blutch sur un scénario de son petit frère Robber — dont les dialogues rappellent la gouaille d’un Léo Malet ou d’un Frédéric Dard —, Tif et Tondu semblent donc immortels !

Évidemment, les commentaires sur cet ouvrage à part (de 80 pages), lequel renouvelle complètement la série, vont déjà bon train sur les forums : ce qui est aussi le cas, par exemple, pour le « Blueberry » de Christophe Blain et Joann Sfar, autres représentants d’une génération d’auteurs souvent dérangeante qui « osent », également, s’attaquer à une série aussi classique que mythique !

Il a en effet déjà été dévoilé, à la fin de l’année dernière, en exclusivité dans l’hebdomadaire Spirou et dans de beaux tirages en noir et blanc qui permettent d’apprécier, à sa juste valeur, le trait virtuose de Blutch, accompagnés par la parution du roman policier « L’Antiquaire sauvage » dû aux mêmes auteurs.

C’est d’ailleurs en pleine tournée de dédicace pour ce roman que, dans ce « Mais où est Kiki ? »,  nos deux comparses tombent sur deux fous furieux : un géant qui leur transmet un message indiquant que leur amie Kiki a probablement été enlevée et la fille de l’antiquaire véreux dont il est question dans leur ouvrage.

Cette dernière tente de brûler la librairie et d’assassiner Tif, jurant que son père est innocent et qu’il a été obligé de cacher les œuvres pour le compte d’un criminel dangereux…

Vivement le 31 janvier 2020, date de parution officielle de ce très bel album mis joliment en couleurs par Delphine Chedru et Roman Gigou.

Cela dit, à partir du 10 janvier, vous pouvez donc aussi vous délecter avec deux autres remarquables parutions tifetondesques !

Tout d’abord grâce au volume 4 de l’incontournable intégrale chronologique concoctée par Christelle et Bertrand Pissavy-Yvernault (pour les impeccables et passionnantes 44 pages d’introduction) et Philippe Ghielmetti et Roman Gigou (pour l’élégante maquette).

Nous sommes ici en en 1964 et 1965, juste après l’intermède Marcel Denis (2), lorsque Will et Rosy reviennent aux affaires chez Dupuis, après que Will soit devenu directeur artistique aux éditions du Lombard, pour notamment repenser l’habillage du journal Tintin.

Il s’agit d’une période majeure pour cette série, puisqu’elle s’affine alors, tant sur le plan graphique que narratif, pour prendre la forme qu’on lui connaît le plus aujourd’hui, avec quatre histoires de 44 pages chacune, publiées sur une période couvrant seulement deux ans : « Choc au Louvre » et « La Villa du Long-Cri » (en 1964), « Les Flèches de nulle part » et « La Poupée ridicule » (en 1965).

À noter que ces quatre enquêtes étaient contenues dans les volumes 3 et 5 de l’ancienne intégrale qui, elle, était censée être thématique.

Ensuite, ne dédaignez pas non plus la très belle édition de « L’Ombre sans corps » : un palpitant et amusant grand classique de la BD franco-belge où Tif et Tondu, partis enfin pour prendre des vacances méritées, afin de se remettre de leurs aventures trépidantes, décident de faire un détour par Londres, pour saluer leur ami Ficshusset, l’inspecteur de Scotland Yard.

Alors qu’il leur raconte sa dernière affaire en cours, le policier est assommé par une forme invisible : alors, qu’à l’extérieur, une ombre simiesque gigantesque semble sortir du néant…

Comme pour les autres tomes de cette indispensable collection du label Niffle des éditions Dupuis, ce chef-d’œuvre de l’âge d’or du journal Spirou est présenté dans un format quasiment carré pour lire, dans les meilleures conditions, l’histoire en demi-planches.

Ceci dans une version en noir et blanc commentée, page par page, par l’érudit Hugues Dayez, spécialiste de cette époque : un peu comme la collection La Pléiade pour la littérature !

Bref, c’est du grand 9e art !

 Gilles RATIER

 (1)   Seules « Bécassine » (1905), « Les Pieds nickelés » (1908) et « Bibi Fricotin » (1924) sont plus anciens, mais ces séries ont connu de très longues périodes sans être exploitées ! Pour en savoir plus sur « Tif et Tondu », voir « Le Coin du patrimoine », sur votre site préféré : « Tif et Tondu » !

 (2)   Voir l’article d’Henri Filippini : Tif et Tondu s’offrent un intermède burlesque….

 « Tif et Tondu : Mais où est Kiki ? » par Blutch et Robber

Éditions Dupuis (16,50 €) — ISBN : 978-2-8001-7465-5

 « Tif et Tondu l’intégrale T4 : 1964-1965 » par Will et Maurice Rosy

Éditions Dupuis (35 €) — ISBN : 979-1-0347-3729-1

 « Tif et Tondu T16 : L’Ombre sans corps 1969 » par Will et Maurice Tillieux

Éditions Niffle (25 €) — ISBN : 978-2-87393-076-9

Galerie

Une réponse à Du « Tif et tondu » en veux-tu en voilà !

  1. Didier dit :

    A noter que dans l’intégrale volume 4, la page 239 n’est pas en français. En flamand ou néerlandais probablement.