« Le Grand Fleuve » : 25 ans après, le retour de Jean Tambour…

1990 : la nouvelle collection Repérages des éditions Dupuis, qui ne cache pas ses ambitions de renouveler la BD classique, propose une nouvelle série prometteuse « Le Grand Fleuve ». Dessinateur découvert dans les pages de Spirou, le Breton Jean-Luc Hiettre est aux commandes. Hélas, l’éditeur l’abandonne après la publication de quatre albums, faute de lecteurs. Il faudra attendre un quart de siècle pour voir Jean-Luc Hiettre reprendre son crayon…


Jean Tambour retrouve son Morvan natal après avoir croupi dans les geôles anglaises, capturé par l’ennemi alors qu’il combattait comme marin pour l’Empereur. Ancien membre des marins du bord de l’Yonne, il devient flotteur à Clamecy avant de rejoindre la Loire. Une véritable histoire d‘amour débute entre le jeune révolté et le fleuve sauvage et indompté. Par un hiver précoce, nous le retrouvons à bord de sa gabarre (bateau à voile plat transportant les marchandises), bloqué par un embâcle paralysant la navigation. Têtu, il est prêt à tout pour rejoindre Nantes et s’emparer d’un « inexplosible », un puissant vapeur à coque, que fabrique son amie la riche Marie Vauvert-d’Argenoe, le seul moyen de libérer une route sur le grand fleuve glacé. Accompagné par son ami Gustave, Jean livre une véritable course contre la montre face à l’opportuniste Richou qui a réquisitionné tout ce qui roule et se tire afin de transporter par route terrestre la marchandise des gabares immobilisées. « Le Grand Fleuve » évoque la lutte des bateliers des bords de Loire face à l’inexorable marche du progrès que représentent les vapeurs.

C’est en 1990 que Jean-Luc Hiettre publie « Le Grand Fleuve » pour la collection Repérage des éditions Dupuis qui souhaitent proposer des histoires inédites et plus « adultes » que celles que l’on trouve dans Spirou. Les premières pages présentées seront d’ailleurs corrigées, l’éditeur les trouvant trop osées. Serge Aillery (1950), réalisateur à FR3 Bretagne, écrit le scénario documenté, sa seule incursion dans le monde de la bande dessinée. Né en 1955 à Rennes, élève de Jean-Claude Fournier, Jean-Luc Hiettre appartient à la génération des nouveaux auteurs apparus au milieu des années 1970 dans les bancs d’essai proposés à l’époque par Spirou, Carte blanche, Découvertes Dupuis… Il crée « Urfol »,  « Quentin Foloiseau » en 1979 (scénario Jean-Yves Brouard) dans Spirou, « Inspecteur Mark Jones » (scénario Michel Plessix) dans Frilouz. Sous le pseudonyme commun Le Trio (avec Bélom et Gégé au scénario), il dessine en 1985 les premiers gags de « Pôle Émile », série reprise trois ans plus tard par l’espagnol Fernandez.

De 1990 à 1995, il dessine les quatre premiers épisodes du « Grand Fleuve », série abandonnée par Dupuis faute de succès. Abandon fort critiqué par les lecteurs qui n’ont pas compris les raisons de cette décision. Après la réédition par les éditions Paquet des quatre premiers albums de 2015 à 2017, voici enfin un nouveau récit inédit qui, espérons-le, marque le retour durable de ce personnage attachant.

Notons que cet album est vendu avec la réédition offerte en version souple du premier épisode « Jean Tambour ». Un excellent moyen de se plonger dans cette fresque de la batellerie fluviale française sous la Restauration pour un petit prix.

Henri FILIPPINI

« Le Grand fleuve T5 : L’Été de la Saint-Martin » par Jean-Luc Hiettre et Serge Aillery.
Éditions Paquet (14 €) – ISBN : 978 2 88890 759 6

Galerie

11 réponses à « Le Grand Fleuve » : 25 ans après, le retour de Jean Tambour…

  1. gouvion dit :

    Une bien belle série ! Belle initiative aussi de la part des éditions Paquet d’avoir réédité les quatre premiers tomes ( avec des nouvelles couleurs plus modernes ) et ensuite la nouveauté.
    Par contre, j’ai bien peur qu’il n’y ait pas un jour de tome 6.
    En annonçant la sortie du tome 5, Paquet précise bien qu’il s’agissait de clore la série laissée en suspens par Dupuis auparavant…

  2. Crissant Clavier dit :

    Hiettre est – j’ai failli écrire au passé,un signe – un dessinateur intéressant avec de vraies fulgurances et un beau potentiel , un peu passé sous les radars.
    Une des plus belles découvertes de l’école Spirou mal servie par des scénarios pas assez charpentés et des dialogues plutôt anodins.Dommage.

    Un beau dessin vivant et habité avec un vrai sens de la composition et plein d’autres choses, mais un encrage pas toujours à la hauteur et une narration qui parfois tousse.

    Espérons que cette relance que l’on espère sur la durée lui permette de confirmer,enfin et après une longue absence , ses grosses capacités.

    Il serait temps.

  3. Fab dit :

    Un dessinateur talentueux mais tellement discret que personne n’a encore relevé la petite erreur faite sur son prénom.

  4. Crissant Clavier dit :

    Entretien avec les auteurs ici :https: //www.bdgest.com/news-855-BD-Le-Grand-Fleuve-2-2.html

    « L’odyssée  » de la réédition de la série et de la finalisation du dernier tome là : https://www.bdgest.com/forum/le-grand-fleuve-aillery-hiettre-paquet-t61724.html

  5. Crissant Clavier dit :
    • Glissant gravier dit :

      Vous voulez dire l’entretien d’il y a six ans où il n’est pas du tout question du nouveau tome ni des rééditions ? D’une pertinence rare, bravo ! :D

  6. Glissant Glaviot dit :

    C’est pourquoi il y a l’autre lien en complément ,monsieur le fin observateur en petite forme.