Premiers albums pour les éditions du Tiroir…

Malgré une présence toujours affirmée des éditeurs en place, dans le nombre d’albums publiés, de jeunes pouces n’hésitent pas à se lancer avec enthousiasme sur un marché de plus en plus difficile. Après la publication de la prometteuse revue L’Aventure , dont on attend la parution du quatrième numéro, ce sont les premiers albums des éditions du Tiroir, nouvelle structure belge, qui débarquent en librairie.

Créées par le quatuor Christian Lallemand, Pierre Daisomont, André Taymans et Alain De Kuyssche, les éditions du Tiroir ont émoustillé les amateurs de bandes dessinées classiques avec leur magazine L’Aventure, puis avec la collection Les Carnets de l’Aventure. En cette fin d’année, ce sont deux beaux albums qui nous sont proposés. Les deux premiers sont financés avec le concours du crowfunding via la plateforme Ulule : l’un, classique, est signé André Taymans, le second, au graphisme plus audacieux, est l’œuvre d’Antonio Cossu.

Juin 1970. Kathy Malone, petite fille du journaliste Edward Malone, compagnon d’aventure du fameux professeur Challenger lorsqu’il avait découvert le Monde perdu, s’est jurée ses études de paléontologie terminées de partir pour la forêt brésilienne où, d’après le carnet de son grand-père, se trouve ce « monde », véritable éden sur terre. En ce début des années 1970 où la culture hippie fait rêver, elle embarque à bord de deux vans Volkswagen avec cinq compagnons dont son petit ami Andy. Un voyage périlleux débute, d’autant plus que l’arrivée du mystérieux Tom n’arrange pas les choses. Un scénario classique où dinosaures et autres monstres préhistoriques troublent l’ambiance flower power de l’aventure dont rêvait Kathy.

André Taymans (né en 1967), surtout connu pour sa série « Caroline Baldwin », nous invite à suivre sa blonde héroïne au cœur de la jungle de son parfaitement maîtrisé trait ligne claire aux décors et personnages soignés. Un album qui, malgré un scénario parfois un peu faible, devrait combler les amateurs de bonnes bandes dessinées classiques.

« Marilyn’s Bues » s’adresse, quant à lui, à des lecteurs aux goûts plus pointus. C’est le nom d’un café bruxellois où se retrouvaient, au début des années 1980, les jeunes dessinateurs débutants après leur passage souvent pénible à la rédaction de journal Spirou. Anton est l’un d’entre eux, démoralisé par un rédacteur en chef qui lui reproche ses audaces graphiques, alors que le classicisme règne au sein du journal. Avec ses ami-e-s Berthet, Foerster, Andréas, Séraphine…, cet admirateur de Tardi, Munoz ou Bernet ne se sent pas à l’aise dans sa vie au quotidien comme dans son art.

Si Anton n’est pas Antonio Cossu, il lui ressemble diablement. Ce « Marilyn’s Blues » est une histoire poignante, riche en émotions. Sa sortie à plusieurs reprises abandonnée permet enfin de savourer le travail d’un auteur exigeant, précurseur du roman graphique, bien avant son arrivée sur le marché de la BD.

Notons que la publication du seizième épisode des aventures de Percevan de Jean Léturgie et Philippe Luguy annoncée pour cette fin d’année est reportée à la fin janvier, tout comme celle du troisième Carnet de l’Aventure qui lui sera consacré (www.editions-du-tiroir.be).

Henri FILIPPINI

« Éden T1 : Retour au Monde perdu » par André Taymans

Éditions du Tiroir (14, 50 €) – ISBN : 9 782931027073

 « Marilyn’Blues » T1 par Antonio Cossu

Éditions du Tiroir (18 €) – ISBN : 9 782931027066

Galerie

Une réponse à Premiers albums pour les éditions du Tiroir…

  1. PATYDOC dit :

    de « jeunes pousses »